Changer d'édition

Les arguments pour et contre la sortie du Royaume-Uni de l'UE
International 2 min. 15.02.2016 Cet article est archivé
Brexit

Les arguments pour et contre la sortie du Royaume-Uni de l'UE

Brexit

Les arguments pour et contre la sortie du Royaume-Uni de l'UE

Illustration: Shutterstock
International 2 min. 15.02.2016 Cet article est archivé
Brexit

Les arguments pour et contre la sortie du Royaume-Uni de l'UE

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
De l'immigration à la souveraineté politique, en passant par l'économie, voici les principaux arguments des partisans du "Brexit" et de ceux qui veulent au contraire rester dans l'Union européenne. Pour comprendre en 2 minutes…

(AFP) - De l'immigration à la souveraineté politique, en passant par l'économie, voici les principaux arguments des partisans du Brexit (contraction de British Exit) et de ceux qui veulent au contraire rester dans l'Union européenne.

L'immigration

Pro-Brexit: Les partisans de la sortie du pays de l'UE estiment que le pays doit récupérer le contrôle de ses frontières pour limiter l'immigration en provenance de l'UE, afin de réduire les paiements d'aides sociales, de désengorger les services publics et de réserver les emplois aux Britanniques. Le pays a connu un solde migratoire record en 2015 de 336.000 personnes, dont 180.000 en provenance de l'UE.

Pro-UE: Les partisans du maintien font valoir, études à l'appui, que les immigrants contribuent davantage en matière d'impôts qu'ils ne coûtent aux caisses de l’État, notamment parce qu'il s'agit d'une population jeune. La contribution des migrants originaires de l'UE est ainsi supérieure de 34% à ce qu'ils reçoivent, selon une étude de 2013 du Centre pour la rechercher et l'analyse des migrations.

L'économie et le commerce

Pro-Brexit: Une sortie de l'UE permettrait au Royaume-Uni de récupérer sa contribution nette au budget européen de près de 8,5 milliards de livres annuelle. Le Brexit permettrait une hausse du PIB d'ici à 2030 de 0,6% à 1,6%, selon les prévisions les plus optimistes du cercle de réflexion Open Europe.

Le Royaume-Uni pourrait maintenir ses relations commerciales avec l'UE via un accord de libre-échange, comme la Suisse ou la Norvège.

Pro-UE: L'UE est le premier partenaire économique du Royaume-Uni, représentant 45% des exportations britanniques et 53% des importations en 2014. D'après les calculs du Centre for European Reform (CER), l'adhésion à l'UE a accru les exportations britanniques de 55%. Selon Open Europe, le Brexit pourrait entraîner une perte de PIB d'ici à 2030 de 0,8% à 2,2%.

Sans accès au marché commun, le Royaume-Uni perdra une partie de ses investissements directs étrangers (IDE), qui viennent pour 48% de l'UE (496 milliards de livres en 2014), au profit du reste de l'UE. Et pour conserver un accès au marché commun, aux mêmes conditions que la Suisse ou la Norvège, le Royaume-Uni devrait contribuer au financement de divers programmes européens.

Régulations

Pro-Brexit: Bruxelles impose trop de régulations et de paperasse, avec un coût pour l'économie. Selon une étude de Open Europe, le coût des 100 régulations les plus contraignantes s'élève à 33,3 milliards de livres par an.

Pro-UE: Avec l'UE comme partenaire économique principal, le Royaume-Uni devra continuer de respecter les règlementations européennes sans avoir le pouvoir de les décider.

Souveraineté

Pro-Brexit: le Royaume-Uni resterait une voix influente, une puissance nucléaire membre de l'Otan et du conseil de sécurité de l'ONU.

Pro-UE: Sortir de l'UE entraînerait une perte d'influence du Royaume-Uni dans le monde, et augmenterait la probabilité d'un nouveau référendum d'indépendance en Écosse, farouchement pro-UE.


Sur le même sujet

Les six chefs de la diplomatie des pays fondateurs de l’Union européenne se sont réunis ce samedi à Berlin pour discuter du Brexit. Ils se sont déclarés prêts à travailler avec les institutions dès que les négociations qui devront définir et clarifier les futures relations entre l’UE et le Royaume Uni auront commencé.
Jean Asselborn avec ses homologues, ées ministres des Affaires étrangères de l'Allemagne, la Belgique, la France, de l’Italie, et des Pays-Bas
Les Britanniques ont choisi jeudi le divorce avec l'UE, ultime épisode de la relation tourmentée qu'ils ont entretenue depuis des décennies avec l'Union européenne, rejointe davantage par raison que par sentiment.
A Union flag flies next to the flag of the European Union in Westminster, London, Britain June 24, 2016.    REUTERS/Toby Melville      TPX IMAGES OF THE DAY
Les Britanniques votaient jeudi sur leur appartenance à l'Union européenne lors d'un référendum historique qui se joue sur le fil du rasoir et va déterminer leur avenir et celui de l'Europe.
Klares Zeichen in Berlin: Aktivisten mit EU-Flagge und Union Jack küssen sich bei einer Protestaktion am Brandenburger Tor.
France, Allemagne, Italie, Grèce, pays de l'Est: plusieurs Etats européens pourraient encore faire obstacle à l'accord escompté cette semaine sur les réformes réclamées par Londres afin qu'elle reste dans l'UE.
David Cameron tentera de donner une impulsion décisive aux réformes qu'il exige de l'Union européenne lors d'un sommet à Bruxelles jeudi et vendredi, mais son projet de priver les citoyens européens de prestations sociales rencontre une vive opposition.
Le Premier ministre britannique David Cameron et son homologue écossais Nicola Sturgeon, lundi à Londres.