Changer d'édition

Le successeur de John Bercow se nomme Lindsay Hoyle
International 4 min. 05.11.2019

Le successeur de John Bercow se nomme Lindsay Hoyle

Le Parlement qui a élu Lindsay Hoyle lundi va être dissous mercredi, en vue des élections anticipées le 12 décembre

Le successeur de John Bercow se nomme Lindsay Hoyle

Le Parlement qui a élu Lindsay Hoyle lundi va être dissous mercredi, en vue des élections anticipées le 12 décembre
Photo: AFP
International 4 min. 05.11.2019

Le successeur de John Bercow se nomme Lindsay Hoyle

Le truculent «speaker» (président) de la Chambre des communes John Bercow, qui a joué un rôle clé dans le feuilleton du Brexit, a cédé son perchoir lundi à un député travailliste âgé de 62 ans.

(AFP). - Lindsay Hoyle, élu travailliste de 62 ans, qui était donné favori, aura notamment la tâche délicate de conduire les débats sur le Brexit, là où son prédécesseur John Bercow a parfois été accusé de partialité par les partisans de la sortie de l'Union européenne.

Premier adjoint de John Bercow depuis 2010, Lindsay Hoyle a ainsi déjà occupé le rôle de chef d'orchestre à la chambre basse du Parlement britannique. Avec son fort accent du nord-ouest, il n'a pas hésité pas à rabrouer les députés bruyants ou à sermonner les nationalistes écossais quand ces derniers chantonnaient en 2017 l'hymne européen en pleine séance parlementaire.

«Neutre» et «transparent»  

Il a été désigné au quatrième tour de vote à bulletin secret avec 325 voix, contre 213 à son dernier concurrent Chris Bryant, travailliste lui aussi.

Entraîné par deux de ses soutiens jusqu'à son fauteuil de cuir vert qui surplombe les bancs de la Chambre des communes, conformément à l'une des traditions parfois surprenantes du Parlement britannique, Lindsay Hoyle a promis qu'il serait «neutre» et «transparent». Tenu à une obligation d'impartialité, le «speaker» doit quitter son parti.

Il a immédiatement été félicité par le Premier ministre conservateur Boris Johnson, qui a salué sa «gentillesse» et sa «raison», et par le leader de l'opposition, le travailliste Jeremy Corbyn.

Les gens ne veulent pas se souvenir de l'arbitre, ils veulent se souvenir du match

Sept candidats, trois hommes et quatre femmes, étaient en lice pour succéder à John Bercow, qui après dix ans au poste de «speaker» a annoncé sa démission en septembre pour consacrer plus de temps aux siens.


John Bercow a parfois été accusé par les partisans d'un Brexit dur d'avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment.
Le président de la Chambre des communes va démissionner
Le président de la Chambre des communes, John Bercow, a annoncé lundi qu'il allait démissionner prochainement. Il a été accusé ces derniers mois par les partisans d'un Brexit dur d'avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment.

Prenant le contrepied de son prédécesseur, Lindsay Hoyle, député depuis 1997, a affirmé dimanche qu'il voyait le «speaker» comme un simple arbitre et fait valoir que «les gens ne veulent pas se souvenir de l'arbitre, ils veulent se souvenir du match».

Dans une interview au Sunday Times, il a confié vouloir apaiser l'atmosphère souvent électrique de la Chambre des communes, en particulier lors des débats sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Le Parlement dissous mercredi

Originaire du Lancashire (nord-ouest de l'Angleterre), Lindsay Hoyle a défendu lundi l'égalité du droit à la parole des députés et s'est posé en défenseur de leur sécurité, de celle de leurs équipes et de leurs familles, dans un contexte de tensions dans le pays, où nombre d'élus ont été menacés.

Le Parlement qui l'a élu, si souvent paralysé faute de majorité nette, pourrait changer de physionomie: il va être dissous mercredi, en vue des élections anticipées le 12 décembre, déclenchées pour tenter de sortir le Brexit de l'impasse. Reportée à trois reprises, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne est désormais prévue au 31 janvier 2020.


Les députés reprennent la main au Royaume-Uni
Les députés britanniques se saisissent exceptionnellement mercredi de l'agenda du Brexit en votant sur une série d'alternatives à l'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Theresa May.

Chez lui, le nouveau «speaker» est à la tête d'une petite ménagerie qui porte les prénoms de personnalités politiques britanniques. A son perroquet Boris, clin d'œil au Premier ministre conservateur, il a déjà appris à vociférer des «Ordeeer!» («De l'ordre!»). Sa tortue «à la carapace dure» s'appelle Maggie et son rottweiler Gordon, comme les ex-Premiers ministres Thatcher et Brown.

