Changer d'édition

Les 100 premiers jours de von der Leyen
International 4 min. 09.03.2020 Cet article est archivé

Les 100 premiers jours de von der Leyen

La Présidente Ursula von der Leyen

Les 100 premiers jours de von der Leyen

La Présidente Ursula von der Leyen
Photo: AFP
International 4 min. 09.03.2020 Cet article est archivé

Les 100 premiers jours de von der Leyen

La présidente de la Commission européenne tire, ce lundi, le bilan de ses trois premiers mois à la tête de l’exécutif. Une période qui «suffit à peine à fixer un cap», selon la conservatrice allemande.

(AFP) – Un peu plus de trois mois après son arrivée, le premier bilan de l'exécutif européen est mitigé. Les annonces de grands projets se sont multipliées, mais l'incertitude demeure pour leur financement faute d'accord sur le budget à long terme.

La présidente de la Commission européenne, la conservatrice allemande Ursula von der Leyen, avait lancé l'idée d'un bilan des 100 jours comme un défi au Parlement européen pour obtenir son investiture. C'était sans compter l'échec en février du président du Conseil, le libéral belge Charles Michel, dont le projet de budget pluriannuel (2021-2027) a été sèchement rejeté lors d'un sommet extraordinaire. 

Les deux dirigeants ont été surnommés la «dream team» par les dirigeants français qui se sont beaucoup activés avec la chancelière Angela Merkel et le soutien du socialiste espagnol Pedro Sanchez pour les faire nommer à ces postes. L'échec du sommet a relancé les critiques du Parlement européen, très remonté contre le manque d'ambition. «Charles Michel s'est discrédité avec cet échec et Ursula von der Leyen a déçu pour avoir accepté des coupes dans des programmes prioritaires pour préserver la politique agricole et la cohésion», a expliqué à l'AFP un dirigeant du Parti Populaire Européen – le propre camp politique de l'Allemande. 

Ignacio Molina, analyste du Real Instituto Elcano à Madrid, est un peu moins sévère. «L'échec sur le budget est imputable aux désaccords entre les dirigeants», estime-t-il, même s'il estime que Charles Michel ne s'est pas «montré à la hauteur» et que l'exécutif européen «ne s'est pas montré audacieux». «Au cours des 100 premier jours, la Commission von der Leyen a tenu ses promesses sur de nombreux fronts», affirmait dès vendredi son équipe sur le compte Twitter de l'institution.  

Mais cette période symbolique s'est terminée sur une semaine délicate. Avec Charles Michel et le président du Parlement européen David Sassoli, Mme von der Leyen s'est rendue en Grèce, alors que des milliers de migrants ont afflué à la frontière avec la Turquie en quelques jours, rappelant à l'Union que la réforme de ses règles d'asile n'a pas abouti depuis la crise de 2015-2016. 

A Bruxelles, la jeunesse militante s'est de nouveau rassemblée pour un désaveu sans concession de la nouvelle «loi climat» tout juste dévoilée. «Ce que l'on dit est donc bien vrai: en politique, une semaine, c'est long. Mais 100 jours, c'est juste assez de temps pour fixer un cap et franchir les premières grandes étapes dans cette direction», observe Ursula von der Leyen dans une tribune combative publiée par plusieurs journaux européens au cours du week-end, dont le Luxemburger Wort


A mangrove plant grows on a shore in Cancun June 21, 2010. In the 40 years since Cancun was founded, countless acres of mangrove forests up and down Mexico's Caribbean Coast have been lost - and the destruction continues. Now many scientists say that mangrove forests can help slow climate change, and are desperate to save them. Picture taken June 21, 2010. To match Feature CLIMATE/MANGROVES  REUTERS/Gerardo Garcia (MEXICO - Tags: POLITICS ENVIRONMENT)
Les eurodéputés veulent un «Pacte vert» plus ambitieux
Si le Parlement européen a offert un soutien au «green deal» de la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, il appelle à plus d'ambitions en matière de lutte contre le changement climatique.

Depuis décembre, l'exécutif bruxellois a lancé un Pacte Vert contre le changement climatique et une stratégie sur le numérique et l'intelligence artificielle. «Avec le Pacte vert, Ursula von der Leyen a un cheval de bataille qui fait consensus», note Sebastien Maillard, directeur de l'Institut Jacques Delors. «Son action est lisible», a-t-il jugé. Alberto Alemanno, professeur en droit européen à HEC, est plus critique. «Les dossiers prioritaires – la loi sur le climat, la stratégie numérique ou la conférence sur l'avenir de l'Europe – ont tous déjà été jugés inadéquats par rapport à la nature des défis visés», souligne-t-il. 

Sans argent, rien ne peut se faire. La Commission européenne est comme un navire encalminé. Ursula en est consciente, selon des sources dans son entourage. «Elle en parle à chaque réunion», ont confié à l'AFP des collaborateurs. Mais il va falloir panser les plaies de l'échec du conseil sur le budget. «Il faut laisser retomber l'écume», a jugé le représentant d'un grand Etat membre. 

Les dirigeants européens se sont quittés fâchés et les critiques ont fusé contre Charles Michel, «mal préparé», «trop pressé» et «trop sûr de lui», ont lâché plusieurs délégations. Un nouveau sommet budget sera nécessaire, mais pas tout de suite. "On va trouver un accord", assurent les négociateurs. «Mais les marges de manœuvres restent étroites», souligne la Commission. 


Sur le même sujet

Le président turc se rend lundi devant les dirigeants de l'Union européenne pour aborder la question migratoire alors que des pays «volontaires» du bloc des 27 envisagent de prendre en charge 1.500 enfants migrants bloqués sur les îles grecques.
Turkish President Recep Tayyip Erdogan looks on as he and his Russian counterpart hold a joint press statement following their talks at the Kremlin in Moscow on March 5, 2020. (Photo by Pavel Golovkin / POOL / AFP)
La Commission von der Leyen se veut résolument ambitieuse. Elle entend réussir la transition énergétique et numérique et lutter contre la pauvreté. Venu à la rencontre des députés, lundi, Nicolas Schmit a réaffirmé les grands axes de la politique de l'UE.
Le sommet extraordinaire sur le budget de l'Union européenne est entré jeudi soir dans une phase de consultations bilatérales. Le président du Conseil européen, Charles Michel soumettra ce vendredi une nouvelle proposition de compromis.
Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel (à dr.) au côté du président du Conseil européen, le Belge Charles Michel, lors des difficiles négociations du budget de l'UE en ce moment à Bruxelles
Le président du Conseil européen Charles Michel a reçu dimanche soir à Bruxelles les dirigeants des six pays des Balkans occidentaux candidats à l'adhésion à l'UE pour une «discussion franche», au cours d'un dîner de travail destiné à préparer le sommet de Zagreb en mai.
La réunion informelle était destinée à préparer le sommet de Zagreb en mai
Les dirigeants européens vont débattre vendredi pour la première fois, à 27, du budget de l'UE après 2020 et le départ du Royaume-Uni, et se pencher sur le mode de désignation du successeur de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission, un enjeu qui divise.