Changer d'édition

Les bons offices de Sophie Wilmès
International 3 min. 16.09.2020

Les bons offices de Sophie Wilmès

Inquiète du rebond des contaminations en Belgique, Sophie Wilmès s'est adressée mardi soir au peuple belge

Les bons offices de Sophie Wilmès

Inquiète du rebond des contaminations en Belgique, Sophie Wilmès s'est adressée mardi soir au peuple belge
Photo: dpa
International 3 min. 16.09.2020

Les bons offices de Sophie Wilmès

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La Première ministre met les Belges en garde contre le rebond de l’épidémie. Un avertissement sanitaire qui est aussi un calcul politique.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Sophie Wilmès est apparue mardi soir sur les réseaux sociaux pour une de ces «adresses à la nation» qu'elle affectionne tant. «Les derniers chiffres relatifs à la situation sanitaire dans notre pays, relayés par les experts et par la presse, nous inquiètent, ils doivent être pris au sérieux», a-t-elle martelé. «En effet, les contaminations augmentent dans toutes les tranches d'âge. De leur côté, les hospitalisations augmentent également.»

Et la libérale francophone d'expliquer qu'il n'y a pas de fatalité, que le rebond des contaminations dû à la rentrée scolaire et au retour des vacances peut être mis sous contrôle moyennant la poursuite des efforts de chacun. «Au cœur de l'été, nous avons réussi à ralentir la reprise de l'épidémie grâce aux mesures prises, mais surtout, et c'est là le message principal, grâce au fait que la grande majorité d'entre nous a décidé de continuer à respecter les règles», a assuré la Première ministre.

Nous sommes la solution

Cette intervention trouve ses raisons dans le retour en puissance du virus. Le cap des 1.000 contaminations pourrait être dépassé dès vendredi. Dans la réalité, le dépistage n'a cessé d'augmenter pour atteindre les 30.000 tests par jour – non sans entraîner en divers endroits une pénurie d'écouvillons. Ses résultats livrent le diagnostic d'une population globalement saine puisque 97% des testés sont négatifs. Un taux de positivité plafonnant à 3% est jugé encourageant par les épidémiologistes.

Mais la crainte est bien là que, l’automne arrivant, le virus ne multiplie ses victimes, contraignant les autorités à recourir une fois encore au confinement. Or, la population n'en veut plus. L'allocution de la Première ministre avait donc aussi pour objectif de prévenir le ras-le-bol ambiant: «L'incertitude est démotivante, la multiplication des messages contradictoires encore plus. N'oublions pas que chacun et chacune d'entre nous peut participer à la solution. En fait, nous sommes la solution», a terminé Sophie Wilmès en appelant à la responsabilité individuelle. «Chacun est indispensable pour traverser cette épreuve.»

La ministre de la Santé Maggie De Block insiste sur le fait que «le corona reste un virus dangereux, et que des gens continuent à en mourir»
La ministre de la Santé Maggie De Block insiste sur le fait que «le corona reste un virus dangereux, et que des gens continuent à en mourir»
Photo: dpa

«There is no free lunch»… Pour empreint de bon sens qu'il soit, le discours de Sophie Wilmès murmure à l'oreille que l'expression popularisée par l'économiste américain Milton Friedman ne doit jamais être oubliée. La libérale est en effet candidate à sa propre succession. Elle figure dans la courte liste des ténors susceptibles de prendre la direction du nouveau gouvernement fédéral annoncé - théoriquement - pour la fin de ce mois.

Ce «Nous sommes la solution», écrit Le Soir, «résonne certes dans la crise sanitaire mais aussi, par la force des choses, dans la compétition politique en coulisses.» Là où la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block est marquée du sceau de l'infamie par certains médias, Sophie Wilmès se rappelle au bon souvenir des Belges par un discours tout en sagesse. Ajoutons que s'il n'y a pas de nouvel exécutif dans la quinzaine, la libérale francophone devra demander la confiance à la Chambre pour continuer à diriger le pays avec son gouvernement minoritaire.

De son côté, Maggie De Block se borne à répéter qu'il ne faut pas de nouvelles mesures sanitaires, mais que les règles existantes doivent être respectées. «Il est très important que les gens réalisent que le corona reste un virus dangereux. Il y a toujours des hospitalisations, et des gens continuent à en mourir», rappelle celle qui fut autrefois la ministre préférée des Belges.  C'était avant la crise du covid-19…

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le gouvernement Wilmès joue les prolongations
Le covid-19 oblige les partenaires de la future coalition «Vivaldi» à revoir le calendrier des négociations. L'échéance du 17 septembre, date à laquelle la Première ministre devait demander la confiance à la Chambre, a été reportée d'une quinzaine de jours.
24.06.2020, Belgien, Br¸ssel: Sophie Wilmes, Premierministerin von Belgien, nimmt an einer Sitzung des Nationalen Sicherheitsrats zur Corona-Pandemie teil.  Angesichts seit Wochen sinkender Fallzahlen lockert Belgien weiter die Corona-Einschr‰nkungen. Foto: Pool Alexis Haulot/BELGA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les écoliers belges attendus le 1er septembre
Le Conseil national de sécurité, en Belgique, a validé la date de reprise des cours pour tous les élèves. La Première ministre a aussi annoncé qu'il était à nouveau possible de faire ses courses à deux. Mais pas plus...
A man wears a t-shirt reading "Yes to the freedom to breathe, to smile, to live" during a demonstration organised by the association "Folie Virale" to denounce the sanitary measures taken by Belgium in the fight against the Covid-19 pandemy and ask for the resignation of virologist Van Ranst, on August 16, 2020, in Brussels. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Les autorités belges durcissent leurs mesures
La Belgique a annoncé ce lundi un nouveau durcissement des actions pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Face à une hausse des cas dans le pays, l'objectif est d'«éviter un reconfinement généralisé».
A man wearing a face mask as a preventive measure carries boxes on the empty Grand-Place in the centre of Brussels, on March 18, 2020, as a strict lockdown is to come into effect in the country to stop the spread of the COVID-19, caused by the novel coronavirus. - Belgians must stay at home from midday on March 18, 2020, until at least April 5 to prevent the spread of the coronavirus. The only residents allowed out will be those needing medical attention, getting exercise or working in some businesses deemed essential, such as food markets and pharmacies. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
La Belgique gèle son déconfinement
Les mesures destinées à assouplir les conditions sanitaires en vigueur dans les secteurs culturel et sportif sont reportées d’une semaine au moins.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes wears a protective face mask following a plaque unveiling ceremony as part of the 60th anniversary of DR Congo's Independence, in Ixelles on June 30, 2020. - Belgium's King Philippe expressed his "deepest regrets" on June 30, 2020, for the harm done during Belgian colonial rule in DR Congo, in a first for his country. Philippe, who has reigned since 2013, made his remarks in a letter to the president of the Democratic Republic of Congo, Felix Tshisekedi, on the the 60th anniversary of Congo's independence on June 30, 1960. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Maggie De Block, une proie pas si facile
A tort ou à raison, la ministre belge est pointée du doigt pour sa responsabilité dans la crise sanitaire. Son parcours est en tout cas emblématique du sort réservé à la politique de Santé
Belgium minister of Health, Social Affairs, Asylum Policy and Migration Maggie De Block addresses a press conference on February 4, 2020 in Brussels, on test results of the evacuated Belgians from Wuhan, in China, following the outbreak of the new corona virus. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / various sources / AFP) / Belgium OUT