Changer d'édition

Les couleurs de l'arc-en-ciel se profilent en Belgique
International 3 min. 27.11.2019

Les couleurs de l'arc-en-ciel se profilent en Belgique

L'informateur a visiblement pris une orientation plus sociale afin de rassembler autour d'un programme de gouvernement.

Les couleurs de l'arc-en-ciel se profilent en Belgique

L'informateur a visiblement pris une orientation plus sociale afin de rassembler autour d'un programme de gouvernement.
Photo: AFP
International 3 min. 27.11.2019

Les couleurs de l'arc-en-ciel se profilent en Belgique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Des indiscrétions trahissent le cap pris par l’informateur Paul Magnette, à rebrousse-poil de la politique défendue par la N-VA. Il serait même question de diminuer l'avantage lié à la voiture de fonction, si elle est à moteur thermique.

Max HELLEFF (Bruxelles) - Des fuites parues dans la presse belge, mercredi matin, permettent de mieux saisir la teneur des échanges qu’organise l’informateur Paul Magnette entre les partis politiques. Ces discussions, rappelons-le, sont censées jeter à terme les bases du futur gouvernement belge.

Un thème s'impose d'emblée: la voiture de société serait obligatoirement «zéro émission» en 2023 ou 2024. Exit donc les voitures de fonction thermiques qui constituent jusqu’ici un mode de rémunération appréciable pour certains salariés. Dans quatre ou cinq ans, l’avantage fiscal concédé à l'entreprise et au travailleur ne serait plus exigible que pour des véhicules dits «propres», c’est-à-dire ne produisant pas de gaz d'échappement. D'ici là, les contrats de leasing seraient limités aux voitures les moins polluantes.


Le socialiste francophone Paul Magnette, bourgmestre de Charleroi, a accepté cette mission  d'informateur et fera rapport au Roi le 18 novembre
En Belgique, le Roi déplace le curseur vers la gauche
Une des grandes figures de la gauche en Belgique, le socialiste Paul Magnette, a été chargé mardi par le roi Philippe d'explorer les possibilités de formation d'une nouvelle coalition, dans un pays sans gouvernement de plein exercice depuis décembre 2018.

Cette solution aurait le mérite de conserver leurs avantages aux  bénéficiaires d’une voiture de société tout en gardant le gain fiscal qui va de pair à leurs patrons. Elle se substituerait à la réforme lancée péniblement par le gouvernement Michel, réforme qui est loin d’atteindre ses objectifs.

En 2016, un décompte a établi que 650.000 voitures de société roulent en Belgique. Le plus souvent, il s’agit de véhicules puissants, donc polluants. Ils représentent 11,5% du parc automobile, mais effectuent 23% de la distance totale parcourue par les voitures immatriculées. 

Caresser dans le sens du poil

La montée en puissance des écologistes lors des élections du 26 mai dernier, mais aussi la prise de conscience d’autres acteurs politiques, pourraient cette fois contribuer à neutraliser les nuisances de la voiture de société, véritable vache à lait de l’entreprenariat belge.  

Ce projet, écrivent L'Echo et De Tijd, semble s’inspirer de propositions formulées par le passé par les libéraux et les chrétiens-démocrates flamands. Deux partis que l’informateur Paul Magnette se doit de caresser dans le sens du poil, car mathématiquement utiles - sinon nécessaires - à la construction d’une future majorité arc-en-ciel.

Les nationalistes ne pèsent pas de tout leur poids dans ce projet

Autre point fort des échanges interpartis : la migration. L'accent est mis ici sur le respect des Droits de l’Homme, la modernisation des procédures de migration économique mais aussi le durcissement des règles du regroupement familial, un thème cher à la N-VA de Bart De Wever. A l’inverse, contrairement à ce qu’avait imposé l’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA), la détention des mineurs en centres fermés serait supprimée.

Il est encore question de refinancement de la Justice, d’un «droit de réorientation» qui permettrait au salarié de changer d’employeur en gardant son ancienneté et ses droits sociaux, ou encore du relèvement de toutes les allocations sociales au-dessus du seuil de pauvreté.

La N-VA craint l'exclusion

 «Les accents mis sur le social et le climat davantage que sur la migration achèvent de convaincre que les nationalistes ne pèsent pas de tout leur poids dans ce projet», écrit Le Soir. La N-VA nationaliste flamande estime de son côté que «Paul Magnette tente de mettre en place un gouvernement arc-en-ciel de gauche, dont elle serait exclue». 

Tout porte à croire qu’elle a raison : l’idée de préparer «d’importants projets symboliques ou d’infrastructures pour les 200 ans de la Belgique» en 2030 circule elle aussi dans les notes de Paul Magnette. La N-VA leur préférera sans aucun doute ce «canon flamand» censé apporter une identité propre à la Flandre.


Sur le même sujet

Moins de trains pour relier Luxembourg à Bruxelles
A l'occasion des changements d'horaires prévus par la SNCB pour le 15 décembre, deux liaisons quotidiennes entre les deux capitales seront supprimées. En revanche, le prix de l'abonnement pour les frontaliers baissera dans le courant 2020.
A compter du 15 décembre, il ne restera plus que neuf trains IC directs quotidiens de Luxembourg à Bruxelles au lieu de onze actuellement
Le télétravail bloqué à 24 jours/an en Belgique
Il y a six mois un accord de principe passé entre les gouvernements belge et luxembourgeois prévoyait de doubler le nombre de jours de télétravail autorisés. Aujourd'hui, les travailleurs frontaliers belges n'ont toujours rien vu venir. Les élus locaux s'en inquiètent.
Pour le moment, le Belge a droit à un seuil de 24 jours de télétravail par an. Soit cinq de moins que son alter ego français.
Mission prolongée pour Paul Magnette
Le président des socialistes belges se dit à nouveau optimiste quant à ses chances de mener à bien son travail en vue de la formation du prochain gouvernement. Le roi attend ses propositions pour le 25 novembre désormais.
Minister-President of Belgium's French-speaking Walloon Region Paul Magnette delivers a speech during a debate about the EU-Canada Comprehensive Economic Trade Agreement (CETA) at the plenary session of the Walloon Parliament in Namur, on October 28, 2016.
Belgium announced a breakthrough on October 27, 2016 to save a landmark EU-Canada free trade deal, winning over domestic holdouts who threatened to torpedo the agreement and further damage Europe's international credibility. But news of the intra-Belgian agreement came too late for EU leaders and Canadian Prime Minister Justin Trudeau to sign as planned -- while Canada's Trade Minister Chrystia Freeland cautioned there was more work ahead. / AFP PHOTO / JOHN THYS