Changer d'édition

Le Vlaams Belang s’essaie à la normalisation
International 3 min. 18.02.2021

Le Vlaams Belang s’essaie à la normalisation

Un sondage conforte le Vlaams Belang en tant que premier parti politique belge, devant la N-VA nationaliste flamande de Bart De Wever en net recul.

Le Vlaams Belang s’essaie à la normalisation

Un sondage conforte le Vlaams Belang en tant que premier parti politique belge, devant la N-VA nationaliste flamande de Bart De Wever en net recul.
Photo: AFP / archives
International 3 min. 18.02.2021

Le Vlaams Belang s’essaie à la normalisation

L’extrême droite flamande prône le respect des mesures sanitaires pour mieux s’affranchir du cordon… sanitaire.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - En octobre dernier, le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken avait refusé d’installer sur son portable l’application Corona développée par le gouvernement afin de pister le virus. Il n’avait «pas confiance en l’Etat belge». Le leader d’extrême droite dénonçait aussi le «parcours chaotique» que venait de suivre la politique de Santé… tout en précisant qu’il était essentiel de respecter les consignes sanitaires édictées par le même gouvernement. «Ce n’est que comme cela que nous viendrons à bout du virus...»


Bart De Wever, mayor of Antwerp and President of Flemish right-wing party N-VA delivers a speech during an event held by Flanders' Chamber of Commerce and Industry at the Stadsschouwburg in Antwerp, Belgium, January 6, 2016.    REUTERS/Francois Lenoir
Les temps sont durs pour Bart De Wever
Le nationaliste flamand peine à occuper l’espace politique et médiatique, signe de l'apathie qui menace son parti.

Pratiquement au même moment, un sondage confortait le Vlaams Belang en tant que premier parti politique belge, devant la N-VA nationaliste flamande de Bart De Wever en net recul.

Cette «pole position», le Vlaams Belang n’a aucune intention de la sacrifier sur l’autel de la crise sanitaire. Il s’abstient en effet de toute déclaration fracassante qui le mettrait en porte-à-faux avec son électorat. Si les sondeurs estiment qu’un quart environ de la base électorale du Belang ne veut pas se faire vacciner, le parti doit aussi compter avec les voix de nombreux seniors, fatalement plus fragiles face à la pandémie.

Trois ans pour convaincre

Pour le politologue Benjamin Biard que cite Le Soir, «le Vlaams Belang a profité du contexte de la crise sanitaire pour poursuivre sa stratégie qui dénonce un “déficit démocratique” : l’Etat de droit en péril, le gouvernement soi-disant pas légitime qui adopte ses décisions par décret… Et il dénonce une mauvaise gestion de la crise, une vaccination à la traîne à l’inverse des promesses du ministre de la Santé  Frank Vandenbroucke.» Mais le Belang n’abonde pas pour autant dans les thèses complotistes. Il ne diffère pas en cela du PVV du Néerlandais Geert Wilders qui se montre surtout très critique face aux lenteurs de la vaccination.


27.09.2020, Belgien, Br¸ssel: Demonstranten halten zwischen ihren Autos fl‰mische Flaggen w‰hrend eines Protestes der rechtspopulistischen Regionalpartei Vlaams Belang gegen die Regierung. Foto: Nicolas Maeterlinck/BELGA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'extrême droite s'installe confortablement en Belgique
Au lendemain de la formation du gouvernement Vivaldi, un sondage confirme la force du Vlaams Belang. Et la faiblesse des partis démocratiques.

Selon les observateurs, une telle posture traduit l’espoir du Vlaams Belang de devenir enfin un parti «respectable», apte à accéder au pouvoir, qui se serait au préalable affranchi du cordon sanitaire qui lui interdit jusqu’à ce jour l’accès à des responsabilités politiques de premier plan. Le rendez-vous est fixé aux prochaines législatives de 2024 au terme desquelles le président Tom Van Grieken devrait de nouveau rendre visite au roi en prélude des négociations qui mèneront au futur gouvernement. Il lui reste donc trois ans pour convaincre ses partenaires qu’il peut s’inscrire dans une coalition.

Le Vlaams Belang, un «parti normal»?,  s’interroge la chaîne publique RTBF. Réponse: il a encore du chemin à parcourir vers la normalisation. Cette anecdote en dit long : une conseillère communale VB de Wuustwezel (province d’Anvers) a entrepris un pèlerinage le jour de l’Armistice dans un cimetière allemand où elle est allée déposer des fleurs sur la tombe d’un soldat néerlandais de la Waffen SS.  


Une personne passe près d'une croix gammée taguée sur un mur d'un collège d'Agde, le 04 septembre 2008. Une quarantaine de croix gammées ainsi que des injures à caractère raciste ont été taguées dans la nuit du 3 au 4 septembre par un ou des inconnus sur les murs du collège, a-t-on appris ce jour auprès du recteur d'académie. Le ministre français de l'Education nationale Xavier Darcos qui devait se rendre sur place, a également "condamné avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme à caractère raciste, antisémite et xénophobe". AFP PHOTO BORIS HORVAT
Des collaborateurs nazis mis à l’honneur
L’initiative de la présidente du Parlement flamand est dénoncée par les organisations juives de Belgique.

La militante avait pour l’occasion revêtu sa tenue bavaroise traditionnelle. Tollé sur les réseaux sociaux. Sous la pression, le président du Vlaams Belang a exclu la conseillère pour avoir refusé de signer la charte du parti qui exige une conduite qui ne lui soit pas préjudiciable. Du reste, toujours selon Tom Van Grieken, elle ne serait en rien néonazie.

La RTBF s’inquiète encore de voir que les médias flamands ne qualifient plus le Vlaams Belang de parti d’extrême droite, mais préfèrent utiliser «droite radicale». Un terme qui a l’avantage évident de faire de ce parti né de la collaboration avec l’occupant allemand une formation politique comme les autres.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet