Changer d'édition

Les centrales au gaz belges ont le vent en poupe
International 3 min. 04.11.2021 Cet article est archivé
Energie

Les centrales au gaz belges ont le vent en poupe

Fermer ou non les réacteurs nucléaires belges? Telle est la question qui se pose à la coalition Vivaldi.
Energie

Les centrales au gaz belges ont le vent en poupe

Fermer ou non les réacteurs nucléaires belges? Telle est la question qui se pose à la coalition Vivaldi.
Photo : Chris Karaba
International 3 min. 04.11.2021 Cet article est archivé
Energie

Les centrales au gaz belges ont le vent en poupe

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Engie se positionne en tant qu’acteur numéro 1 d’une technologie appelée à remplacer (peut-être) le nucléaire.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Les anti-nucléaires ont l’avantage. C’est du moins ce qu’on peut déduire de la perspective de voir deux nouvelles centrales au gaz mises en chantier par la Belgique. L’une à Vilvorde, en Flandre. L’autre aux Awirs, en Wallonie, à une centaine de kilomètres au nord-ouest du Luxembourg.


Belgium's Prime Minister Alexander De Croo arrives for the COP26 UN Climate Summit in Glasgow on November 1, 2021. - More than 120 world leaders meet in Glasgow in a "last, best hope" to tackle the climate crisis and avert a looming global disaster. (Photo by PHIL NOBLE / POOL / AFP)
La Belgique en ordre dispersé à Glasgow
Avant la COP26, les différentes entités du pays n’ont pas réussi à se mettre d’accord à ce jour sur l’effort à fournir au profit du climat.

Rappelons que la fin de l’atome belge est programmée pour 2025. Officiellement, le gouvernement De Croo entend respecter cette décision vieille de près de vingt ans pourvu qu’elle soit «faisable et finançable». A la fin novembre, il aura à choisir entre deux scénarios : soit la fermeture des sept réacteurs que compte le royaume, soit le maintien en activité des deux réacteurs les plus récents.

Ce choix dépendra en bonne partie de la capacité du pays à se donner les infrastructures capables de fournir l’électricité que ne pourra plus produire le nucléaire. Parmi les solutions sur la table, la construction de nouvelles centrales au gaz agite les esprits depuis des mois. Celles-ci risquent en effet d’émettre de grandes quantités de gaz à effet de serre à un moment où la planète ne sait plus à quel saint se vouer pour les réduire.


13.4. Cattenom / Visite Centrale Nucleaire Cattenom / Atomkraft / Foto: Guy Jallay
Guerre de tranchées autour du nucléaire belge
Un rapport scientifique recommandant la construction de centrales au gaz provoque bien des remous au sein du gouvernement De Croo.

Si l’on ajoute à la capacité de deux centrales au gaz d’autres moyens de production mais aussi d’économies, presque 2 gigawatts d’électricité non nucléaire devraient être mis dans un premier temps à la disposition du pays.

Engie tient ici la corde. L’actuel exploitant du parc nucléaire belge propose de construire deux centrales au gaz d’une capacité de 875 MW. Ses offres sont considérées comme les meilleures car moins gourmandes en subsides publics, note Le Soir.

Engie explique avoir «une expertise et une compétence, et veut continuer un rôle dans la production d’électricité en Belgique, en augmentant sa capacité renouvelable, mais aussi en contribuant à la sécurité d’approvisionnement avec des outils pilotables et locaux». L’énergéticien français, qui en eut assez d’attendre le feu vert du gouvernement De Croo nécessaire pour lancer la rénovation de certaines centrales nucléaires, demeure ainsi malgré tout dans une position d’acteur majeur.

Manque de puissance

Il lui reste toutefois à obtenir le permis d’environnement pour la nouvelle centrale de Vilvorde. Les autorités provinciales flamandes n’en veulent pas. L’affaire fait l’objet d’un appel devant la ministre flamande de l’Environnement Zuhal Demir, dont le parti (la N-VA de Bart De Wever)  est un partisan inconditionnel du nucléaire.

Les jeux sont donc loin d’être faits. Les détracteurs des centrales au gaz n’auront aucun mal à faire valoir que 2 gigawatts restent largement insuffisants par rapport aux 13,6 GW d’électricité dont a besoin le pays pour couvrir la demande. La coalition Vivaldi d’Alexander De Croo est donc attendue au tournant à la fin de ce mois, moment où elle devra prendre la décision de fermer complètement ou partiellement le robinet nucléaire.


L'hydrogène belge pourrait séduire le Luxembourg
Le futur mix énergétique du Grand-Duché pourrait bien être alimenté depuis le royaume voisin en H2 produit à base d'électricité verte. La Gaichel a été l'occasion d'évoquer ce projet.

Sa décision sera fondée sur deux critères : la garantie de la sécurité d’approvisionnement et l’impact de la sortie complète du nucléaire sur le prix de l’électricité.

Précision: même en cas de fermeture du nucléaire, la facture des ménages ne devrait augmenter que de 15 euros par an. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude de l’université de Gand commandée par… la ministre écolo Tinne Van der Straeten qui veut en finir avec l'atome.

En face, le mouvement réformateur de Georges-Louis Bouchez, lui aussi membre de la Vivaldi, se montre inquiet. Et pour le prix de l’électricité. Et pour la sécurité d’approvisionnement du pays. Chacun fourbit ainsi ses armes. Et tout le monde a bien compris que la lutte sera en partie dogmatique.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Chine a accru de plus d'un million de tonnes sa production quotidienne d'énergie fossile pour faire face à une pénurie d'électricité, au moment où les dirigeants mondiaux négocient âprement un accord à Glasgow pour épargner à la planète un réchauffement climatique «catastrophique».
L’usage du glyphosate - et des désherbants qu'il compose - est interdit aux particuliers depuis 2017 mais reste accessible aux agriculteurs. Ce qui est à l'origine de conséquences insoupçonnées.
La Commission européenne approuve un mécanisme susceptible de favoriser la construction de centrales au gaz pour compenser la fin de l'atome en Belgique. Hic : ces équipements sont de gros émetteurs de CO2. Un mal pour bien?
Cyclists ride past cooling towers at a power station on the outskirts of Beijing Wednesday Aug. 4, 2004. China is facing its worst energy shortage in decades, with the electricity shortfall expected to hit 30 million kilowatts.  With blackouts and brownouts affecting many provinces China's government has ordered emergency shipments of coal by road and waterways to help make up the shortfall. (AP Photo/Greg Baker)