Changer d'édition

Les Démocrates du Luxembourg «sous le choc»
International 6 2 min. 07.01.2021

Les Démocrates du Luxembourg «sous le choc»

D'autres mouvements de foule sont-ils à craindre avant la passation de pouvoir du 20 janvier? Natalie Bachiri craint que oui.

Les Démocrates du Luxembourg «sous le choc»

D'autres mouvements de foule sont-ils à craindre avant la passation de pouvoir du 20 janvier? Natalie Bachiri craint que oui.
Photo : AFP
International 6 2 min. 07.01.2021

Les Démocrates du Luxembourg «sous le choc»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Représentante du parti de Joe Biden au Grand-Duché, Natalie Bachiri a vécu l'attaque du Capitole par les partisans de Trump comme "un acte de terrorisme intérieur". Et la démocrate craint que d'autres coups d'éclat ne viennent marquer encore la fin de mandat du président des Etats-Unis.

Sa voix tremble encore. Et Natalie Bachiri l'avoue : «en voyant les images du Congrès américain pris d'assaut, j'ai été... effrayée». La présidente de la section luxembourgeoise des Democrats Abroad (membres du parti démocrate expatriés) ne veut pas employer le terme de guerre civile pour qualifier l'émeute qui vient de secouer Washington mais elle n'hésite pas à parler de «chaos terrifiant» par contre. Avouant avoir eu peur pour la démocratie devant son écran alors que les sénateurs se voyaient contraints d'arrêter leurs travaux.

"Trump n'a pas démontré sa force. Juste qu'il savait manier la propagande pour déclencher le chaos", estime Natalie Bachiri.
"Trump n'a pas démontré sa force. Juste qu'il savait manier la propagande pour déclencher le chaos", estime Natalie Bachiri.
Photo : DR

Maintenant que le calme semble revenu, et que l'on déplore quatre morts, Natalie Bachiri peine à croire que la colère des partisans de Donald Trump est totalement éteinte. Elle craint que d'autres événements ne viennent encore égrainer les deux semaines qui séparent les Etats-Unis de l'arrivée officielle de Joe Biden à la Maison Blanche. «Car n'en déplaise à Trump, le pays a maintenant bel et bien un nouveau dirigeant. Un Démocrate qui été désigné par le vote, sans fraude.»

Comment analyser alors la rébellion qui a saisi ces milliers de concitoyens venus se rassembler devant le Capitole avant de le prendre d'assaut? «Je ne crois pas qu'il s'agisse vraiment de soutiens du candidat ou du parti républicain. Ce sont des gens en colère et qui ont trouvé un leader qui a su attiser leur rancune contre le système.» La Garde nationale, appelée en renfort, serait ainsi intervenue pour repousser «des hommes et des femmes qui veulent blâmer leur pays pour ne pas les prendre suffisamment en compte. Ils avaient balayé Obama il y a quatre ans; là ils ont retourné leur colère contre le symbole du pouvoir politique».

Mais, pour Natalie Bachiri, les protestataires se trompent de cible. Aveuglés par les propos d'un «type qui ne veut pas abandonner son siège, qui ne peut se faire à l'idée qu'il a perdu à la régulière l'élection». Et l'Américaine, originaire du Minnesota et demeurant à Cessange, de s'avouer incrédule face à ce mouvement : «Trump n'a rien fait pour améliorer la situation de ces gens. La santé, le social, il s'en moque. Lui a servi les intérêts du 'big business' seulement.»


06.01.2021, USA, Washington: Ein Demonstrant schwenkt die US-Flagge im Inneren des US-Kapitols, nachdem Anhänger von US-Präsident Donald Trump das Gebäude gestürmt hatten, in dem die Abgeordneten den Sieg des designierten Präsidenten Joe Biden bei der Wahl im November bestätigen sollten. Foto: Miguel Juarez Lugo/Zuma Press/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Une attaque «honteuse», «odieuse» et «choquante»
Face aux scènes de violence survenues mercredi à Washington, le Premier ministre luxembourgeois, tout comme d'autres personnalités politiques du pays, n'ont pas manqué de faire part de leur effroi.

L'épisode de ce 6 janvier 2021 restera dans l'Histoire des USA. Mais rien ne dit que les esprits de tous sont apaisés. «Avec Ossof, les Démocrates ont remporté le siège de sénateur en Géorgie, donc le Sénat est officiellement à 50-50. Cela veut dire qu'il y aura débat pour que Biden puisse appliquer son programme, mais c'est le jeu démocratique. Le plus à craindre, poursuit Natalie Bachiri, est que d'autres violences ne soient commises d'ici là.» 


 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Trump condamne les violences du Capitole
Au lendemain d'une journée de chaos qui a ébranlé l'Amérique, le président sortant, accusé par Joe Biden d'avoir miné la démocratie, a lancé un rare appel à la «réconciliation», condamnant «une attaque odieuse».
Trump acquitté dans une Amérique divisée
Le président américain a été jugé innocent mercredi par le Sénat des Etats-Unis à l'issue d'un procès en destitution historique qui a jeté une lumière crue sur les fractures de l'Amérique, sans jamais faire vaciller sa base électorale.
L'Amérique sort plus divisée que jamais du procès en destitution de son président, Donald Trump
Donald Trump face aux électeurs, Acte II
Son nom ne sera inscrit sur aucun bulletin de vote mais sera dans tous les esprits: Donald Trump se prépare à des élections cruciales au Congrès, qui donneront le ton de la deuxième partie de son mandat à la présidence des Etats-Unis.