Changer d'édition

Les 27 s'accordent pour un report du Brexit
International 2 min. 28.10.2019

Les 27 s'accordent pour un report du Brexit

 Après de longues tractations durant le week-end et une dernière réunion lundi, les ambassadeurs des 27 pays de l'UE ont décidé d'un report de trois mois du Brexit.

Les 27 s'accordent pour un report du Brexit

Après de longues tractations durant le week-end et une dernière réunion lundi, les ambassadeurs des 27 pays de l'UE ont décidé d'un report de trois mois du Brexit.
Photo: AFP
International 2 min. 28.10.2019

Les 27 s'accordent pour un report du Brexit

Les pays membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert ce lundi pour accorder un différé de la date de sortie du Royaume-Uni jusqu'au 31 janvier 2020. Boris Johnson, de son côté, va à nouveau tenter de déclencher des élections anticipées.

(AFP) -«Les 27 se sont accordés pour accepter la demande du Royaume-Uni pour un report flexible du Brexit jusqu'au 31 janvier 2020», a annoncé le président du Conseil européen Donald Tusk. Il a précisé que cette décision sera formalisée par une procédure écrite.

Ce report prévoit une date butoir au 31 janvier, mais avec la possibilité pour le Royaume-Uni de quitter l'UE au 30 novembre ou au 31 décembre en cas de ratification de l'accord de sortie avant ces échéances.

La France, pays le plus réticent à un report long, a donné son accord à cette nouvelle prolongation en l'assortissant de conditions. La décision s'accompagne d'une déclaration politique dans laquelle l'UE exclut toute renégociation de l'accord conclu avec le Premier ministre britannique Boris Johnson et demande à Londres de proposer un candidat britannique comme commissaire européen.

Les conditions du report agréées par les ambassadeurs des 27 à Bruxelles doivent être acceptées par Londres. La formalisation du report devrait intervenir d'«ici mardi ou mercredi» à l'issue d'une consultation des dirigeants des 27 par une procédure écrite, selon une source européenne.

 «Réunion efficace»

Cette décision fait suite à un week-end d'intenses consultations, notamment entre le président français Emmanuel Macron et M. Johnson qui se sont entretenus au téléphone dimanche.

Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit Michel Barnier s'est dit lundi «très content qu'une décision ait été prise», à l'issue de la réunion des ambassadeurs qualifiée de «courte et efficace».


This picture taken on October 22, 2019, shows a half English and half European flag during a debate on the last EU summit and Brexit at the European Parliament in Strasbourg, eastern France. - European Commission President Jean-Claude Juncker said that the EU had done "all in our power" to ensure an orderly Brexit, but said the bloc would await British parliamentary approval for a new divorce deal before ratifying it. Juncker who started his tenure as EU President in 2014, will step down from his position on October 31, 2019. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
L'UE envisage un troisième report du Brexit
Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé aux Etats membres d'accepter un nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après un vote à double tranchant des députés britanniques.

Le président du Parlement européen David Sassoli a estimé que cette prolongation «donnait du temps au Royaume-Uni pour clarifier ce qu'il veut». «Dans le même temps, le Parlement européen continuera à examiner minutieusement l'accord de retrait», qu'il doit lui aussi ratifier, a-t-il ajouté.

Il s'agit du troisième report de la date du Brexit, plus de trois ans après la décision des Britanniques, consultés par référendum, de voter à 52% pour quitter l'Union européenne. Le Royaume-Uni devait initialement quitter l'UE le 29 mars, date repoussée au 12 avril puis au 31 octobre.

Johnson a besoin de 434 votes

Depuis son retour de Bruxelles, accord en poche il y a une dizaine de jours, Boris Johnson a réussi à obtenir des avancées inédites. Il a aussi été contraint de solliciter un report après avoir affirmé qu'il préférerait «être mort au fond d'un fossé» que de formuler une telle demande.


Le scrutin souhaité par Boris Johnson le 12 décembre doit encore recevoir le soutien de l'opposition travailliste
Johnson appelle à des élections générales en décembre
Dans un entretien à la BBC, le Premier ministre britannique a appelé jeudi à la tenue d'un scrutin le 12 décembre, scrutin qui doit encore recevoir le soutien de l'opposition travailliste.

Si les députés britanniques ont approuvé sur le principe le nouvel accord, ils ont en revanche rejeté le calendrier à marche forcée que Boris Johnson voulait leur imposer.

Pour obtenir des élections législatives, qui se tiendraient le 12 décembre, Boris Johnson aura besoin ce lundi après-midi de deux tiers des voix à la Chambre des communes, soit 434 votes. Le Premier ministre conservateur, qui n'a plus de majorité, a déjà échoué à deux reprises au mois de septembre.


Sur le même sujet

L'UE envisage un troisième report du Brexit
Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé aux Etats membres d'accepter un nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après un vote à double tranchant des députés britanniques.
This picture taken on October 22, 2019, shows a half English and half European flag during a debate on the last EU summit and Brexit at the European Parliament in Strasbourg, eastern France. - European Commission President Jean-Claude Juncker said that the EU had done "all in our power" to ensure an orderly Brexit, but said the bloc would await British parliamentary approval for a new divorce deal before ratifying it. Juncker who started his tenure as EU President in 2014, will step down from his position on October 31, 2019. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
«Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir»
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a assuré mardi que l'Union européenne avait veillé à la mise en place d'un départ ordonné du Royaume-Uni, alors que l'UE restait suspendue à une ratification côté britannique.
Jean-Claude Juncker,
Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit
Le gouvernement de Boris Johnson a martelé ce week-end que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.
Demonstrators with placards and EU and Union flags gather in Parliament Square in central London on October 19, 2019, as they take part in a rally by the People's Vote organisation calling for a final say in a second referendum on Brexit. - Thousands of people march to parliament calling for a "People's Vote", with an option to reverse Brexit as MPs hold a debate on Prime Minister Boris Johnson's Brexit deal. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
«Cet accord est le meilleur possible»
Si les 27 pays de l'Union européenne ont validé, jeudi soir, l'accord sur le Brexit proposé par Boris Johnson, le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a fait part de sa lassitude face à un sujet qui monopolise l'attention depuis des mois.
Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel talks to the press as he arrives for an European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels on October 17, 2019. (Photo by ARIS OIKONOMOU / AFP)
Le Brexit fait gonfler les coûts salariaux des banques
Le transfert récent au Luxembourg de plusieurs dizaines d'organismes financiers basés au Royaume-Uni explose les frais du personnel bancaire, selon un rapport de la CSSF rendu mardi. En cause, l'arrivée de top managers aux gros salaires sur la place financière.
Vu que toutes les institutions financières n'ont pas encore activé une stratégie de transfert vers Luxembourg en vue du Brexit, les coûts du personnel bancaire pourraient continuer à grimper dans les prochaines mois