Changer d'édition

Les cinq scénarios possibles de la guerre en Ukraine
International 5 min. 06.03.2022 Cet article est archivé
Analyse

Les cinq scénarios possibles de la guerre en Ukraine

Les civils ont déjà payé un lourd tribut de cette dizaine de jours de combats.
Analyse

Les cinq scénarios possibles de la guerre en Ukraine

Les civils ont déjà payé un lourd tribut de cette dizaine de jours de combats.
Photo: AFP
International 5 min. 06.03.2022 Cet article est archivé
Analyse

Les cinq scénarios possibles de la guerre en Ukraine

Nul ne sait dire quelle tournure prendra le conflit Ukraine-Russie. Cinq scénarios reviennent cependant régulièrement sur la table des analystes.

(AFP) - Entrer en guerre est assez linéaire, en sortir est beaucoup plus improbable, conviennent les analystes du monde entier. Parmi les scénarios possibles en Ukraine, cinq reviennent régulièrement dans leurs projections, elles-mêmes frappées d'incertitudes.


TOPSHOT - A BM-21 'Grad' multiple rocket launcher fires towards Russian positions on the front line near Bakhmut, Donetsk region, on November 27, 2022, amid the Russian invasion of Ukraine. (Photo by Anatolii STEPANOV / AFP)
L'Ukraine s'attend à de nouvelles attaques russes
Suivez en direct le conflit opposant l'Ukraine à la Russie depuis le 24 février 2022.

1: Vladimir Poutine tombe

C'est le scénario dont rêvent les Occidentaux. En frappant l'économie russe de sanctions élaborées depuis novembre, avec un nouveau train en cours de préparation, ils entendent fragiliser Vladimir Poutine jusqu'à provoquer sa chute.

L'armée pourrait décider de ne plus le suivre, le peuple se révolter face à une crise économique majeure, les oligarques s'éloigner après la saisie de leurs avoirs. Mais la perspective reste confuse.

«Un changement de régime en Russie peut sembler la seule porte de sortie dans cette tragédie. Mais (...) cela n'est pas plus susceptible d'améliorer les choses que de les empirer», écrit sur son compte Twitter Samuel Charap, chercheur à la RAND corporation.

«Le scénario d'un successeur libéral réformateur implorant le pardon pour les péchés de Poutine serait génial mais ce serait génial aussi de gagner au loto», ironise-t-il.

Même prudence du côté d'Andrei Kolesnikov, du Carnegie Center, qui constate que Poutine, selon des analyses indépendantes, reste populaire. Et «pour le moment, la pression financière occidentale sans précédent» a transformé la classe politique russe et les oligarques «en supporters indéfectibles» de leur chef.

2: l'Ukraine soumise

C'est cette fois le scénario écrit par Vladimir Poutine. L'armée russe est supérieure et pourrait le conduire à soumettre l'Ukraine. Mais les difficultés semblent à beaucoup insurmontables.

«C'est une guerre que Vladimir Poutine ne peut pas gagner, quelles que soient sa durée et la cruauté de ses méthodes, assure l'historien britannique Lawrence Freedman, du King's College de Londres. «Entrer dans une ville n'est pas la même chose que la tenir». 


Personne ne peut entrer sans passeport biométrique
Une femme est décédée à un point d'enregistrement des réfugiés en Hongrie. Des conditions d'entrée simplifiées auraient peut-être pu éviter un tel drame. Reportage près de la frontière ukrainienne.

Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), expose plusieurs alternatives.

Annexion pure et simple ? «Cela n'a à peu près aucune chance de se produire», écrit-il. Division de l'Ukraine, comme la Corée ou l'Allemagne en 1945 ? A peine plus plausible, selon lui. Reste l'option où «la Russie parvient à battre les forces ukrainiennes et installer un régime fantoche à Kiev» .

3: l'enlisement

Les Ukrainiens ont surpris les Russes, l'Occident, eux-mêmes peut-être, avec une mobilisation totale, même si destructions et pertes sont massives.

«L'Etat, l'armée, l'administration ne se sont pas effondrés», constate un diplomate occidental. Contrairement au discours de Poutine, «la population n'accepte pas les Russes comme des libérateurs», ajoute-t-il, évoquant «probablement dans la chaîne militaire russe des difficultés qu'il est trop tôt pour qualifier».

