Changer d'édition

Les Belges vivront désormais masqués
International 4 min. 26.04.2020 Cet article est archivé

Les Belges vivront désormais masqués

Le port du masque lié à la multiplication des tests dans la population participe des conditions sanitaires nécessaires à la lutte contre le coronavirus.

Les Belges vivront désormais masqués

Le port du masque lié à la multiplication des tests dans la population participe des conditions sanitaires nécessaires à la lutte contre le coronavirus.
Photo: Shutterstock
International 4 min. 26.04.2020 Cet article est archivé

Les Belges vivront désormais masqués

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Alors que la Belgique dénombre plus de 6.000 morts dues au coronavirus, le masque de protection est au cœur des étapes successives du déconfinement qui commencera le 4 mai. Il se portera dès l'âge de 12 ans.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles)  – Alors qu'au Luxembourg, toutes les communes ont distribué des masques à leur population, rarement un petit objet aura fait à ce point défaut en Belgique. Pas un jour ne se passe depuis février sans que la question des masques et de leur pénurie ne soit mise sur le devant d'une actualité marquée par le coronavirus. Jeudi encore, la Wallonie constatait que des masques livrés par un fournisseur chinois étaient non conformes.

Le masque accompagnera pourtant désormais les Belges dans la plupart de leurs activités. Le Conseil national de sécurité qui s’est longuement réuni vendredi a décidé de le rendre obligatoire dans les transports en commun pour les plus de 12 ans, mais aussi dans les écoles et dans les entreprises où la distanciation sociale ne peut être garantie.


Lokales, Politik, Illustration, Wirtschaft, Virus, Coronavirus, Maske gegen Ansteckung, Mundschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Porter un masque ne s'improvise pas
Malgré de nombreuses campagnes d'informations menées depuis le début de la pandémie de covid-19, de nombreuses erreurs circulent encore sur ces protections. Voici un guide pour être en mesure de les manipuler correctement.

Cette décision a le mérite de mettre en sourdine la discussion qui a animé les scientifiques au cours des dernières semaines. Fallait-il oui ou non porter le masque en extérieur ? Il était difficile de se faire une opinion tant les avis divergeaient. Le monde politique belge a donc apporté sa réponse en le rendant obligatoire en de nombreuses occasions.

Mais comment s’en procurer ? Récemment, le président du Mouvement réformateur (libéral francophone) Georges Louis Bouchez fixait à un milliard la quantité de masques nécessaire pour protéger les Belges contre le coronavirus. Vendredi, le Conseil national de sécurité - qui réunit le fédéral et les entités fédérées – a décidé de rouvrir les merceries et les commerces de textile en priorité dès le 4 mai. Il s’est engagé également à fournir un masque à chaque Belge ainsi que deux filtres. Ceux qui n’en disposeront pas pourront se rabattre sur une écharpe ou un foulard, pourvu qu’ils cachent la bouche et le nez.

Tout dépend de l'évolution de la pandémie

Le port du masque lié à la multiplication des tests – eux aussi en nombre insuffisant jusqu'ici - dans la population participe des conditions sanitaires nécessaires à la lutte contre le coronavirus. Ce n’est que si –et seulement si - la pandémie est en recul que le déconfinement pourra être mené à son terme.

Pour l’heure, la Première ministre Sophie Wilmès estime qu’il est impossible de répondre à toutes les incertitudes. « Le déconfinement est une opération jamais réalisée dans l'histoire de notre pays et dépend de l'évolution de la situation sanitaire et se base sur des hypothèses et des prévisions. Le virus a encore beaucoup de secrets à nous livrer (...) Rien n'est gravé dans le marbre et certainement pas les échéances », a-t-elle déclaré vendredi. Le pays pourrait à nouveau se confiner si l’épidémie venait à regagner du terrain, a-t-elle prévenu en substance.

Des dates et beaucoup d’incertitudes

Dès le 4 mai, les industries et les services B2B (Business to Business), c’est-à-dire les relations entre professionnels ou entre entreprises, pourront reprendre pleinement leurs activités. Le télétravail s’imposera toutefois dès que c’est possible. Côté loisirs, l’activité physique en extérieur sera permise avec deux personnes au maximum, en plus de celles qui vivent sous le même toit. Des sports comme le tennis, l’athlétisme, la pêche, le kayak ou encore le golf seront à nouveau autorisés.


A Belgian firefighter wearing protective equipment prepares to enter an ambulance to transfer a patient infected with the novel coronavirus COVID-19 to the hospital in Brussels, on April 09, 2020. (Photo by Aris Oikonomou / AFP)
La Belgique fait face à une hécatombe
Bien qu’il ait réussi pour l’instant à ralentir la propagation de la pandémie, le pays déplore une hausse impressionnante des décès.

 A partir du 11 mai, tous les commerces tournés vers les particuliers pourront ouvrir leurs portes à nouveau, sans discrimination de taille ou de secteur, afin de donner à chacun les mêmes chances de succès.

Le 18 mai est la date la plus attendue par des centaines de milliers de familles, car elle marquera la réouverture des écoles. Toutes les classes ne sont toutefois pas concernées : il s’agit essentiellement des sixièmes primaire et secondaire. Pourraient s’y joindre les premières et deuxièmes primaire. Les maternelles resteront fermées. Une fois encore, les normes de distanciation sociale couplées au port du masque seront de mise.

Quant aux restaurants et aux cafés, leur réouverture pourrait être envisagée à partir du 8 juin seulement.

Le Conseil national de sécurité n’a pas répondu à toutes les questions. Les Belges ne savent toujours pas quand ils pourront à nouveau se réunir en famille et avec des amis, comment ils pourront organiser les fêtes de mariage ou s’ils pourront aller au moins à la Côte ou en Ardenne cet été.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Porter un masque ne s'improvise pas
Malgré de nombreuses campagnes d'informations menées depuis le début de la pandémie de covid-19, de nombreuses erreurs circulent encore sur ces protections. Voici un guide pour être en mesure de les manipuler correctement.
Lokales, Politik, Illustration, Wirtschaft, Virus, Coronavirus, Maske gegen Ansteckung, Mundschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le drame des maisons de repos belges
Les séniories paient cher le manque de préparation du pays face à la pandémie. Plus d’un mort sur deux attribué au covid-19 est un pensionnaire.
TOPSHOT - Staff members and residents salute their families at the elderly residence Christalain on April 17, 2020, in Brussels, during a strict lockdown in the country to fight against the novel coronavirus. (Photo by kenzo tribouillard / AFP)