Changer d'édition

Les députés britanniques rejettent l'accord de Brexit pour la 2e fois

Les députés britanniques rejettent l'accord de Brexit pour la 2e fois

Photo: AFP
International 4 min. 12.03.2019

Les députés britanniques rejettent l'accord de Brexit pour la 2e fois

Les députés britanniques ont retoqué mardi pour la deuxième fois l'accord de Brexit malgré les ultimes modifications obtenues la veille par Theresa May, plongeant le Royaume-Uni dans l'inconnu à 17 jours de la date prévue de la sortie de l'Union européenne.

(AFP) – Le Traité de retrait de l'UE, conçu pour permettre une sortie en douceur du Royaume-Uni de l'Union européenne, a été largement recalé par 391 voix contre 242. La Chambre des communes l'avait déjà rejeté massivement une première fois le 15 janvier.

Parmi les premiers à réagir, le porte-parole du président du Conseil européen Donald Tusk a estimé que ce rejet avait accru de façon "significative" le risque d'un Brexit sans accord, redouté par les milieux économiques. "L'impasse peut uniquement être surmontée par le Royaume-Uni", a déclaré le négociateur de l'UE pour le Brexit Michel Barnier, ajoutant que les préparatifs de l'UE en cas de divorce sans accord "étaient maintenant plus importants que jamais".

Photo: AFP

"La France regrette le vote de ce soir", a de son côté déclaré la présidence française, ajoutant que Paris ne pourrait "en aucun cas accepter une extension (de la date du Brexit) sans une stratégie alternative, crédible, de la part du Royaume-Uni".


Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit
Les députés britanniques ont sévèrement désavoué mardi la Première ministre conservatrice Theresa May en rejetant massivement son accord de sortie de l'UE lors d'un vote qui plonge un peu plus le Royaume-Uni dans l'incertitude à moins de trois mois du Brexit.

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a lui estimé que l'accord de Mme May était "clairement mort". Ce vote est un cinglant désaveu pour la Première ministre conservatrice qui a âprement négocié ce texte de près de 600 pages pendant de longs mois, et pose la question de sa survie à la tête de l'exécutif.

"Je regrette profondément la décision que cette chambre a prise", a-t-elle déclaré immédiatement après le vote, l'air fatigué et la voix enrouée, comme une métaphore des difficultés qu'elle rencontre dans ce processus d'une incroyable complexité, né du vote des Britanniques en faveur du Brexit lors du référendum du 23 juin 2016.

Avant de demander à la Chambre des communes ce qu'elle veut désormais: "Souhaite-t-elle révoquer l'article 50 (qui a lancé le processus de divorce, ndlr)? Veut-elle organiser un deuxième référendum ? Ou partir avec un accord, mais pas cet accord ?". - No deal? Report? - Et maintenant? Les députés voteront mercredi sur la possibilité de sortir de l'UE sans aucun accord.

Si cette option est exclue, le Parlement votera à nouveau jeudi, cette fois sur une proposition de report "limité" du Brexit. L'Union européenne serait "prête à considérer" un report de la date du Brexit, si le Royaume-Uni devait en faire une demande "motivée", a déclaré une porte-parole de la Commission européenne. Quant à lancer des discussions avec Bruxelles pour obtenir de nouveaux changements, la partie semble loin d'être gagnée.


An anti-Brexit protester draped in a composite if the EU and Union flag walks past more flags outside the Houses of Parliament in London on March 4, 2019. - Britain's Prime Minister Theresa May has promised to return to parliament with an EU Withdrawl Bill for lawmakers to have a 'meaningful vote' by March 12. Unless there is a negotiated delay Britain will leave the EU on March 29. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Les Britanniques auront des papiers européens jusqu'en 2020
Un projet de loi prévoit de mettre en place l'«approche généreuse» prévue par la Commission européenne et permettre aux 4.600 citoyens britanniques installés au Luxembourg de s'adapter aux changements que le Brexit va provoquer dans leurs droits.

