Changer d'édition

Les dirigeants des 27 approuvent l'accord de divorce avec le Royaume-Uni
International 2 min. 25.11.2018

Les dirigeants des 27 approuvent l'accord de divorce avec le Royaume-Uni

La Première ministre britannique Theresa May (à g.), le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (au centre) et le chef des négociations du Brexit Michel Barnier (à dr.).

Les dirigeants des 27 approuvent l'accord de divorce avec le Royaume-Uni

La Première ministre britannique Theresa May (à g.), le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (au centre) et le chef des négociations du Brexit Michel Barnier (à dr.).
AFP
International 2 min. 25.11.2018

Les dirigeants des 27 approuvent l'accord de divorce avec le Royaume-Uni

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne ont tourné une page historique en approuvant dimanche l'accord de divorce avec le Royaume-Uni ainsi que la déclaration ébauchant la relation post-Brexit avec ce pays.

(AFP) - Le Royaume-Uni est le premier pays à claquer la porte du cercle européen. «Le Conseil européen approuve l'accord de retrait du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord de l'Union européenne et de la Communauté européenne de l'énergie atomique», écrivent les 27 dans les conclusions du sommet, ajoutant vouloir instaurer la relation «la plus proche possible» post-Brexit avec Londres. 

Cette relation future a fait l'objet d'une «déclaration politique» séparée de l'accord de divorce, qui a également été approuvée par le Conseil européen. Les 27 ont remercié le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier «pour ses efforts inlassables» et «sa contribution pour maintenir l'unité parmi les 27 Etats membres tout au long des négociations» avec Londres. 

Le procès verbal du sommet réaffirme qu'un accord sur la pêche est «une priorité» et qu'il devrait être négocié avec le Royaume-Uni «bien avant la fin de la période de transition» fin décembre 2020. Dans des documents annexes, dont une lettre du représentant britannique au conseil européen ainsi qu'une lettre du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et du président du Conseil européen Donald Tusk au Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, des assurances sont données à l'Espagne sur le fait qu'elle aura son mot à dire dans les discussions sur la future relation entre l'UE et Gibraltar. 

Le traité doit encore être ratifié

Cette question du rocher de Gibraltar, territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne, a menacé l'organisation du sommet jusqu'à la veille de la rencontre. Le «traité de retrait», négocié dans la douleur pendant 17 mois entre Londres et Bruxelles, doit encore passer l'épreuve de la ratification du Parlement européen et surtout celle du parlement britannique avant d'entrer en vigueur le 29 mars 2019. L'accord des députés britanniques, qui devront voter en décembre, est loin d'être gagné. 

«Je ferai campagne corps et âme pour remporter ce vote, (...) pour le bien du Royaume-Uni et de l'ensemble de notre population», a promis Theresa May dans une lettre ouverte publié dimanche dans la presse britannique. «Il est maintenant temps pour chacun de prendre ses responsabilités», a déclaré M. Barnier à son arrivée au sommet. «Nous resterons des alliés, des partenaires et des amis» avec le Royaume-Uni, a-t-il ajouté. 

Voir le Royaume-Uni «quitter l'UE n'est pas un moment de jubilation ni de célébration, c'est un moment triste et c'est une tragédie», a déclaré de son côté M. Juncker.   


Sur le même sujet

Brexit: l'UE refuse de renégocier l'accord
Les dirigeants des 27 pays membres de l'Union européenne ont opposé mardi une fin de non-recevoir à l'exigence des autorités britanniques de renégocier l'accord pour la sortie du Royaume-Uni le 29 mars et le «filet de sécurité» prévu pour l'Irlande.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Prime Minister Theresa May (C) smiling in the House of Commons in London on January 29, 2019, as members of Parliament vote on amendments to Theresa May's Brexit withdrawal bill. - British MPs on Tuesday voted on a series of amendments seeking to show what they want as Brexit approaches on March 29, with Britain currently on course to crash out of the EU without a withdrawal deal. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR / UK Parliament"
Donald Tusk: «Nous ne voulons pas construire un mur»
L'Union européenne ne souhaite pas ériger «un mur» la séparant du Royaume-Uni après le Brexit, même si leur divorce conduira de manière inévitable à desserrer leurs liens, a déclaré mercredi le président du Conseil européen Donald Tusk.
Conference de presse de Xavier Bettel et le président du Conseil Européen Donald Tusk, au chateau de Sennigen, le 07 Mars 2018. Photo: Chris Karaba
Londres rejette le projet de traité de divorce de l'UE
La Première ministre britannique Theresa May a vertement répliqué mercredi au projet de traité de divorce tout juste dévoilé par l'UE, assurant qu'elle n'accepterait «jamais» ses dispositions concernant l'Irlande du Nord, qui menacent selon elle l'intégrité du pays.
Theresa May: «Le projet d'accord publié par la Commission, s'il est mis en œuvre, nuirait au marché commun britannique».
Brexit: Tusk critique, Juncker ironise
La vision britannique de sa future relation avec l'UE après le Brexit est «basée sur une pure illusion», a critiqué vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk, tandis que Jean-Claude Juncker a ironisé sur les difficultés du gouvernement britannique.
European Commission President JeanClaude Juncker (L) and Euroepan Council Council Donald Tusk (R) arrive to hold  a joint press conference  after an informal meeting of the 27 EU heads of state or government at the European Council headquarters in Brussels on February 23, 2018.  / AFP PHOTO / JOHN THYS
Royaume-Uni: Le Brexit, c'est parti!
Neuf mois après le vote pour le Brexit, le Royaume-Uni lance mercredi le processus historique de sortie de l'Union européenne, qu'il avait rejointe avec réserve il y a 44 ans, et ouvre deux ans de difficiles négociations pour couper les amarres au printemps 2019.
La lettre de divorce, signée mardi soir par Mme May, sera transmise au même moment au président du Conseil européen Donald Tusk par l'ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow.