Changer d'édition

Les bons comptes européens de la Belgique
International 3 min. 24.07.2020

Les bons comptes européens de la Belgique

La Première ministre Sophie Wilmès estime que «la Belgique s'en sort bien après le sommet des 27»

Les bons comptes européens de la Belgique

La Première ministre Sophie Wilmès estime que «la Belgique s'en sort bien après le sommet des 27»
Photo: AFP
International 3 min. 24.07.2020

Les bons comptes européens de la Belgique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Droits de douane et compensations post-Brexit rendront à l'avenir la pilule moins amère. La Première ministre Sophie Wilmès estime que le sommet de l'UE a connu une issue favorable au pays.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) -  Les portes du sommet européen refermées, la Belgique fait ses comptes. Fidèle à la tradition, le gouvernement Wilmès a opté pour une posture volontariste tout au long des négociations. Mais, comme plusieurs de ses partenaires, il a joué gros. Le déficit public belge a en effet quadruplé cette année pour atteindre les 52,8 milliards d’euros alors que la dette dépassera les 120% du PIB. L'argent européen sera plus que nécessaire pour panser les blessures du covid.

La Première ministre Sophie Wilmès estime que le sommet a connu une issue favorable au pays. L'impact supplémentaire du prochain budget pluriannuel européen (1074 milliards) - négocié parallèlement au plan de sauvetage de 750 milliards - se limitera à «1,16 milliard par an» pour la Belgique. Soit moins que le 1,7 milliard d'euros d’abord attendu.


European Commission President Ursula Von Der Leyen (L) and European Council President Charles Michel (R) bump elbows at the end of the news conference following a four days European summit at the European Council in Brussels, Belgium, early July 21, 2020. - EU leaders approved a 750-billion-euro package to revive their coronavirus-ravaged economies after a tough 90-hour summit on July 21, along with a trillion-euro budget for the next seven years. (Photo by STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP)
Les 27 de l'UE approuvent un plan de relance historique
Il aura fallu quatre jours et quatre nuits et de multiples prises de bec. Mais les 27 dirigeants européens ont fini par trouver mardi un accord sur un plan destiné à soutenir leurs économies frappées par la crise du coronavirus. Pour la première fois, il se base sur une dette commune.

Côté retours, c'est en revanche la soupe à la grimace puisque les fonds de la Politique agricole commune sont à la baisse. Le ministre wallon de l’Agriculture, le libéral Willy Borsus, a ainsi calculé que 3,6 milliards d’euros seraient affectés à la Belgique, soit une diminution de son budget agricole de « 14,8 % en prix constants par rapport au cadre 2014/2020 ».

Mais tout n’est pas perdu pour autant. Durant ce week-end de négociations à rallonge, la Belgique a marqué au moins deux points pour l'avenir. Et non des moindres.

Premièrement, l'accord final obtenu mardi soir maintient le fonds d'ajustement «Brexit» qu'avait intégré Charles Michel dans sa première proposition. Cette réserve de 5 milliards d'euros doit aider les pays qui auront le plus à souffrir de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Or le marché britannique constituait jusqu'ici le quatrième plus gros importateur de produits belges derrière l’Allemagne, la France et les Pays-Bas. 6% des exportations wallonnes et 8% des exportations flamandes se retrouvaient ainsi de l'autre côté de la Manche. Des compensations sont désormais prévues face au manque à gagner.


A worker cleans windows of a clothes shop with social distancing markings on the pavement outside in the rue Neuve - Nieuwstraat shopping street in the city centre of Brussels, on May 9, 2020, as Belgium prepares to ease measures following eight weeks of lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - Shops will be allowed to reopen and more people return to work in Belgium starting May 11, 2020. (Photo by VIRGINIE LEFOUR / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La Belgique face à un gouffre abyssal
La crise du coronavirus a détérioré les finances publiques du royaume. Certains jeux politiques n’arrangent rien

Deuxièmement, les droits de douane revus à la hausse devraient rapporter gros. Pour convaincre les Pays-Bas de délier leur bourse en faveur des Etats du Sud, de se montrer moins «frugaux», Charles Michel a proposé au Premier ministre néerlandais Mark Rutte 25% des recettes des droits de douane collectés dans les ports, contre 20% aujourd'hui. Un accord a suivi.

