Changer d'édition

Les conséquences du retrait du Mali pour le Luxembourg
International 2 min. 17.02.2022 Cet article est archivé
Engagement militaire au Sahel

Les conséquences du retrait du Mali pour le Luxembourg

C'est depuis le Findel que des soldats luxembourgeois sont partis en juin 2021 en direction du Mali.
Engagement militaire au Sahel

Les conséquences du retrait du Mali pour le Luxembourg

C'est depuis le Findel que des soldats luxembourgeois sont partis en juin 2021 en direction du Mali.
Photo: Armee
International 2 min. 17.02.2022 Cet article est archivé
Engagement militaire au Sahel

Les conséquences du retrait du Mali pour le Luxembourg

La France met fin à sa mission de combat au Mali, en Afrique de l'Ouest. La Bundeswehr reconsidère elle aussi sa présence. Que font les Luxembourgeois?

(tb avec mer/dpa) La France, le Canada et plusieurs partenaires européens mettent fin à leurs missions de combat «Barkhane» et «Takuba» dans l'Etat sahélien d'Afrique de l'Ouest, le Mali. Cela a des répercussions sur les autres missions militaires dans la région. Outre les missions de combat, des points d'interrogation planent également sur deux «missions non combattantes» auxquelles participent des soldats luxembourgeois.


French President Emmanuel Macron (2-R), flanked by Ghana's President Nana Afuko Addo (R), Senegal's President Macky Sall (2-L), and European Council President Charles Michel (L), holds a joint press conference on France's engagement in the Sahel region, at the Elysee Palace in Paris on February 17, 2022. - France announced on February 17, 2022, that it was withdrawing troops from Mali due to a breakdown in relations with the ruling junta, after nearly 10 years of fighting a jihadist insurgency. The Mali deployment has been fraught with problems for France. Of the country's 53 soldiers killed serving in West Africa, 48 of them died in Mali. (Photo by Ian LANGSDON / POOL / AFP)
Un sommet pour «changer la donne» Europe-Afrique
Ce jeudi se tient le sixième sommet UE et Union africaine, alors que la France et ses alliés ont officialisé leur retrait de leurs forces armées engagées au Mali.

Il s'agit de la mission de formation européenne EUTM (European Union Training Mission, actuellement 21 Luxembourgeois impliqués) et de la mission de casques bleus Minusma (United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission), qui sert à la protection de la population et à laquelle participent actuellement deux Luxembourgeois. Le ministre de la Défense François Bausch (Déi Gréng) avait souligné à plusieurs reprises que ces missions, en contrepartie des opérations françaises, visaient à stabiliser la situation sécuritaire et étaient de nature non combattante.

Graphique: Sabina Palanca

Le président du Conseil de l'UE Charles Michel a assuré jeudi qu'«il y a un engagement durable des Européens aux côtés de l'Afrique. Nous voulons rester actifs dans la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel, au Niger et dans le golfe de Guinée. Il s'agit maintenant de réorienter les forces militaires afin d'agir plus efficacement contre les groupes terroristes.»

Davantage de risques pour les soldats restants

La Minusma se sent concernée par la décision de la France. «Ce départ aura un impact compte tenu de leur engagement dans la lutte contre le terrorisme. Nous pouvons donc nous attendre à des risques accrus pour nos forces opérant dans la zone de Ménaka», a déclaré le porte-parole de la Minusma Olivier Salgado à l'agence de presse allemande. «Nous allons prendre les mesures nécessaires pour nous adapter à ce nouveau contexte afin de poursuivre la mise en œuvre de notre mandat». 


Un nouveau contingent s'envole vers le Mali
A peine rentré de mission en Afghanistan, voilà l'A400M belgo-luxembourgeois sur le tarmac du Findel. Cette fois, l'Airbus a pris à son bord des soldats engagés dans une mission de formation d'unités combattantes maliennes.

Interrogé par le Luxemburger Wort, François Bausch a souligné jeudi que «le retrait des troupes antiterroristes n'a pas d'influence directe sur le maintien des deux autres missions». La semaine prochaine, une délégation de l'UE se rendra sur place au Mali pour se faire une idée de la situation. «Sur la base des résultats de cette mission, toutes les nations participantes décideront du maintien ou non des troupes EUTM», a ajouté le ministre de la Défense. L'ONU prendra également une décision sur la Minusma dans les mois à venir. Les activités de la troupe de mercenaires russes Wagner au Mali constituent un point d'achoppement.

Le retrait des troupes antiterroristes n'a pas d'influence directe sur le maintien des deux autres missions.

Le ministre de la Défense François Bausch

La ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht a déclaré: «Je dois dire que je suis très sceptique quant à la possibilité de parvenir à une prolongation du mandat en ce qui concerne EUTM».

En ce qui concerne la participation à la mission de stabilisation de l'ONU, la Minusma, il s'agira de savoir si l'on pourra continuer à protéger les soldats allemands. «Jusqu'à présent, cela a été possible grâce aux capacités françaises. Et si cela fait maintenant défaut, nous devrons alors chercher une solution de toute urgence.» La Bundeswehr est active au Mali avec 1.300 soldats.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Trente ans après leur dernier engagement, des soldats luxembourgeois s'apprêtent à remettre les rangers en Irak. Mais des uniformes frappés du lion rouge vont également être déployés, d'ici trois semaines, au Mozambique. Une première.
U.S. Army soldiers from the 37th Engineer Company are seen at the Crossed Swords monument in the Green Zone in Baghdad, Iraq, Wednesday, June 24, 2009. The Iraqi government on Tuesday declared a public holiday to mark next week's withdrawal of U.S. combat troops from Baghdad and other cities. American forces already have begun pulling back from outposts inside the cities ahead of a June 30 deadline, the first phase of a full withdrawal by the end of 2011.(AP Photo/Karim Kadim)
Dans un contexte politique international toujours marqué par les actions de l'Etat islamique, le Luxembourg annonce l'envoi de contingents en Afrique et au Moyen-Orient. Pour y réaliser des opérations non combattantes.
Lokales, Xavier Bettel & Francois Bausch besuchen die Kaserne Grand-Duc Jean-Härebierg,Armee. Foto:Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le chef d'état-major s'apprête à quitter l'armée luxembourgeoise après lui avoir consacré 42 ans. L'officier laisse un millier d'hommes. Un effectif qui va être renforcé bien vite, autant que les capacités opérationnelles.
online.fr, Portrait Alain Duschene  Armee Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort