Changer d'édition

Les députés britanniques sans voix à compter de mardi
International 09.09.2019

Les députés britanniques sans voix à compter de mardi

Les chefs de file de l'opposition «se sont mis d'accord pour travailler ensemble pour que le gouvernement se justifie devant le Parlement», a indiqué lundi un porte-parole de Jeremy Corbyn, chef de file travailliste.

Les députés britanniques sans voix à compter de mardi

Les chefs de file de l'opposition «se sont mis d'accord pour travailler ensemble pour que le gouvernement se justifie devant le Parlement», a indiqué lundi un porte-parole de Jeremy Corbyn, chef de file travailliste.
Photo: AFP
International 09.09.2019

Les députés britanniques sans voix à compter de mardi

Le Parlement britannique sera suspendu pour cinq semaines après le vote des députés sur une motion du gouvernement appelant à des élections législatives anticipées lundi soir, a annoncé lundi un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

(AFP) - La suspension jusqu'au 14 octobre interviendra quel que soit le résultat du vote, que l'exécutif l'emporte ou non, a-t-il précisé. Cette mesure avait suscité une vague d'indignation au Royaume-Uni lorsqu'elle avait été annoncée fin août par Boris Johnson, accusé de manœuvrer pour précipiter le Royaume-Uni vers un Brexit sans accord de sortie le 31 octobre.

Le dirigeant, arrivé au pouvoir fin juillet, l'avait lui justifiée par la nécessité de préparer puis présenter un nouveau programme de politique intérieure. Il est peu probable que l'exécutif recueille la majorité des deux tiers nécessaire pour convoquer un scrutin, qu'il souhaite organiser le 15 octobre, lorsque les députés se prononceront tard dans la soirée lundi.

En visite ce lundi à Dublin, Boris Johnson affronte une situation particulière, alors que plusieurs membres de son gouvernement ont démissionné ces derniers jours.
En visite ce lundi à Dublin, Boris Johnson affronte une situation particulière, alors que plusieurs membres de son gouvernement ont démissionné ces derniers jours.
Photo: AFP

L'opposition craint que Boris Johnson ne fasse fi de la loi votée la semaine dernière avec le soutien de députés conservateurs rebelles, l'obligeant à solliciter auprès de Bruxelles un report de trois mois du Brexit s'il n'obtient pas d'accord de sortie d'ici le 19 octobre.

Réunis lundi matin, les chefs de file de l'opposition «se sont mis d'accord pour travailler ensemble pour que le gouvernement se justifie devant le Parlement», a déclaré un porte-parole du leader travailliste Jeremy Corbyn. «Ils se sont accordés pour ne pas soutenir le stratagème de Boris Johnson visant à priver le peuple de son pouvoir de décision en nous sortant de l'UE sans accord durant une campagne électorale», a ajouté le porte-parole.


Sur le même sujet

Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement
La Chambre des Lords britannique a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.
Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre
Boris Johnson prépare sa campagne électorale
Déterminé à des élections anticipées en Grande-Bretagne, le Premier ministre britannique se rend vendredi en Ecosse dans un climat de pré-campagne, au moment où la Chambre des Lords devrait entériner le texte de loi pour un report du Brexit, prévu le 31 octobre.
Britain's Prime Minister Boris Johnson gives a speech during a visit with the police in West Yorkshire, northern England, on September 5, 2019. - UK Prime Minister Boris Johnson called Thursday for an early election after a flurry of parliamentary votes tore up his hardline Brexit strategy and left him without a majority. Johnson was on a campaign footing on September 5 as he launched a national effort to recruit 20,000 police officers in Yorkshire in northern England. (Photo by Danny Lawson / POOL / AFP)
Jeremy Corbyn met en garde contre un Brexit pro-Trump
Le chef de l'opposition travailliste britannique craint qu'une sortie de l'Union européenne sans accord favorable fasse les affaires des États-Unis plus que du Royaume-Uni. Aujourd'hui, des discussions débuteront au Parlement pour éviter un «départ sec».
TOPSHOT - US President Donald Trump (2nd L) and Britain's Prime Minister Boris Johnson (2nd R) attend a working breakfast in Biarritz, south-west France on August 25, 2019, on the second day of the annual G7 Summit attended by the leaders of the world's seven richest democracies, Britain, Canada, France, Germany, Italy, Japan and the United States. (Photo by Nicholas Kamm / AFP)