"Il n'y aura pas de troisième chance", avait averti lundi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Pour tenter d'éviter une nouvelle défaite, Theresa May s'était rendue lundi soir à Strasbourg pour des négociations de dernière minute avec M. Juncker, au terme desquelles elle avait annoncé avoir obtenu des "changements légalement contraignants".

Déterminée à défendre ce texte jusqu'au bout, la dirigeante avait mis en garde les députés contre les conséquences d'un rejet. Son appel n'a pas convaincu. La publication de l'avis du conseiller juridique du gouvernement, l'attorney général Geoffrey Cox, n'y a pas aidé. Selon lui, "le risque juridique" présenté par l'accord "reste inchangé" malgré les concessions de Bruxelles revendiquées par Mme May.

Celles-ci concernent le "backstop" ("filet de sécurité"), la disposition la plus controversée de l'accord de divorce. Il s'agit d'un dispositif de dernier recours qui vise à éviter le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande afin de préserver les accords de paix de 1998 et l'intégrité du marché unique européen.

Les "Brexiters" craignent en effet de rester indéfiniment "piégés" dans une union avec l'Union européenne car le "filet de sécurité" implique un alignement étroit de tout le Royaume-Uni sur les règles commerciales européennes en attendant la conclusion d'un accord sur les futures relations.

Un pas de plus vers l'UE

Le rejet de l'accord a ravi des europhiles rassemblés devant le Parlement de Westminster et militant pour l'organisation d'un nouveau référendum. "C'est merveilleux, c'est un pas de plus vers un maintien dans l'UE", a déclaré à l'AFP Nina Hawl, 82 ans.

Satisfaction aussi du côté des militants pro-Brexit, prêts à quitter le giron européen le 29 mars sans accord. "Je suis contente", mais "c'est encore trop tôt pour célébrer", a dit Gulia Astell, 58 ans, souhaitant que le Parlement vote pour l'option du "no deal" mercredi.

La livre sterling, en nette baisse avant le rejet de l'accord, a repris un peu de force juste après le vote, avant de plonger de nouveau face à l'euro et au dollar. "Si on a un prolongement des négociations pendant encore trois ou six mois, cela va un peu plus peser sur l'économie britannique", a estimé Brendan McKennan, analyste de Wells Fargo.



Sur le même sujet

May une nouvelle fois «humiliée» par les députés
La presse britannique était sévère, mardi, après le vote lundi soir au Parlement d'un amendement permettant aux élus d'influer sur le processus du Brexit. Un vote qui complique encore un peu plus une affaire mal engagée.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Minister for the Cabinet Office and Chancellor of the Duchy of Lancaster David Lidington (L), Britain's Prime Minister Theresa May (C) and Britain's Chancellor of the Exchequer Philip Hammond (R) listening to questions in the House of Commons in London on March 25, 2019 on the next steps that parliament will take in the Brexit process. - Prime Minister Theresa May admitted Monday she had still not secured the votes needed to get her Brexit deal through parliament, raising again the prospect that Britain could crash out of the European Union in two weeks' time. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR/ UK Parliament"
Manifestation géante à Londres concernant le Brexit
"UE, je t'aime": des centaines de milliers de personnes ont défilé samedi à Londres pour réclamer un nouveau référendum sur le Brexit, en pleine incertitude sur la possibilité que la Première ministre Theresa May présente à nouveau son accord de divorce aux députés.
Le chaos s'installe au Parlement britannique
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"
Moment de vérité pour l'accord sur le Brexit
A seulement 17 jours du Brexit, les députés britanniques se prononcent ce mardi sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que Theresa May a annoncé avoir décrochées.
European Commission President Jean-Claude Juncker (R) and British Prime Minister Theresa May leave after giving a press conference following their meeting in Strasbourg, on March 11, 2019. - The British government said on Monday it had agreed "legally binding changes" to the Brexit deal during discussions between British Prime Minister Theresa May and EU officials in Strasbourg. (Photo by Frederick FLORIN / AFP)