Changer d'édition

Les casseurs de radars payent l'addition
International 22.07.2019

Les casseurs de radars payent l'addition

Les casseurs de radars payent l'addition

Photo: AFP
International 22.07.2019

Les casseurs de radars payent l'addition

Sous couvert du mouvement des gilets jaunes, quatre Mosellans avaient sérieusement endommagé des radars. La gendarmerie a réussi à identifier les auteurs de ces dégradations, et la justice vient de donner son verdict: lourde amende et prison avec sursis

(AFP) - Quatre «gilets jaunes» ont été condamnés, à Metz, à quatre mois de prison avec sursis pour la dégradation de quatre radars sur la RN4, a annoncé la préfecture de Moselle. Deux véhicules ont en outre été saisis «afin de couvrir l'amende de près de 100.000 euros des dégâts causés» par ces dégradations, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Une enquête avait été ouverte pour «incendies volontaires et destructions aggravées» après des dégradations, entre novembre 2018 et mars 2019, sur quatre radars de la RN4, installés à Héming, Ibigny, Brouxviller et Gondrexange, communes situées dans l'est du département. 

De 500 à 200.000€ par radar

Huit personnes avaient été interpellées par les gendarmes de la brigade de recherche de Sarrebourg et «quatre d'entre elles ont reconnu leur participation aux dégradations commises». 

La préfecture rappelle que «la dégradation des radars peut avoir de lourdes conséquences sur la vie des usagers de la route (et) constitue un délit qui peut aboutir à une condamnation pénale». «Le coût d'intervention sur les radars dégradés est élevé et varie» de 500 à 200.000 euros selon le type d'équipement et «l'ampleur des travaux de génie civil requis», est-il détaillé. 

71 millions de réparations

Selon un rapport parlementaire, remis mi-juillet à Matignon, sur les conséquences économiques de la mobilisation sociale des «gilets jaunes», 2.410 radars ont été détruits et 577 abîmés. 

Leur remise en état «pourrait à terme coûter 71 millions d'euros».