Changer d'édition

Les amours «belgicaines» de Georges-Louis Bouchez
International 3 min. 24.01.2020 Cet article est archivé

Les amours «belgicaines» de Georges-Louis Bouchez

Georges-Louis Bouchez a créé la sensation

Les amours «belgicaines» de Georges-Louis Bouchez

Georges-Louis Bouchez a créé la sensation
Photo: MR
International 3 min. 24.01.2020 Cet article est archivé

Les amours «belgicaines» de Georges-Louis Bouchez

L’informateur royal s’est épanché avec nostalgie sur la Belgique unitaire d’autrefois. Des paroles qui ne pouvaient que cabrer le président de la N-VA Bart De Wever.

De notre correspondant, Max HELLEFF (Bruxelles) - L’informateur royal Georges-Louis Bouchez (MR) vient de créer la sensation en exprimant son amour de la Belgique d’antan dans une interview parue dans le magazine  Wilfried. Il a eu ces mots en faveur de l’Etat unitaire: «Je suis unitariste. Moi, je suis pour un État unitaire. Je ne parle pas d’efficacité quand je vous dis ça, mais d’attachement sentimental».

Le monde politique belge s’est pincé pour être certain d’avoir bien entendu ce qu’il a entendu. Car à part les nostalgiques, il n’y a plus personne pour croire dans une Belgique unitaire qui gommerait les cloisons institutionnelles entre Flamands, francophones, Bruxellois et germanophones. Le train des réformes de l’Etat est passé par là. Il a transformé depuis un demi-siècle la «Belgique de papa» en un Etat fédéral.


Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont toujours à la recherche de la bonne formule.
La mission des informateurs belges prolongée
Après un mois de discussions avec les partis politiques, les deux informateurs royaux n'ont pu aboutir à une solution. Le roi Philippe leur demande de poursuivre le travail jusqu'au 28 janvier.

Mais Georges-Louis Bouchez n’en a cure. L’interview qu’il a livrée à Wilfried aux côtés du président du parti Défi, le philosophe François De Smet, évoque avec complaisance ce temps où il n’y avait que des Belges. «Il faudrait tout remettre au niveau fédéral», ajoute Bouchez en exposant sa vision idéale d’une Belgique à l’«identité totalement différente des autres». Les régionalisations de compétences qui ont accompagné la fédéralisation du pays n’ont, ajoute-t-il, apporté rien de bon.

Le problème est que Georges-Louis Bouchez, le «chien fou» de 33 ans qui vient de succéder à Charles Michel à la tête du Mouvement réformateur (libéral francophone), a été chargé en décembre dernier d’une mission d’information royale censée déblayer la voie menant à la formation du prochain gouvernement fédéral. Une mission qu’il partage avec le chrétien-démocrate flamand Joachim Coens et qui comporte en toute logique une obligation de discrétion.

Pas d'alliance PS - N-VA en vue 

Or, contrairement à ce qu’implique ce rôle, Georges-Louis Bouchez tacle les luttes identitaires qui ont mené à la Belgique d’aujourd’hui. Jetés aux oubliettes les régionalismes flamand et wallon, rayée de la carte la singularité bruxelloise, enterrées les pulsions séparatistes toujours bien présentes au nord du pays...

Cette démarche à rebours a fatalement braqué Bart De Wever. Le leader de la N-VA rêve au contraire d’une Belgique confédérale, soit un État où le niveau fédéral se débarrasserait à nouveau de compétences en faveur des Régions. Cette exigence est précisément celle qui rend aujourd’hui hautement improbable l’alliance des nationalistes flamands et des socialistes francophones au sein d’une même coalition. Officiellement, le PS n’en veut pas. Quant à la N-VA, elle n’a d’autre choix que d’appuyer sur l’accélérateur séparatiste flamand si elle ne veut pas être dépassée par le Vlaams Belang sur sa droite. Il fut en effet un temps où le cri de guerre du Belang était «Belgïe barst» («Que la Belgique crève…»).


Antwerp Mayor Bart De Wever delivers a speech at a congress of the Antwerp branch of Flemish nationalist party N-VA, in preparation of the October local elections on May 6, 2018 in Antwerp.  / AFP PHOTO / BELGA AND Belga / NICOLAS MAETERLINCK / Belgium OUT
L'appel du pied de Bart De Wever
Le leader nationaliste flamand se dit à nouveau prêt à prendre ses responsabilités dans la mise en place d’un gouvernement fédéral. Ce lundi, les deux informateurs remettent leur rapport au roi Philippe.

«Cela témoigne d’un manque de vision historique», a jugé Bart De Wever. «La Belgique est entre-temps composée de deux démocraties totalement séparées. (La Belgique unitaire) fonctionnait quand les Flamands étaient des citoyens de second rang dirigés par d’autres qui ne parlaient pas néerlandais». D’autres condamnations sont venues d’un peu partout. Du PS et Centre démocrate humaniste, notamment.  Le Mouvement réformateur, le parti de Bouchez, a fait savoir que ce n'était pas sa position officielle.

Georges-Louis Bouchez s’est toutefois trouvé une alliée précieuse en la personne de Gwendolyn Rutten, la présidente des libéraux flamands: «On ne gagne rien d’une pensée unique. Encore moins sur la séparation du pays. Comment nous allons rendre notre pays meilleur: c’est ça l’essentiel», a-t-elle déclaré. Gwendolyn Rutten est, il faut le préciser, la bête noire de Bart De Wever. Ces derniers mois, la libérale flamande est devenue l’une des personnalités-clés de la toujours hypothétique coalition «arc-en-ciel» (socialistes, écologistes, libéraux) qui pourrait demain gouverner la Belgique, en repoussant la N-VA dans l’opposition.


Sur le même sujet

Des épines pour la rose belge
Socialistes flamands et francophones peuvent avoir des attitudes très différentes face aux nationalismes. Et tant pis pour les pots cassés.
La mission des informateurs belges prolongée
Après un mois de discussions avec les partis politiques, les deux informateurs royaux n'ont pu aboutir à une solution. Le roi Philippe leur demande de poursuivre le travail jusqu'au 28 janvier.
Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont toujours à la recherche de la bonne formule.
L'appel du pied de Bart De Wever
Le leader nationaliste flamand se dit à nouveau prêt à prendre ses responsabilités dans la mise en place d’un gouvernement fédéral. Ce lundi, les deux informateurs remettent leur rapport au roi Philippe.
Antwerp Mayor Bart De Wever delivers a speech at a congress of the Antwerp branch of Flemish nationalist party N-VA, in preparation of the October local elections on May 6, 2018 in Antwerp.  / AFP PHOTO / BELGA AND Belga / NICOLAS MAETERLINCK / Belgium OUT
Un gouvernement belge dans l’année
Tel est en tout cas le souhait de l’informateur royal Georges-Louis Bouchez alors que la société civile est consultée. Pour l’heure, le blocage reste toutefois total.