Changer d'édition

Les Belges souhaitent rester fidèles à l’atome
International 4 min. 15.12.2021
Energie

Les Belges souhaitent rester fidèles à l’atome

Le gouvernement De Croo a promis de dévoiler son choix avant la fin 2021, après un énième report.
Energie

Les Belges souhaitent rester fidèles à l’atome

Le gouvernement De Croo a promis de dévoiler son choix avant la fin 2021, après un énième report.
Photo : dpa
International 4 min. 15.12.2021
Energie

Les Belges souhaitent rester fidèles à l’atome

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Un sondage met en avant l'opposition d’une nette majorité à la sortie «immédiate» du nucléaire. De quoi influencer le choix de la coalition Vivaldi? Réponse d'ici deux semaines normalement.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Quelque 85% des Belges sont contre la «sortie immédiate» du nucléaire, prévue pour 2025. C’est ce qu’il ressort d’un grand sondage relayé par plusieurs médias. Seuls 13% des Flamands sont favorables à la fin de l’atome telle que prévue par une loi de 2003. 18% des Wallons expriment le même avis. Précision : la Flandre et la Wallonie accueillent toutes deux sur leur territoire une centrale, respectivement Doel (Anvers) et Tihange (Huy).


Les centrales au gaz belges ont le vent en poupe
Engie se positionne en tant qu’acteur numéro 1 d’une technologie appelée à remplacer (peut-être) le nucléaire.

Il ne s'agit que d’un sondage, mais il fait assurément le jeu des pronucléaires alors que le gouvernement De Croo promet de répondre d'ici la fin de l’année à la question de savoir si la fermeture des centrales en 2025 sera totale ou seulement partielle. 

Cette décision était attendue à la fin novembre. Mais la fuite dans la presse d’un rapport perçu comme partisan a bousculé l’agenda. Ce document concluait que la sécurité d’approvisionnement du pays ne serait pas en danger en cas de fermeture totale des centrales et qu’il n’y aurait qu'une augmentation très limitée de la facture des ménages, deux conditions qui figurent dans l’accord de coalition du gouvernement De Croo.

Ces informations n’ont de toute évidence pas rassuré la population belge à un moment où le prix des énergies s’envole. Le bras de fer que se livrent Washington et Moscou à la frontière russo-ukrainienne rappelle en outre que la sécurité d’approvisionnement (ici le gaz) ne peut être séparée des aléas de la géopolitique.


Villagers are dwarfed by giant windmills built by the Danish Development Agency, DANIDA, along the shores of Bangui, Ilocos Norte province in northern Philippines Wednesday Nov. 8, 2006. The sixteen giant "Bangui Windmills" built last year, are capable of generating 54 Megawatts of electricity and are the first such alternative source of energy in Southeast Asia. (AP Photo)
La Belgique s'offre une île énergétique en mer du Nord
Annoncé pour 2026, ce «hub» doit permettre de faciliter l’approvisionnement du pays en électricité offshore. Et le Luxembourg montre aussi de l'intérêt à cette initiative.

Cependant, il est important de souligner que la question soumise par le sondage porte sur la question de la sortie «immédiate» du nucléaire, c'est-à-dire en 2025. Si les francophones n’en veulent pas, ils sont en revanche davantage favorables à la prolongation temporaire de deux des réacteurs actuellement en activité. Cette option aurait le mérite de donner au pays des garanties d’approvisionnement, en attendant que des alternatives -et notamment la construction de nouvelles petites centrales nucléaires- soient décidées. 34% des Wallons en sont convaincus, contre 30% des Bruxellois et 28% des Flamands.

Parallèlement, la construction de deux nouvelles centrales au gaz reste d'actualité, même si elles n’enchantent pas grand monde en raison de leurs émissions de gaz à effet de serre. La Flandre refuse toujours de construire celle qui est prévue à Vilvorde, au nord de Bruxelles. La Wallonie devrait installer la sienne sur un ancien site industriel des Awirs, à Flémalle (région liégeoise). Ce projet ne rencontre que très peu d’opposition sur place. Le Soir s’interrogeait toutefois récemment sur l’opportunité de construire une telle unité à proximité d’un site néandertalien candidat au patrimoine mondial de l’humanité.

Derrière ces deux centrales au gaz, on retrouve l’énergéticien Engie qui gère toujours la production du nucléaire belge. Il y a un an, celui-ci a clairement fait comprendre au gouvernement De Croo qu’il était trop tard pour investir de l’argent dans la rénovation des (vieux) réacteurs d’ici 2025 et qu’il comptait bien passer à autre chose.

La messe serait donc dite ? Pas pour le président du parti libéral MR Georges-Louis Bouchez qui entend bien mettre le PS de son côté. Il propose qu’une concession soit attribuée à Engie Electrabel pour la prolongation des réacteurs Doel 4 et Tihange 3. L’argent généré alimenterait un fonds contre la précarité énergétique qui pourrait directement alléger la facture de certaines catégories de ménages, ou contribuer à l’isolation des maisons. Telle est la solution avancée par ce partenaire gouvernemental à deux semaines d’une décision qui se veut définitive.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La fiscalité luxembourgeoise s'appliquant au tarif du kiloWatt/heure ne grimpera pas de sitôt. Les ministres Claude Turmes et François Bausch viennent de l'assurer, chacun avec ses (bonnes) raisons.
Workers repair electricity pylons and wires damaged during an earthquake in February, in a rural area near Santiago May 26, 2010. The 8.8-magnitude earthquake on February 27 was one of the world's most powerful in a century and killed more than 700 people. REUTERS/Ivan Alvarado (CHILE - Tags: DISASTER SOCIETY EMPLOYMENT BUSINESS IMAGES OF THE DAY)
Après l'ACL, voilà l'Union luxembourgeoise des consommateurs qui suggère au gouvernement luxembourgeois de ne pas appliquer son impôt carbone en janvier prochain. Question de défense du pouvoir d'achat des ménages.
18.08.04 , bidons, essence, coffre voiture, photo: Marc Wilwert
Alors que certains acheteurs pouvaient craindre de se voir privés de l'aide de l'Etat pour l'achat d'un modèle plug-in en raison de délai de livraison retardé, le ministère de l'Environnement vient d'annoncer une prolongation d'un an du dispositif. Un dispositif partiel toutefois.
A plug is seen coming from the Chevrolet Volt electric car during the North American International Auto Show in Detroit, Michigan January 13, 2009.      REUTERS/Mark Blinch (UNITED STATES)
En annonçant mardi investir plus de 500 millions d'euros dans un projet d'extension de son site de Saint-Ghislain et en faisant état de l'achat d'un terrain près de Charleroi voué à accueillir un data center, le géant américain impose sa marque de l'autre côté de la frontière.