Changer d'édition

Les centrales belges vulnérables lors d’un crash aérien
International 3 min. 24.06.2020

Les centrales belges vulnérables lors d’un crash aérien

Malgré des renforcements de leur sécurité, les anciennes centrales (Tihange et Doel, par exemple) sont loin d'être protégées pour la chute d'un appareil.

Les centrales belges vulnérables lors d’un crash aérien

Malgré des renforcements de leur sécurité, les anciennes centrales (Tihange et Doel, par exemple) sont loin d'être protégées pour la chute d'un appareil.
Photo : AFP
International 3 min. 24.06.2020

Les centrales belges vulnérables lors d’un crash aérien

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Les écologistes mettent en garde contre le danger que représentent les avions de grand gabarit

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - C’est la dernière controverse en date en matière nucléaire : si un avion devait se crasher sur une centrale belge, il y a de fortes chances que l’on assisterait à une catastrophe. Telle est conclusion tirée par les députés écologistes Samuel Cogolati et Tinne Van der Straeten. Si l’on en croit les Verts, ardents adversaires du nucléaire, les plus vieilles centrales -Tihange 1 (Huy) et Doel 1 et 2 (Anvers) dont l’âge avoisine les 45 ans - se montreraient particulièrement vulnérables en cas de chute d’un avion de grand gabarit.  

Cela non seulement parce que leur structure de béton en souffrirait, mais surtout parce que l’embrasement du kérosène porterait la température des lieux à un niveau dangereux. Or si les plus anciennes centrales sont susceptibles de résister au crash d’un avion de tourisme, il n’en va pas de même avec les vols commerciaux et les cargos. Les mesures de sécurité renforcées à la suite de la catastrophe de Fukushima en 2011 seraient, dans certains cas, insuffisantes.

Tihange 2 et 3, mais aussi Doel 3 et 4, auraient quant à elles été conçues pour résister à la chute d'un avion civil ou militaire de taille moyenne, tel un Boeing 767. Les Verts font cependant remarquer que les avions-cargos qui fréquentent l'aéroport de Bierset peuvent peser plus de 400 tonnes et emporter 192 tonnes de kérosène. En toute logique, disent-ils, il faudrait interdire le survol des sites nucléaires. En France, celui-ci est interdit sous les 1.000 m d'altitude et dans un rayon de 5 km.

Problème : le ciel belge est des plus encombrés. Et cette situation ne devrait pas s’améliorer, au contraire. L’arrivée prochaine d’Ali Baba à Bierset, où le géant chinois établit un hub européen, est synonyme d’une intensification du trafic de fret au-dessus de la région liégeoise. Moins de 20 km séparent Tihange de Bierset à vol d’oiseau.


A former worker at the Fessenheim nuclear powerplant Jean-Marie Rohe poses in front of the building of Fessenheim's power plant, eastern France, on January 24, 2020. - Less than two weeks before the shutdown of the first reactor, there is sadness and uncertainty, among the employees of Fessenheim resigned by the shutdown of the plant. (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)
La France ferme sa plus vieille centrale nucléaire
Le réacteur n°1 du site de Fessenheim, en Alsace, doit être définitivement arrêté samedi. Première étape sur le long chemin du démantèlement de la doyenne des installations nucléaires françaises.

Mauvaise nouvelle donc pour les centrales nucléaires belges. Une de plus. Et un paramètre supplémentaire à prendre en considération pour ceux qui parient sur le prolongement de leurs activités au-delà de 2025, moment où le pays s’est pourtant engagé officiellement à abandonner l’atome. En mai dernier, le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem a rappelé qu’un tel prolongement ne pourrait se faire sans répondre aux nouvelles exigences de sécurité. 

Tout ceci est la conséquence logique de l’entrée en vigueur récente de normes de sécurité révisées, lesquelles s'appuient sur la transposition en droit belge des recommandations de l'Association des autorités de sûreté nucléaire des pays d’Europe de l’Ouest (Wenra). Elles impliquent que d’importants investissements soient faits pour permettre aux plus vieux réacteurs de résister à une catastrophe aérienne.

Electrabel dans l'attente

«Nous attendons les analyses de l'exploitant quant aux mesures de sécurité existantes en cas de chute d'avion. Ce que nous pouvons dire, c'est que les réacteurs devront être conformes à la prochaine révision décennale», a expliqué à L’Echo l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). On se rappelle par ailleurs que deux centrales -  Doel 3 et Tihange 2 – ont été par le passé mises à l’arrêt de longs mois en raison de la présence de microbulles dans leurs cuves.

Ajoutons l’incertitude qui règne autour de la formation du prochain gouvernement fédéral et on comprendra que le fournisseur d’énergie Electrabel y réfléchira à deux fois avant d’investir à nouveau dans la sécurisation de son parc nucléaire. Si la N-VA de Bart De Wever soutient à demi-mots la survie de l’atome, les écologistes l’ont une fois pour toutes condamné à mort.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La grogne s'intensifie au sujet des déchets nucléaires
Alors que la consultation transfrontalière prend fin le 13 juin, c’est au tour du Comité national d’action contre le nucléaire de monter au créneau. Le collectif luxembourgeois s’inquiète des conséquences que pourrait avoir une implantation notamment dans la région de Neufchâteau.
Cattenom touchée, mais loin d'être coulée
Dès le début de l'épidémie de covid-19, deux salariés de la centrale nucléaire avaient été détectés positifs au virus. Mais plus aucun cas n'est venu perturber depuis la marche du site lorrain.
Kernkraftwerk Cattenom - Photo : Pierre Matgé
Le Japon commémore le tsunami de 2011
Le pays du soleil levant commémorait sobrement mercredi le souvenir du grand tsunami du 11 mars 2011, qui a aussi entraîné la catastrophe nucléaire de Fukushima. L'épidémie de coronavirus a conduit à l'annulation des principales cérémonies publiques.
TOPSHOT - A man visits a memorial monument in Namie, Fukushima prefecture on March 11, 2020 on the ninth anniversary of the 2011 tsunami disaster. - Japan marked the ninth anniversary of the killer tsunami that triggered the Fukushima nuclear meltdown, but fears about the new coronavirus forced a scaling back of public commemorations. (Photo by STR / JIJI PRESS / AFP) / Japan OUT