Changer d'édition

Les dirigeants du G7 au chevet d'un monde en crise
International 4 min. 26.06.2022
Sommet en Bavière

Les dirigeants du G7 au chevet d'un monde en crise

Le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron sont accueillis par le ministre-président de Bavière Markus Soeder à Munich.
Sommet en Bavière

Les dirigeants du G7 au chevet d'un monde en crise

Le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron sont accueillis par le ministre-président de Bavière Markus Soeder à Munich.
Photo: AFP
International 4 min. 26.06.2022
Sommet en Bavière

Les dirigeants du G7 au chevet d'un monde en crise

Réunis en Bavière, les dirigeants du G7 annoncent élargir les sanctions contre Moscou à l'importation d'or russe.

(AFP) - Les dirigeants des pays du G7 ont donné le ton de leur sommet qui débute dimanche dans le sud de l'Allemagne, et sera largement consacré à la guerre en Ukraine, en annonçant élargir les sanctions contre Moscou à l'importation d'or russe.


Protesters wearing masks of US President Joe Biden (L) and French President Emmanuel Macron take part in a demonstration called for by Greenpeace, Attac and other organisations ahead of the G7 Summit at the Theresienwiese in Munich, southern Germany on June 25, 2022. (Photo by KERSTIN JOENSSON / AFP)
Des milliers de manifestants défilent contre le G7
Des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi à Munich contre la tenue du sommet du G7 qui débute dimanche dans la région, exhortant ses dirigeants à faire davantage pour le climat.

C'est le premier signal de soutien à l'Ukraine de la réunion qui débute formellement à la mi-journée, dans les Alpes bavaroises où le président américain Joe Biden a atterri samedi soir.

«Ces mesures frapperont directement les oligarques russes»

Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada et Japon ont annoncé élargir les sanctions contre Moscou à l'importation d'or russe. France, Italie, Allemagne - les trois autres membres du G7 - vont se rallier à cet embargo touchant «une exportation majeure qui rapporte des dizaines de milliards de dollars à la Russie», a tweeté Joe Biden.

«Ces mesures frapperont directement les oligarques russes et s'attaqueront au cœur de la machine de guerre de Poutine», a assuré le Premier ministre britannique Boris Johnson alors que la Russie a exporté pour près de 15 milliards d'euros d'or en 2021, selon Downing Street.

Les Occidentaux ont déjà pris plusieurs volets de sanctions contre la Russie dont la guerre contre l'Ukraine est entrée dans son cinquième mois.

Ce conflit et ses répercussions vont occuper une grande part des discussions du G7 jusqu'à mardi avec de premiers entretiens consacrés dimanche aux turbulences économiques mondiales, des menaces de pénuries alimentaires à l'inflation galopante, en passant la crise énergétique.

Le château d'Elmau, avec ses vues spectaculaires sur les sommets des Alpes bavaroises, offre un cadre enchanteur aux sept dirigeants mais l'actualité mondiale leur laissera peu le temps de l'apprécier.

Ne pas «abandonner» l'Ukraine

Le chancelier Olaf Scholz, hôte du G7, l'a rappelé avant le sommet: le soutien à l'Ukraine va demander «de la persévérance», car «nous sommes encore loin» de négociations de paix entre Kiev et Moscou.

Il est important que ce sommet, qui sera suivi d'une réunion de l'Otan à Madrid, «envoie un signal d'unité», explique Berlin.

Plusieurs explosions ont retenti à Kiev dimanche à l'aube, alors que la Russie progresse dans sa conquête du Donbass, au cinquième mois de l'offensive déclenchée par Moscou.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui interviendra lundi en visioconférence, devrait de nouveau demander l'envoi d'armes lourdes.

Boris Johnson a exhorté, à la veille du sommet, les dirigeants du G7 à ne pas «abandonner l'Ukraine», mettant en garde contre toute «fatigue» dans le soutien à Kiev.

Le G7 veut notamment contrer la Chine   

L'embargo sur l'or est une nouvelle «illustration du type de mesures que le G7 peut prendre collectivement pour isoler la Russie et la couper de l'économie mondiale», a commenté dimanche un haut responsable américain.

Joe Biden veut aussi démontrer à ses alliés que tenir tête à la Russie et faire face à la Chine sont des objectifs complémentaires, et non opposés.

Le G7 veut notamment contrer la Chine et ses «nouvelles routes de la soie» en investissant massivement dans les infrastructures des pays défavorisés en Afrique, en Asie ou encore en Amérique latine. Un projet sur lequel les dirigeants feront le point dimanche.

Dirigeants fragilisés

Les leaders d'Indonésie, Inde, Sénégal, Afrique du Sud et Argentine, ont d'ailleurs été conviés à ce sommet annuel alors que le Occidentaux cherchent à élargir le front des démocraties unies contre la menace d'un bloc formé par la Russie et la Chine.

Ces économies émergentes sont aussi particulièrement exposées au risque de pénuries alimentaires, à l'explosion des coûts de l'énergie aggravée par la guerre en Ukraine et à la crise climatique.


IPO,Ministerrat&Briefing-Senningen,Xavier Bettel,Franz Fayot,Corinne Cahen,Claude Turmes, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«L'approvisionnement en gaz est à ce stade assuré»
Le ministre de l'Energie Claude Turmes a indiqué sur les réseaux sociaux jeudi que le Luxembourg n'avait à ce stade pas de problème d'approvisionnement de gaz, alors que l'Allemagne a déclenché le niveau d'alerte.

Les acteurs du climat attendent du G7 des avancées concrètes, dont la «planification» de l'élimination complète des énergies fossiles.

Samedi, des milliers de manifestants ont défilé, sans incident notable, dans les rues de Munich, à une centaine de kilomètres d'Elmau, pour exiger une action plus ferme en faveur du climat.

Des discussions bilatérales complèteront les sessions, à commencer dimanche matin par une rencontre entre l'Allemand Olaf Scholz et Joe Biden, deux leaders en position difficile dans leur propre pays.

Le chancelier allemand, voit ainsi sa popularité chuter ces derniers mois, faute d'afficher un soutien ferme à Kiev. Il mise sur ce G7 pour redorer son blason en Allemagne comme à l'étranger.


The US Supreme Court issued its decision on Friday
La Cour suprême américaine révoque le droit à l’avortement
Cette décision historique permet à chaque Etat américain d’interdire ou d’autoriser les avortements.

Le président américain fait lui face à une Amérique encore plus fracturée après la remise en cause du droit à l'avortement par la Cour suprême, dans un pays frappé de plein fouet par une forte inflation.

Emmanuel Macron, leur homologue français a lui échoué il y a une semaine à obtenir une majorité absolue et va devoir composer avec d'autres partis, une obligation inédite pour lui. Quant à Boris Johnson, fragilisé par le «Partygate», il a vu cette semaine son parti perdre deux élections locales et paraît en sursis.


Sur le même sujet

Le Kremlin a jugé lundi «prématuré» un sommet entre Vladimir Poutine et Joe Biden, douchant les espoirs suscités par l'annonce de la veille sur une telle rencontre pour désamorcer le danger d'une invasion russe de l'Ukraine.
(FILES) In this file photo taken on June 16, 2021 US President Joe Biden (R) and Russian President Vladimir Putin arrive for a US-Russia summit at Villa La Grange in Geneva. - US President Joe Biden has agreed in principle to a meeting with his Russian counterpart Vladimir Putin so long as Moscow does not invade Ukraine, the White House confirmed on February 20, 2022 after it was first announced by France. (Photo by SAUL LOEB / POOL / AFP)