Changer d'édition

Le variant Delta fait trembler l'Europe
International 3 min. 22.06.2021
Covid-19

Le variant Delta fait trembler l'Europe

Dans la Grande Région aussi le virus se propage, même si les taux enregistrés en France, en Belgique et en Allemagne restent encore très en deçà de celui observé au Grand-Duché.
Covid-19

Le variant Delta fait trembler l'Europe

Dans la Grande Région aussi le virus se propage, même si les taux enregistrés en France, en Belgique et en Allemagne restent encore très en deçà de celui observé au Grand-Duché.
Photo: dpa
International 3 min. 22.06.2021
Covid-19

Le variant Delta fait trembler l'Europe

La mutation indienne du covid a fait basculer le Portugal dans le rouge cette semaine, au point que les autorités n'excluent plus un nouveau confinement. Du côté du Royaume-Uni, la souche très contagieuse du virus pourrait avoir raison de la finale de l'Euro de foot au stade de Wembley.

Alors que le bilan mondial de la pandémie s'élève à plus de 3,87 millions de morts ce mardi, les pays européens assistent à une hausse de plus en plus importante des cas apparentés au variant Delta. Si au Luxembourg, la souche indienne du covid représentait déjà 30,9% des nouvelles infections la semaine dernière (une occurrence multipliée par deux en sept jours), au Portugal ce chiffre s'élève à 60%, selon l'Institut national de la santé (INSA).


Le variant Delta n'en finit plus de se propager
Dans son rapport hebdomadaire, le ministère de la Santé indique que la mutation indienne du covid représente 30,9% des cas analysés par le LNS entre le 7 et le 13 juin. Soit quasiment deux fois plus que la semaine précédente.

Cette occurrence serait encore supérieure dans la région de Lisbonne et celle du Tage, rapporte Contacto. Au point que l'INSA tire la sonnette d'alarme: alors que le pays a de nouveau dépassé ce mardi le seuil critique de 120 cas pour 100.000 habitants, la souche indienne du virus pourrait «exercer une pression supplémentaire sur le système hospitalier». D'autant que le variant Delta est «60% plus contagieux» que son cousin britannique, souligne l'institut.

La situation est telle que le gouvernement portugais a préféré isoler la région de Lisbonne du reste du pays le weekend dernier, et que la ministre de la Santé, Marta Temido, n'exclut pas de revoir les restrictions sanitaires dans toutes les autres provinces. Quitte à confiner de nouveau les Portugais, «si cela s'avère nécessaire». Une éventualité lourde de conséquences pour le pays après deux mois de confinement total en janvier et février, qui montre la menace que représente ce variant. 

La finale de l'Euro à Budapest?

De l'autre côté de l'océan Atlantique, le Royaume-Uni est également dans la tourmente ce mardi, après que le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, s'est opposé lundi à la tenue de la finale de l'Euro à Londres. Le variant Delta est responsable de 96% des cas dans le pays, et a déjà obligé le Premier ministre Boris Johnson à reporter d'un mois le déconfinement. 

Bien qu'il ait indiqué que sa priorité était «la santé publique», une éventuelle délocalisation de la demi-finale et de la finale de l'Euro serait un réel coup dur pour le pays. Si le gouvernement britannique prévoit plutôt pour l'instant «une jauge des spectateurs à 50%» pour ces matches, l'UEFA envisagerait de «les déplacer à Budapest», indique ce mardi l'AFP.

Plus près du Luxembourg, les pays de la Grande Région observent eux aussi une hausse des cas covid attribuables au variant indien. Bien que la proportion reste plus élevée au Grand-Duché, la souche indienne du virus se développe en Belgique, où elle représente 6,1% des nouvelles infections. Soit «une hausse de 60% des contaminations entre fin mai et le 11 juin», rapporte Le Monde, d'après les données du Gisead. En France et en Allemagne, la mutation Delta reste encore minoritaire: 2 à 4% côté français et 6% côté allemand, mais les autorités sanitaires le surveillent également de près. 

Pour rappel, le variant Delta est apparu pour la première fois en Inde mi-avril, provoquant 2,5 millions de nouvelles infections en sept jours. En attendant que l'efficacité des vaccins face à cette mutation soit prouvée, certains pays européens tentent d'endiguer sa propagation, en imposant par exemple des mesures strictes aux voyageurs en provenance d'Inde ou du Royaume-Uni.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Laboratoire national de santé constate ce jeudi que la mutation indienne du covid représente 36% des cas au Luxembourg, contre 50,5% pour le variant anglais. Un chiffre qui prouve la forte contagiosité de cette souche du virus.
Les vacances approchant, mieux vaut prendre les devants si vous souhaitez changer d'air pendant la période estivale. Dans la Grande Région, au Portugal, ou sur les îles grecques, les conditions d'entrée des voyageurs varient au sein de l'Union européenne. Petit tour d'horizon avant de boucler les valises.
Alors que le déconfinement avait déjà été repoussé dans la capitale, le gouvernement a interdit les entrées et sorties dans la région pour cette fin de semaine. Une mesure justifiée par la hausse du taux d'incidence dans la zone.
Dans son rapport hebdomadaire, le ministère de la Santé indique que la mutation indienne du covid représente 30,9% des cas analysés par le LNS entre le 7 et le 13 juin. Soit quasiment deux fois plus que la semaine précédente.
Le Luxembourg maintient ses mesures restrictives pour les personnes venues d'Inde et du Royaume-Uni. Test PCR, déclaration à l'Inspection sanitaire et isolement visent à contenir la mutation indienne du covid, jugée «préoccupante» par l'OMS.
Surveillées comme le lait sur le feu de crainte qu'elles ne débordent, les nouvelles souches du coronavirus ne semblent pas connaître de changement dans leur répartition au Luxembourg.
PRODUKTION - 22.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Münster: Prof. Alexander Mellmann, EHEC-Experte, Facharzt für Mikrobiologe und Hygiene am Universitätsklinikum Münster untersucht Proben verschiedener Keime, die auf Petrischalen kultiviert werden. Mellmann leitet das Nationale Konsiliarlabor für das HUS-Syndrom, der schwersten Erkrankungsform des Darmskeims, und pflegt eine der weltweit größten Sammlungen an EHEC-Erregerstämmen. Am 1. Mai 2011 war der erste Patient an blutigem Durchfall erkrankt. Die Suche nach der Herkunft des Keims dauerte Monate. Am Ende galten Bockshornkleesamen aus Ägypten für die Anzucht von Sprossen als Auslöser. Forscher aus Münster entschlüsselten das Erbgut des Erregers. Welche Schlüsse haben die Behörden seitdem gezogen? Gibt es Langzeitfolgen für die Betroffenen? (zu dpa «Schlimmster Ehec-Ausbruch: Was den Darmkeim 2011 so tückisch machte») Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++