La résistance est en outre portée par Volodymyr Zelensky, un ex-comique devenu président de l'Ukraine qui a stupéfait le monde par son sang-froid et son courage.

Soutenues par les services de renseignement occidentaux et des livraisons d'armes, les forces ukrainiennes peuvent entraîner leur adversaire dans un conflit urbain destructeur mais où la connaissance du terrain sera décisive. Or l'expérience montre que les guérillas sont rarement défaites.

4: le conflit s'étend

L'Ukraine partage ses frontières avec quatre membres de l'Otan jadis membres du bloc soviétique, pour lequel Vladimir Poutine ne cache pas sa nostalgie. Après avoir absorbé le Bélarus, envahi l'Ukraine, peut-il regarder du côté de la Moldavie, petit Etat coincé entre l'Ukraine et la Roumanie, voire la Géorgie, sur la côte Est de la mer Noire ?


Zahlreiche Menschen hatten an der friedlichen Demonstration teilgenommen.
Les Luxembourgeois ont manifesté contre la guerre
Comme dans de nombreuses autres villes, des citoyens sont descendus dans les rues de Luxembourg ce samedi pour exprimer leur opposition à la guerre en Ukraine.

Moscou pourrait tenter de rompre les équilibres de sécurité européens et transatlantiques «en provoquant des incidents aux frontières de l'Europe» ou via notamment des cyberattaques, estime Bruno Tertrais.

Mais la Russie osera-t-elle défier l'Otan et son article 5, qui impose à l'alliance de répondre si un membre est attaqué ? «Peu probable tant les deux parties veulent l'éviter», avance Pascal Ausseur, ex-amiral, directeur de la Fondation méditerranéenne d'études stratégiques (FMES).

Pour autant, «la rentrée de forces russes dans un pays de l'Otan, la Lituanie par exemple pour relier Kaliningrad (au Bélarus) reste envisageable», précise-t-il à l'AFP.

Une méprise ou un accrochage sont également possibles aux frontières (européennes) de l'Ukraine ou en mer Noire, où de nombreux aéronefs et navires de guerre sont déployés dans un espace restreint et une ambiance électrique.

5: la confrontation nucléaire

C'est le scénario auquel personne n'a envie de penser. Vladimir Poutine a fait monter les enchères en plaçant en «état spécial d'alerte» ses forces nucléaires dimanche dernier, déclaration à la fois inquiétante et sans substance réelle - puisqu'une partie des armes nucléaires sont constamment utilisables en un rien de temps.

De là, deux types d'opinions. Celles portées notamment par Christopher Chivvis (Carnegie) pour qui une bombe, fut-elle «tactique» et donc d'impact localisé, pourrait être utilisée.

«Franchir le seuil nucléaire ne signifierait pas nécessairement (...) une immédiate guerre thermonucléaire mondiale. Mais elle constituerait un tournant extrêmement dangereux dans l'Histoire du monde», écrit-il.

D'autres, comme Gustav Gressel, du Conseil européen des relations internationales (ECFR), sont plus rassurants.

«Il n'y a pas de préparation côté russe pour une frappe nucléaire», estime-t-il. Les annonces de Poutine «sont essentiellement destinées aux publics occidentaux pour nous faire peur».


Sur le même sujet

Six mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit s'éternise. La guerre peut-elle durer des années ? Quelles sont les capacités à faire face des deux pays ? Tentatives de réponses.
A local resident walks past her damaged house following a missile strike in the Rohan village near Kharkiv on August 21, 2022, amid the Russian invasion of Ukraine. (Photo by SERGEY BOBOK / AFP)
Depuis le lancement de l'offensive russe le 24 février en Ukraine, la Russie se voit de plus en plus isolée sur la scène internationale. Retour sur les étapes du conflit armé et les sanctions prises envers Moscou.
01.03.2022, Ukraine, Charkiw: Nach einem Raketeneinschlag vor dem Gebäude der regionalen Verwaltung in Charkiw auf dem Svobody-Platz (Freiheitsplatz) halten sich die Menschen am Zelt der Freiwilligen "Alle für den Sieg" auf. Foto: --/Ukrinform/dpa +++ dpa-Bildfunk +++