Changer d'édition

Les arrivants au Royaume-Uni soumis à quarantaine
International 3 min. 08.06.2020

Les arrivants au Royaume-Uni soumis à quarantaine

La communauté scientifique dénonce une décision politique plutôt que basée sur la science

Les arrivants au Royaume-Uni soumis à quarantaine

La communauté scientifique dénonce une décision politique plutôt que basée sur la science
Photo: Shutterstock
International 3 min. 08.06.2020

Les arrivants au Royaume-Uni soumis à quarantaine

Toute personne arrivant de l'étranger doit observer à partir de ce lundi une quarantaine de 14 jours afin d'éviter l'importation de nouveaux cas de coronavirus dans le pays. Une mesure à l'efficacité contestée qui affole les secteurs aérien et du tourisme.

(AFP) -  Cette quatorzaine, qui sera réexaminée par le gouvernement britannique toutes les trois semaines, concerne toutes les arrivées par terre, mer et air, que les voyageurs résident ou pas au Royaume-Uni. Elle vise à éviter l'importation de nouveaux cas de la maladie covid-19 alors que le pays a commencé à lever début juin progressivement les restrictions mises en place fin mars pour contenir sa propagation. «Nous introduisons cette quarantaine parce que comme le nombre de nouvelles infections diminue (au Royaume-Uni), la proportion d'infections provenant de l'étranger augmente», a justifié le ministre de la Santé, Matt Hancock, sur la chaîne de télévision Sky News.

«J'espère vraiment que les gens pourront prendre l'avion, partir en vacances cet été, mais nous devons commencer par adopter une approche prudente», a-t-il ajouté face aux craintes que d'autres pays ne rendent la pareille aux Britanniques. Des contrôles aléatoires seront mis en oeuvre et les contrevenants s'exposent à une amende de 1.000 livres (1.122 euros). Des exceptions sont prévues pour les transporteurs routiers, les personnels de santé, les cueilleurs de fruits ou l'Irlande.

Décision politique plutôt que scientifique

Mais l'argument d'un risque accru d'infections en provenance de l'étranger passe mal alors que le Royaume-Uni reste l'un des pays les plus durement touchés par la pandémie. Il dénombre 40.542 morts de personnes testées positives au nouveau coronavirus - et même plus de 48.000 en incluant également les cas suspects -, pour près de 287.000 contaminations, selon un bilan officiel dimanche.

«Je pense que nous devrions vraiment continuer de baisser significativement le niveau (d'infections) dans ce pays avant que la quarantaine ne commence à se révéler une mesure efficace», a déclaré récemment sur la BBC le professeur Robert Dingwall, membre d'un sous-groupe du comité scientifique chargé de conseiller le gouvernement sur la pandémie.


A model of a customs road sign is seen at the mock border of the United Kingdom and the European Union, with a model of Big Ben in the background, during the reopening of the 'Mini-Europe' theme park of small-scale models of European capitals and their landmarks, in Brussels on May 20, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Au Royaume-Uni, les voyageurs soumis à la quarantaine
14 jours d'isolement : voilà le sort qui pourrait être réservé aux personnes arrivant de l'étranger en Angleterre, Écosse, Pays de Galles et Irlande du Nord. Une mesure stricte afin de limiter la propagation du covid-19.

«Même alors, nous devrions avoir quelque chose visant les pays avec un niveau de transmission communautaire bien plus élevé que le nôtre. Et je crains qu'il n'y en ait pas beaucoup», a-t-il ajouté. Le service national des statistiques (ONS) a estimé à plus de 5.500 le nombre de contaminations quotidiennes fin mai en Angleterre.

Et selon une étude des autorités de santé anglaises (PHE England) et de chercheurs de l'université de Cambridge, le virus accélère même légèrement sa propagation dans certaines régions depuis le début du déconfinement. Le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, a lui-même estimé que la décision d'imposer cette quarantaine maintenant relevait davantage d'une décision politique que de la science que le gouvernement se targue de suivre scrupuleusement.

Action en justice

Mis à terre par la pandémie, les professionnels de l'aviation et du tourisme sont vent debout contre cette mesure qui les empêchera, selon eux, de profiter d'une début d'accalmie de la maladie pour redémarrer leurs activités. Les compagnies aériennes British Airways, easyJet et Ryanair ont dénoncé dimanche dans un communiqué commun un dispositif «disproportionné» et «injuste». Elles ont cosigné une lettre officielle adressée vendredi au gouvernement, étape préliminaire à une éventuelle action en justice.

«Nous exhortons le gouvernement britannique à retirer cette quarantaine inefficace, qui aura un effet dévastateur sur l'industrie touristique britannique et détruira (...) des milliers d'emplois», ont-elles indiqué. Selon une étude publiée mardi par le cabinet Survey Monkey, les propriétaires et patrons des entreprises de voyages et d'hôtellerie pensent eux licencier jusqu'à 60% de leur personnel en cas de quarantaine.

La fronde s'est propagée jusqu'au sein des députés de la majorité conservatrice, qui craignent que le gouvernement ne sabote l'économie, déjà terrassée par la crise sanitaire. Comme porte de sortie, le gouvernement de Boris Johnson réfléchit à instaurer des ponts aériens avec certaines destinations touristiques, comme la France ou l'Espagne, ce qui permettrait de contourner la quarantaine. Selon le Sunday Times, le dirigeant a prié son ministre des Transports d'aboutir avant fin juin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on March 2, 2020 European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost pose for a photograph at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels. - Incapable of the slightest advance for three past months, British and Europeans seem to be embarking on a dead end when approaching, with a certain tension, the fourth round of negotiations, yet crucial on their post-Brexit relationship, that will take place on June 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Au Royaume-Uni, les voyageurs soumis à la quarantaine
14 jours d'isolement : voilà le sort qui pourrait être réservé aux personnes arrivant de l'étranger en Angleterre, Écosse, Pays de Galles et Irlande du Nord. Une mesure stricte afin de limiter la propagation du covid-19.
A model of a customs road sign is seen at the mock border of the United Kingdom and the European Union, with a model of Big Ben in the background, during the reopening of the 'Mini-Europe' theme park of small-scale models of European capitals and their landmarks, in Brussels on May 20, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Le Royaume-Uni dépasse les 30.000 morts
Le pays de Boris Johnson est devenu mardi le premier pays d'Europe à dépasser les 30.000 morts liés au nouveau coronavirus. Ce chiffre en fait le deuxième pays le plus touché par la pandémie dans le monde après les Etats-Unis, selon des statistiques officielles compilées mardi.
Radiologists are at work to treat a patient suffering from Covid-19, on May 5, 2020 at Jean Bernard hospital in Valenciennes, as the country is under lockdown to stop the spread of the Covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by FRANCOIS LO PRESTI / AFP)
Johnson appelle les Britanniques à la patience
Le Premier ministre britannique, de retour aux affaires, a appelé lundi ses compatriotes à continuer à respecter le confinement qui a permis au Royaume-Uni de «commencer à inverser» la courbe de la pandémie.
TOPSHOT - Britain's Prime Minister Boris Johnson gives a statement in Downing Street in central London on April 27, 2020 after returning to work following more than three weeks off after being hospitalised with the COVID-19 illness. - British Prime Minister Boris Johnson returns to work on Monday more than three weeks after being hospitalised with the novel coronavirus and spending three days in intensive care. Johnson, one of the highest-profile people to have contracted the virus, returned to 10 Downing Street on Sunday evening. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)