Changer d'édition

Les décès et les contaminations explosent en Chine
International 4 min. 13.02.2020

Les décès et les contaminations explosent en Chine

Une résidente de Luyang traverse un canal de désinfection. Le nouveau mode de calcul a fait exploser le nombre de cas de coronavirus en Chine.

Les décès et les contaminations explosent en Chine

Une résidente de Luyang traverse un canal de désinfection. Le nouveau mode de calcul a fait exploser le nombre de cas de coronavirus en Chine.
Photo: dpa
International 4 min. 13.02.2020

Les décès et les contaminations explosent en Chine

Les autorités chinoises ont annoncé ce jeudi quelque 15.000 contaminations supplémentaires par le coronavirus, un bond record qu'elles justifient par une nouvelle définition des cas d'infection, les principaux responsables de la province berceau de l'épidémie étant eux démis de leurs fonctions.

(AFP) -  Ce chiffre inquiétant et ces sanctions disciplinaires alimentent les spéculations selon lesquelles la gravité de l'épidémie de pneumonie virale, désormais appelée Covid-19, pourrait avoir été sous-estimée. La Commission de la santé du Hubei a annoncé jeudi 242 nouveaux décès dans la province. C'est de loin l'augmentation la plus forte enregistrée en 24 heures depuis que la crise a débuté en décembre dans le chef-lieu provincial, Wuhan.

Ces bonds sont dus à une nouvelle définition plus large des cas d'infection. Dorénavant, les autorités locales comptabiliseront les cas «diagnostiqués cliniquement». En clair, une radio pulmonaire sur les cas suspects peut désormais être considérée comme suffisante pour diagnostiquer le virus. Jusqu'à présent, un test d'acide nucléique était indispensable. 


10.03.2020, Großbritannien, Cardiff: Ein Laborant behandelt Proben im Specialist Virology Centre der Universitätsklinik von Wales, um einen diagnostischen Test auf das neuartige Coronavirus durchzuführen. Foto: Ben Birchall/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le coronavirus se propage
Signalé pour la première fois par l'OMS le 31 décembre 2019, le virus 2019-nCoV s'est propagé à l'ensemble du globe en quelques semaines. La Chine, centre de l'épidémie, est particulièrement touchée.

Les autorités justifient cette nouvelle méthode par leur meilleure connaissance de la maladie et de ses symptômes et par leur volonté de faire bénéficier au plus vite les patients d'un traitement. «Dans ce genre d'épidémie, il y a deux méthodes: soit ratisser large pour faire en sorte qu'aucun malade ne passe à travers les mailles du filet, soit faire un dépistage précis», mais qui prend plus de temps, déclare Kentaro Iwata, professeur à l'université de Kobe et expert en maladies infectieuses.  

Des têtes tombent

«C'est toujours un dilemme», estime-t-il, jugeant «compréhensible» que les autorités du Hubei choisissent la première solution face à l'urgence. Ces nouveaux chiffres portent le bilan humain en Chine à près de 60.000 cas confirmés et au moins 1.355 morts.                 

Coïncidence ou pas: le plus haut responsable du Parti communiste chinois (PCC) dans le Hubei, Jiang Chaoliang, a été démis de ses fonctions. Il est remplacé par le maire de Shanghai, Ying Yong, réputé proche du président Xi Jinping.  


Pedestrians wear face masks in Hong Kong on February 3, 2020, as a preventative measure following a virus outbreak which began in the Chinese city of Wuhan. - Hundreds of Hong Kong medical workers walked off their jobs on February 3, demanding the city close its border with China to reduce the coronavirus spreading -- with frontline staff threatening to follow suit in the coming days. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
Six choses connues sur le coronavirus
Taux de mortalité, niveau de transmission, moment où un malade devient contagieux, période d'incubation: des inconnues empêchent encore de déterminer l'impact mondial de l'épidémie partie de Chine.

Le principal responsable communiste de Wuhan, Ma Guoqiang, a également été limogé. Des chutes anticipées, tant la colère de l'opinion semble vive. Une grande partie des citoyens accuse depuis plusieurs semaines les autorités locales d'avoir tardé à réagir face aux premiers cas de la maladie. 

Un mécontentement devenu fureur après la mort vendredi de Li Wenliang (34 ans), l'un des premiers médecins à avoir alerté sur l'épidémie. Réprimandé par la police qui l'accusait de propager des «rumeurs», il avait lui-même été contaminé.   