Après Bercow, une page se tourne

L'élection d'un «speaker» a lieu après chaque élection législative ou après la démission ou le départ à la retraite du précédent.

Avec le départ de John Bercow, petit homme à la voix de stentor et aux répliques souvent acerbes, une page se tourne à la Chambre des communes.

Cet amateur de cravates criardes, de 56 ans, issu des rangs conservateurs, avait fixé la date de son départ au 31 octobre, jour où le Royaume-Uni était censé quitter l'Union européenne.

Plus jeune titulaire, lors de sa première élection en juin 2009, de cette prestigieuse fonction, John Bercow s'est employé à la dépoussiérer, abandonnant certains éléments de la tenue traditionnelle comme la perruque. En juin 2017, il a même permis aux députés de siéger sans cravate.    


Sur le même sujet

Boris Johnson privé d'adoption du Brexit
Le Premier ministre britannique s'est vu refuser, lundi, un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles. Une nouvelle péripétie politique prolongeant la confusion à dix jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Les anti-Brexit ont applaudi le choix des députés qui ont adopté un amendement reportant l'approbation du Parlement.
A un mois du Brexit, tensions et divisions à leur comble
Alors que le Brexit doit intervenir le 31 octobre, des élections anticipées risquent de se tenir dans une ambiance plus délétère que jamais au Royaume-Uni, comme en témoignent des échanges particulièrement agressifs au Parlement cette semaine.
Les tensions et les divisions s'exacerbent entre pro- et anti-Brexit au Royaume-Uni à mesure que la date fatidique du 31 octobre se rapproche
Le Parlement britannique refuse à nouveau des élections
Les députés britanniques ont infligé, mardi, une nouvelle défaite cuisante au Premier ministre Boris Johnson en s'opposant encore à l'organisation de législatives anticipées, avant que le Parlement ne soit suspendu jusqu'au 14 octobre.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Speaker of the House of Commons John Bercow (L) reading the address from the Queen that was just read by the Speaker of the House of Lords in the House of Commons in London on September 10, 2019, after the ceremony to prorogue (suspend) parliament. - The UK Parliament was prorogued, or suspended, until October 14, 2019. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
Le président de la Chambre des communes va démissionner
Le président de la Chambre des communes, John Bercow, a annoncé lundi qu'il allait démissionner prochainement. Il a été accusé ces derniers mois par les partisans d'un Brexit dur d'avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment.
John Bercow a parfois été accusé par les partisans d'un Brexit dur d'avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment.
Bras de fer en vue entre Johnson et le Parlement
Le Premier ministre britannique va devoir faire face mardi à la fronde de députés de son propre parti conservateur hostiles à un Brexit sans accord, en dépit de sa menace de convoquer des élections législatives anticipées à la mi-octobre s'il essuie une défaite au Parlement.
Britain's Prime Minister Boris Johnson delivers a statement outside 10 Downing Street in central London on September 2, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson on Monday said the chances of a Brexit deal with Brussels were "rising" but ruled out any delay to the October 31 deadline for Britain to leave the European Union if no agreement is struck. Johnson also said he did not want a general election and urged rebel Conservative MPs not to undermine his negotiations with Brussels by voting with the opposition on a draft law that might force him to postpone Brexit. (Photo by Ben STANSALL / AFP)
Tollé général face au choix de Boris Johnson
La décision du Premier ministre de suspendre le Parlement jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines avant la date du Brexit, a déclenché une vague d'indignation au Royaume-Uni. A commencer par une pétition qui a déjà recueilli plus d'un million de soutiens.
A demonstrator, wearing a mask depicting Britain's Prime Minister Boris Johnson, and a mock gravestone inscribed with the words "RIP British Democracy" protests outside the gates to Downing Street in central London on August 28, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson announced Wednesday that the suspension of parliament would be extended until October 14 -- just two weeks before the UK is set to leave the EU -- enraging anti-Brexit MPs. MPs will return to London later than in recent years, giving pro-EU lawmakers less time than expected to thwart Johnson's Brexit plans before Britain is due to leave the European Union on October 31. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Les députés reprennent la main au Royaume-Uni
Les députés britanniques se saisissent exceptionnellement mercredi de l'agenda du Brexit en votant sur une série d'alternatives à l'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Theresa May.