Changer d'édition

Le successeur de Juncker se trouve parmi eux
International 2 min. 16.05.2019

Le successeur de Juncker se trouve parmi eux

De gauche à droite: Jan Zahradil, Nico Cue, Ska Keller, Margrethe Vestager, Frans Timmermans et Manfred Weber

Le successeur de Juncker se trouve parmi eux

De gauche à droite: Jan Zahradil, Nico Cue, Ska Keller, Margrethe Vestager, Frans Timmermans et Manfred Weber
Photo: AFP
International 2 min. 16.05.2019

Le successeur de Juncker se trouve parmi eux

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
Dans le cadre des élections européennes, les représentants des six principaux groupes politiques du Parlement européen ont fourbi leurs armes mercredi dans un débat télévisé parfois mouvementé et retransmis dans les 28 pays. Tous espèrent devenir le futur président de la Commission.

A J-11 des élections européennes, les chefs de file des principaux groupes politiques représentés au Parlement, ont débattu mercredi soir dans l’enceinte du parlement de Bruxelles, lors d’une émission retransmise dans les 28 pays et toutes les langues de l’UE. 

Les six «Spitzenkandidaten» briguent la succession de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne fin octobre prochain. La réforme de l’Union, l'économie, le réchauffement, le problème des migrations, les populismes, l’emploi ou encore le climat étaient au sommaire des échanges entre les quatre hommes et les deux femmes.

Le débat dans l’enceinte bruxelloise du parlement européen a été retransmis dans les 28 pays et dans les langues officielles de l'UE.
Le débat dans l’enceinte bruxelloise du parlement européen a été retransmis dans les 28 pays et dans les langues officielles de l'UE.
Photo: AFP

Les échanges entre les protagonistes ont été animés, chacun disposant de deux «jokers» pour interpeller frontalement un de leurs concurrents. À  l'exemple du Néerlandais Frans Timmermans, chef du Parti des socialistes européens (PSE), qui s'en est pris au conservateur allemand Manfred Weber (Parti populaire européen, PPE) pour avoir soutenu des politiques d'austérité «punitives» dans des pays comme le Portugal. 

Le premier a également réclamé la mise en place d’«un salaire minimum à l'échelle européenne pourrait créer de la croissance économique dans l'Union.» Le second a évoqué la «responsabilité économique» de l’exécutif européen pour garantir la stabilité de l’Union. 

L'UE doit être «plus intransigeante»

De son côté, l'Espagnol et responsable du groupe de la Gauche européenne Nico Cué, a pour sa part milité en faveur de la fin du travail précaire, et du «retour à des contrats de travail convenables». Le Tchèque Jan Zahradil, chef de l'Alliance des conservateurs et des réformistes en Europe a lui prôné «une Union réduite, flexible, décentralisée et qui respecte tous ses membres, petits et grands». 

Pour la Danoise Margrethe Vestager, de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe, une des priorités de l'UE devrait être de contraindre les entreprises comme Amazon à payer leur juste part d'impôts. Elle a également appelé l'UE à être «plus intransigeante» dans ses accords commerciaux, afin de montrer son statut de premier bloc économique mondial. 

Et enfin selon l’Allemande Ska Keller, du Parti vert européen, l'austérité imposée en Europe a été «une grosse erreur (…), un coup porté à cette promesse européenne que nous créerions ensemble la prospérité». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Tout savoir sur les programmes des européennes
Dix partis participent à la campagne électorale afin de figurer parmi les six représentants luxembourgeois au Parlement européen. Pour permettre aux électeurs de se faire un avis, le «Luxemburger Wort» présente les idées défendues dans six thématiques. Ce vendredi, détail des idées défendues sur l'environnement et le climat.
ARCHIV - 27.04.2019, Sachsen, Dresden: Zahlreiche Europa-Fähnchen sind in einem Eimer am Stand der Pulse of Europe verstaut, während auf dem Neumarkt die Pulse of Europe-Demonstration vor der Europawahl 2019 stattfindet. (zu dpa "Der Kampf ums Geld - «Wer bezahlt Europa?") Foto: Daniel Schäfer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le Luxembourg compte 93% de citoyens de l'UE
568.483 personnes, sur une population totale de 613.894 habitants sont des ressortissantes de l'Union européenne. Depuis 2014, les communautés française et italienne ont le plus fortement augmenté, indique une étude du Statec publiée ce mardi.