«Dans n'importe quelle direction»

Les têtes avaient déjà commencé à rouler en début de semaine au Hubei. Les deux plus hauts responsables provinciaux du ministère de la Santé avaient été démis de leurs fonctions.   

A Genève, Michael Ryan, chef du département des urgences sanitaires de l'Organisation mondiale de la santé a déclaré: «Je pense qu'il est aujourd'hui beaucoup trop tôt pour tenter de prédire le commencement, le milieu ou la fin de cette épidémie». Le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a renchéri, préconisant «une extrême prudence» et de conclure: «Cette épidémie peut aller dans n'importe quelle direction». 


Medical personnels wearing protective suits stay near a block's entrance in the ground of a residential estate, in Hong Kong, early on February 11, 2020, after two people in the block were confirmed to have contracted the coronavirus according to local newspaper reports. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
L'OMS redoute une propagation accrue hors de Chine
Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus a franchi mardi la barre des 1.000 morts, et pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a dépêché une mission d'experts en Chine, le nombre croissant de cas de transmission hors de ce pays pourrait augurer d'une plus grande propagation de l'épidémie à travers le monde.

Les chiffres annoncés jeudi tranchent avec ceux de la veille: la Chine avait fait état du plus faible nombre de nouvelles contaminations depuis près de deux semaines. Un expert chinois reconnu avait même prédit un «pic» de l'épidémie d'ici fin février.    

Pour l'instant, 99,9% des décès enregistrés dans le monde l'ont été en Chine. En dehors du pays, le Covid-19 n'a entraîné la mort que d'une personne, un Chinois aux Philippines. 



Sur le même sujet

Près de 1.770 morts par le coronavirus en Chine
Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale a quasiment doublé en l'espace d'une semaine. Des chiffres officiels qui confirment toutefois une décrue, même si l'Organisation mondiale de la santé a averti que la propagation du coronavirus reste «impossible à prévoir».
This photo taken on February 16, 2020 shows a man (R) who has recovered from the COVID-19 coronavirus infection donating plasma in Lianyungang in China's eastern Jiangsu province, aimed at curing infected patients in severe and critical conditions. - The death toll from China's new coronavirus epidemic jumped to 1,770 after 105 more people died, the National Health Commission said February 17. (Photo by STR / AFP) / China OUT
Le GP de Chine de F1 reporté à cause du coronavirus
Prévue initialement le 19 avril, l'épreuve a été reportée à une date non précisée en raison de l'épidémie virale, officiellement baptisée Covid-19, a annoncé la Fédération internationale de l'automobile (FIA) mercredi.
Le Grand Prix de Chine de F1 devait initialement aoir lieu le 19 avril à Shanghai
La mort du lanceur d'alerte du coronavirus provoque la colère
Li Wenliang, le médecin chinois sanctionné pour avoir tiré l'alarme à l'apparition du nouveau coronavirus a succombé vendredi à l'épidémie. Libérant un flot de colère en Chine où le bilan continue de s'alourdir avec 636 morts déjà enregistrés.
A photo obtained on February 7, 2020 shows Chinese coronavirus whistleblowing doctor Li Wenliang whose death was confirmed on February 7, lying on a bed at the Wuhan Central Hospital, China. - The death of a whistleblowing ophthalmologist whose early warnings about China's new coronavirus outbreak were suppressed by the police has unleashed a wave of anger at the government's handling of the crisis -- and bold demands for more freedom. (Photo by Li WENLIANG / Social Media / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /Li WENLIANG" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Le coronavirus se propage
Signalé pour la première fois par l'OMS le 31 décembre 2019, le virus 2019-nCoV s'est propagé à l'ensemble du globe en quelques semaines. La Chine, centre de l'épidémie, est particulièrement touchée.
10.03.2020, Großbritannien, Cardiff: Ein Laborant behandelt Proben im Specialist Virology Centre der Universitätsklinik von Wales, um einen diagnostischen Test auf das neuartige Coronavirus durchzuführen. Foto: Ben Birchall/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un décès à Hong Kong, un premier cas en Belgique
Un Hongkongais est devenu mardi la première personne décédée de l'épidémie virale dans la mégapole et la seconde hors de Chine continentale où le bilan monte à 425 morts. Par ailleurs, la ministre de la Santé belge Maggie De Block fait état d’un premier contaminé en Belgique.
Le coronavirus a fait à ce jour 425 victimes en Chine, plus une aux Philippines et une à Hong Kong