Changer d'édition

Les déchets radioactifs seront bien enterrés dans la Meuse
International 10.07.2015 Cet article est archivé
Loi Macron

Les déchets radioactifs seront bien enterrés dans la Meuse

Dans le sous-sol de Bure (Meuse), 80 000 m3 de déchets radioactifs doivent être stockés dans 15 km2 de galeries
Loi Macron

Les déchets radioactifs seront bien enterrés dans la Meuse

Dans le sous-sol de Bure (Meuse), 80 000 m3 de déchets radioactifs doivent être stockés dans 15 km2 de galeries
AFP
International 10.07.2015 Cet article est archivé
Loi Macron

Les déchets radioactifs seront bien enterrés dans la Meuse

Un amendement de la droite a été accepté par le gouvernement et ajouté au texte qui a été adopté sans vote ce jeudi à l'Assemblée.

Un amendement de la droite a été accepté par le gouvernement et ajouté au texte qui a été adopté sans vote ce jeudi à l'Assemblée, rapporte mediapart.fr.

L'Assemblée nationale a approuvé jeudi 9 juillet le projet d'enfouissement des déchets radioactifs Cigeo (Centre industriel de stockage géologique) situé à Bure (Meuse), au grand dam des écologistes.

Le gouvernement a accepté un amendement du sénateur mosellan Gérard Longuet (Les Républicains), entérinant ce laboratoire géré par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), et le texte a été intégré dans la loi Macron qui a été adoptée sans vote jeudi par l'Assemblée.



Sur le même sujet

La commission en charge du débat public sur la création à Bure (Meuse) en 2025 d'un «tombeau» pour les déchets radioactifs a  défendu mercredi l'idée d'un nouveau calendrier pour permettre plus de tests  grandeur nature de ce projet contesté.  
Situé à 100 km de la frontière luxembourgeoise, le futur site de stockage de déchets nucléaires de Bure fait actuellement l'objet d'un débat public. Le Luxembourg y prend part mais "les risques pour le Luxembourg sont très petits", assure Patrick Majerus, ingénieur nucléaire à la Division de la radioprotection, spécialiste du dossier.
Ce n'est pas tant le stockage souterrain des déchets radioactifs mais "le risque industriel que des containers tombent et cassent" qui préoccupe aujourd'hui les spécialistes du dossier au Luxembourg. La phase opérationnelle débutera en 2025 à Bure et prendra une centaine d'années.