Changer d'édition

Le Vatican se dote d'une loi contre la pédophilie
International 29.03.2019 Cet article est archivé

Le Vatican se dote d'une loi contre la pédophilie

Le texte publié vendredi par le pape François prévoit notamment un contrôle de la sélection du personnel appelé à travailler avec des mineurs et des personnes vulnérables.

Le Vatican se dote d'une loi contre la pédophilie

Le texte publié vendredi par le pape François prévoit notamment un contrôle de la sélection du personnel appelé à travailler avec des mineurs et des personnes vulnérables.
Photo: AFP
International 29.03.2019 Cet article est archivé

Le Vatican se dote d'une loi contre la pédophilie

Le pape a publié vendredi un texte sur la prévention et la lutte contre les violences sur mineurs et personnes vulnérables, dont les abus sexuels, s'appliquant aux employés de la Curie et de l'Etat de la Cité du Vatican, ainsi qu'au corps diplomatique.

Cette loi, publiée vendredi, est assortie d'une prescription de vingt ans pour dénoncer des actes de violence, un décompte qui s'applique à partir de l'âge de 18 ans pour des mineurs agressés. Un article prévoit l'obligation de dénonciation, sauf en cas de sceau du sacrement de la confession pour les ecclésiastiques. 

En cas de manquement, une personne peut être condamnée à une amende, voire à une peine de prison. La loi est accompagnée d'un «motu proprio» explicatif - lettre apostolique à l'initiative du pape, ndlr - consacrée à «la protection des mineurs et des personnes vulnérables» au sein de la Curie romaine et de la Cité du Vatican. 


Le pape promet «une lutte à tous les niveaux» contre les abus sexuels
«Aucun abus ne doit jamais être couvert, comme ce fut le cas par le passé, et sous-évalué», a déclaré le pape François, après quatre jours d'un sommet inédit regroupant notamment 114 présidents de conférences épiscopales à Rome.

Le pape François y rappelle le droit des victimes d'exploitation, d'abus sexuels ou de maltraitance à «être accueillies, écoutées et accompagnées». Les victimes et leurs familles doivent bénéficier d'un «soutien spirituel, médical, psychologique et légal», écrit le pape. 

Une personne condamnée pour avoir abusé d'un mineur ou d'une personne vulnérable doit être «démise de ses fonctions». Mais cette personne doit aussi se voir offrir une aide psychologique et spirituelle adéquate en vue de sa «réinsertion sociale», ajoute le pape. 


Des membres d'une coalition internationale connue sous le nom de «Acies Ordinata» manifestent sur la Piazza San Silvestro à Rome pour dénoncer le «mur du silence» érigé face au scandale de la pédophilie au sein de l'Eglise catholique, manifestation en amont d'un sommet sur ce sujet au Vatican.
Les exigences très concrètes des victimes de l'Eglise
Renvoyer sur-le-champ tout supérieur qui a gardé sous silence les abus, s'interroger sur le célibat dans l'Eglise, rendre publique toute condamnation. Des associations de victimes de nombreux pays sont présentes ce jeudi à Rome, alors que le pape François a convoqué l'Eglise universelle pour un sommet sur la pédophilie dans le clergé.

Le souverain pontife spécifie aussi qu'on doit tout faire pour rétablir la bonne réputation d'une personne injustement accusée. Le texte prône en outre des programmes de formations pour le personnel de la Curie romaine et des institutions liées au Saint-Siège. Il préconise aussi un contrôle de la sélection du personnel, y compris bénévole, appelé à travailler avec des mineurs et des personnes vulnérables. 

Des lignes directrices pour gérer les cas d'abus sexuels sont exigées depuis 2011 par le Saint-Siège aux conférences épiscopales de la planète. Mais la Cité du Vatican et la Curie romaine (gouvernement du Vatican, ndlr) se trouvaient elles-mêmes dans un vide juridique en la matière.


Sur le même sujet

Le pape oblige le clergé à signaler les abus sexuels
Le pape François a dévoilé jeudi une législation plus stricte obligeant prêtres, religieux et religieuses à signaler à l'Eglise tout soupçon d'agression sexuelle ou de harcèlement, ainsi que toute couverture de tels faits par la hiérarchie catholique.
Papst Franziskus verschärft die Regeln bei Missbrauch in der Kirche
Six ans de prison pour le cardinal Pell, condamné pour pédophilie
Le cardinal australien George Pell, ancien numéro trois du Vatican tombé en disgrâce, a été condamné mercredi à six ans de prison pour agressions sexuelles «éhontées» contre deux enfants de chœur dénoncées par le juge comme un «grave» abus de pouvoir. C'est le plus haut représentant de l'Eglise catholique jamais reconnu coupable de viol sur mineur.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2019, Cardinal George Pell leaves the County Court of Victoria after prosecutors decided not to proceed with a second trial on alleged historical child sexual offences in Melbourne. - Cardinal George Pell is to be sentenced on March 13, 2019, following conviction for child sex crimes. (Photo by CON CHRONIS / AFP)
Mgr Hollerich: «C'est tolérance zéro» pour les abus sexuels
Dans la vaste affaire des abus sexuels au sein de l'Eglise catholique, à laquelle le Luxembourg n'échappe pas, l'archevêque Mgr Jean-Claude Hollerich a exprimé ce mercredi ses excuses publiques à toutes les victimes et a prôné la «tolérance zéro» pour les coupables.
POL- PK-Erzbistum/Kindesmissbrauch, Jeau-Claude Hollerich, Martine Jungers, Patrick Hubert und Leo Wagener, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les exigences très concrètes des victimes de l'Eglise
Renvoyer sur-le-champ tout supérieur qui a gardé sous silence les abus, s'interroger sur le célibat dans l'Eglise, rendre publique toute condamnation. Des associations de victimes de nombreux pays sont présentes ce jeudi à Rome, alors que le pape François a convoqué l'Eglise universelle pour un sommet sur la pédophilie dans le clergé.
Des membres d'une coalition internationale connue sous le nom de «Acies Ordinata» manifestent sur la Piazza San Silvestro à Rome pour dénoncer le «mur du silence» érigé face au scandale de la pédophilie au sein de l'Eglise catholique, manifestation en amont d'un sommet sur ce sujet au Vatican.