La Belgique profitera elle aussi de l'aubaine via ses ports d'Anvers et de Zeebrugge. Le Brexit pourrait en outre déboucher sur une augmentation de l’activité douanière si l'Union et le Royaume-Uni échouent à définir une relation commerciale «zéro quota, zéro tarif» dans les prochains mois. Ce serait autant de récupéré sur les pertes occasionnées par le départ des Britanniques qui comptaient parmi les gros contributeurs nets du budget européen.

La Belgique ne s'en sort pas mal

Notons encore que la Belgique grappille un peu d'argent sur les fonds de cohésion. Elle obtient 200 millions d’euros supplémentaires, soit 2,4 milliards sur sept ans.  

«Jusqu’à présent, la Belgique ne s'en sort pas mal», avait confié Sophie Wilmès alors que les négociations battaient leur plein. «Bien sûr, nous restons contributeurs nets au budget européen, mais la réalité, c'est que j'ai la conviction profonde que l'on a intérêt à participer à l'effort de guerre, notre pays ayant tout à gagner du marché intérieur.» Ce raisonnement, qui correspond bien à la tradition européenne de la Belgique, lui a plutôt porté chance. Tout comme le sens du «compromis à la belge» qu'a mis en pratique au niveau des Vingt-Sept le président du Conseil Charles Michel. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le masque obligatoire sur les marchés belges
La Première ministre belge Sophie Wilmès a annoncé ce jeudi un renforcement des mesures face à la hausse des cas de coronavirus. Le port d'une protection sera désormais imposé dès samedi dans «tout endroit à forte fréquentation», tandis que la bulle sociale reste maintenue à 15 personnes.
Les 27 de l'UE approuvent un plan de relance historique
Il aura fallu quatre jours et quatre nuits et de multiples prises de bec. Mais les 27 dirigeants européens ont fini par trouver mardi un accord sur un plan destiné à soutenir leurs économies frappées par la crise du coronavirus. Pour la première fois, il se base sur une dette commune.
European Commission President Ursula Von Der Leyen (L) and European Council President Charles Michel (R) bump elbows at the end of the news conference following a four days European summit at the European Council in Brussels, Belgium, early July 21, 2020. - EU leaders approved a 750-billion-euro package to revive their coronavirus-ravaged economies after a tough 90-hour summit on July 21, along with a trillion-euro budget for the next seven years. (Photo by STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP)
Le plan de relance crée des tensions au sein des 27
Les dirigeants européens vont poursuivre leurs discussions ce lundi après-midi dans l'espoir de trouver un accord sur un plan de relance post-coronavirus, au quatrième jour d'un sommet laborieux, marqué par une grande tension et de profondes dissensions.
Netherlands' Prime Minister Mark Rutte (L) speaks with Luxembourg's Prime Minister Xavier Bettel (R) during an EU summit at the European Council building in Brussels, on July 18, 2020, as the leaders of the European Union hold their first face-to-face summit over a post-virus economic rescue plan. - The EU has been plunged into a historic economic crunch by the coronavirus crisis, and EU officials have drawn up plans for a huge stimulus package to lead their countries out of lockdown. (Photo by FRANCOIS LENOIR / POOL / AFP)
La Belgique gèle son déconfinement
Les mesures destinées à assouplir les conditions sanitaires en vigueur dans les secteurs culturel et sportif sont reportées d’une semaine au moins.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes wears a protective face mask following a plaque unveiling ceremony as part of the 60th anniversary of DR Congo's Independence, in Ixelles on June 30, 2020. - Belgium's King Philippe expressed his "deepest regrets" on June 30, 2020, for the harm done during Belgian colonial rule in DR Congo, in a first for his country. Philippe, who has reigned since 2013, made his remarks in a letter to the president of the Democratic Republic of Congo, Felix Tshisekedi, on the the 60th anniversary of Congo's independence on June 30, 1960. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Au chevet de la société
Ils veulent réparer ou réinventer le monde: en Belgique, consultants et ONG n’ont pas attendu le déconfinement pour faire des propositions.
A picture taken on April 13, 2020 shows a flag reading "Thank you" on top of the Atomium monument in Brussels, as a strict lockdown has been in place for the past four weeks to stop the spread of COVID-19, the disease caused by the novel coronavirus. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / Belga / AFP) / Belgium OUT / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION - TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION == THE ATOMIUM IS PROTECTED BY SABAM COPYRIGHT - RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO MAG - NO SALES =