Changer d'édition

Le TGV souffle ses 30 bougies
International 2 min. 14.03.2012 Cet article est archivé

Le TGV souffle ses 30 bougies

Le TGV en gare de Luxembourg

Le TGV souffle ses 30 bougies

Le TGV en gare de Luxembourg
Photo: Marc Wilwert
International 2 min. 14.03.2012 Cet article est archivé

Le TGV souffle ses 30 bougies

Confrontée à l'origine au scepticisme de l'Etat à l'égard du concept, la SNCF est finalement parvenue à imposer le TGV, détenteur du record du monde de vitesse sur rail, qui a modifié drastiquement la façon de voyager des Français et qui célèbre samedi ses 30 ans.

Confrontée à l'origine au scepticisme de l'Etat à l'égard du concept, la SNCF est finalement parvenue à imposer le TGV, détenteur du record du monde de vitesse sur rail, qui a modifié drastiquement la façon de voyager des Français et qui célèbre samedi ses 30 ans.

La SNCF conclut samedi plusieurs mois de festivités, avec notamment une tournée anniversaire dans 16 villes de France et d'Europe, par une journée événement à la gare de Lyon.

C'est en effet sous la tour horloge de cette gare que le premier TGV exploité commercialement avait débuté son premier voyage le 27 septembre 1981, cinq jours après son inauguration par le président de la République, François Mitterrand.

«C'était une idée d'ingénieurs qui allait coûter très cher»

«Aucun homme politique n'était favorable au TGV. Pour eux, c'était une idée d'ingénieurs qui allait coûter très cher, comme le Concorde», a souligné François Lacôte, directeur technique chez Alstom Transport, qui a piloté le programme TGV à la SNCF puis chez Alstom à partir de 1982.

Du coup, la SNCF a payé seule la facture de 18 milliards de francs (2,74 milliards d'euros) de la première ligne Paris-Lyon. Pour la seconde, le TGV Atlantique inauguré à la fin des années 1980, l'Etat a financé 30% des infrastructures.

Dès 1981, le TGV a battu le record du monde de vitesse sur rail (380 km/h), exploit réédité à plusieurs reprises jusqu'au 3 avril 2007 (574,8 km/h).

Et depuis, le TGV n'a cessé d'agrandir sa toile sur le territoire français. Actuellement, trois chantiers de construction de ligne à grande vitesse sont en cours et un quatrième devrait être ouvert en 2012. Quelque 2.000 kilomètres de nouvelles LGV devraient apparaître en France d'ici 2020, sans compter les projets à l'étranger (Arabie saoudite, Etats-Unis).

Une rentabilité qui «décroît à grande vitesse»

Pourtant si le train vedette de la SNCF a servi pendant de nombreuses années de vache à lait, l'avenir est plus sombre: les charges supplémentaires et la hausse des péages (les droits de passage versés à Réseau ferré de France) affectent aujourd'hui son équilibre économique, selon la SNCF.

Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages --qui chapeaute les trains à grande vitesse-- affirmait fin 2010 que la rentabilité du TGV «décroît à grande vitesse», laissant entendre que des dessertes pourraient disparaître. Selon la SNCF, 30% des lignes TGV ne sont actuellement pas rentables.