Changer d'édition

Les autorités belges refusent de déconfiner
International 3 min. 09.01.2021 Cet article est archivé

Les autorités belges refusent de déconfiner

Samedi, la Belgique devrait dépasser le cap des 20.000 victimes du covid.

Les autorités belges refusent de déconfiner

Samedi, la Belgique devrait dépasser le cap des 20.000 victimes du covid.
Photo : AFP
International 3 min. 09.01.2021 Cet article est archivé

Les autorités belges refusent de déconfiner

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Les mesures sanitaires ne seront pas allégées en dépit des bons résultats engrangés dans la lutte contre le virus.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Les Belges ont attendu le nouveau Comité de concertation qui s’est tenu vendredi après-midi, les cheveux dressés sur la tête. Bien que le gouvernement ait prévenu qu’il n’y aurait pas de mesures de déconfinement en raison du nombre de contaminations toujours trop élevé, chacun espérait secrètement que les salons de coiffure pourraient enfin rouvrir leurs portes.


Si les policiers patrouillent, le commissariat de Charleroi évoque également des «dizaines de dénonciations par jour».
La délation en hausse en Belgique
Les dénonciations pour non-respect des normes sanitaires abondent dans les commissariats, signes évidents d’une détérioration du vivre-ensemble.

Mais rien n’y a fait. Ni les reportages montrant des coiffeurs au bord de la faillite, ni le développement clandestin de la coiffure à domicile, ni les appels du Mouvement réformateur de Georges-Louis Bouchez à faire un geste. Rejoignant plusieurs personnalités de son parti, le libéral francophone avait tweeté mercredi : «On est en droit d’attendre une véritable étude scientifique. Pas une succession d’observations. Il n’y a pas de peur à prendre des décisions difficiles, nous le faisons depuis un an, mais cela doit être fait sur les bases les plus solides.»

De quoi jeter un pavé dans la mare gouvernementale où les libéraux nagent avec les six autres partis de la coalition Vivaldi du Premier ministre Alexander De Croo. Ces derniers jours, le ton était monté face à l’intransigeance du ministre de la Santé, le socialiste flamand Frank Vandenbroucke.

Colère en vue

Vendredi, les autorités belges ont pourtant fait le service minimum. Seules les écoles de conduite automobile obtiennent le feu vert pour la reprise de leurs activités. On est donc là bien loin de la stratégie votée ce même vendredi par la Chambre au Luxembourg. Mais la décision du royaume voisin est basée sur une récente analyse des cas d’employés positifs au covid-19 montrant que, dans cette branche d’activité, le taux de contamination est, en moyenne, moins élevé que dans les autres secteurs économiques.

Quant aux coiffeurs, aux autres métiers de contact (salons d’esthétique, tatoueurs…) et aux agents immobiliers, ils devront attendre un nouvel examen de la situation, lors du prochain Comité de concertation. Ce sera le 22 janvier.

Cette absence de déconfinement va fâcher assurément beaucoup de monde. L’Union des classes moyennes avait demandé de rouvrir les métiers de contact, centres de fitness et autres agences de paris, en ajoutant que «le vaccin est là». Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) avait plaidé pour sa part en faveur d'une autorisation donnée aux commerces d’admettre davantage de clients – via l’élargissement de la «bulle» à deux personnes – pour sauver les soldes. Les cafés et les restaurants doivent rester fermés, eux aussi. Le mécontentement est tel que certains patrons envisagent de rouvrir clandestinement, s’il faut en croire des messages postés sur les réseaux sociaux.


A Cremona Hospital health worker holds a vial of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine at the Cremona hospital in Cremona, Lombardy, on December 27, 2020, as Italy begins Covid-19 (novel coronavirus) vaccination. - EU countries on December 27 embarked on a vaccination campaign to defeat the "nightmare" of Covid-19, with the first to be immunised expressing emotion after their jab and leaders hailing a milestone in the fight against the pandemic. (Photo by PIERO CRUCIATTI / POOL / AFP)
La Belgique vaccine en toute égalité
Les trois Régions du pays lancent simultanément une phase-test ce lundi. La vaccination à grande échelle commencera le 5 janvier.

A noter aussi : le maintien du télétravail obligatoire et un nouveau renforcement de l’obligation de test et de quarantaine après un voyage jugé non essentiel.  Enfin, «il faudra être plus attentif au respect des mesures sanitaires et de quarantaine chez les enfants en âge scolaire, notamment les enfants scolarisés de nos pays voisins qui connaissent une situation épidémiologique moins favorable».

Les autorités en appellent de nouveau à la patience. Elles estiment que l’objectif de 70% de la population vaccinée contre le covid, permettant d’atteindre l’immunité collective, devrait être atteint en septembre. Pas avant. Pour l’instant, les hospitalisations comme les décès continuent à diminuer. C’est encourageant. Mais les contaminations ne baissent plus que très lentement. Elles s’établissent à 1.664 par jour entre le 29 décembre et le 4 janvier.

Jeudi à la Chambre, Alexander De Croo avait défendu sa stratégie face aux critiques. «La task force vaccination a opté pour une approche consciencieuse et je pense que c'est défendable», avait-il justifié en ajoutant que «la précaution n'est pas opposée à la rapidité». Vendredi, le Comité de concertation a toutefois demandé à la task force en charge de la vaccination d’accélérer la cadence et de faire preuve d’efficacité.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour faire respecter l'obligation de quarantaine imposée aux personnes revenant de zone rouge, la police fédérale annonce jeudi un durcissement des vérifications sur les autoroutes, mais aussi les gares et les aéroports du pays.
(FILES) In this file photo taken on April 19, 2020 a Belgian Police officer controls the documents of a person in a car at the border between Belgium and France during a police patrol in Quevy, enforcing the social distancing rules, as Belgium is in its fifth week of lockdown to fight the COVID-19 outbreak, caused by the novel coronavirus. - An European coordination for a return to free movement between European countries is delicate, between health imperatives and economic emergency, after the closings of the borders which have damaged a symbol of the European Union. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
A comparer le salaire annuel moyen, les employés venant chaque jour de Belgique et d'Allemagne sont mieux payés que leurs collègues français. Mais ces derniers restent, de loin, les plus représentés sur le marché du travail luxembourgeois.
Luxembourg - Belgique - Photo : Pierre Matgé