Changer d'édition

Le SOS des Nobel de la paix
International 17 3 min. 10.12.2018 Cet article est archivé

Le SOS des Nobel de la paix

Le SOS des Nobel de la paix

Photo: AFP
International 17 3 min. 10.12.2018 Cet article est archivé

Le SOS des Nobel de la paix

En recevant leur Nobel de la paix lundi, le Congolais Denis Mukwege et la Yazidie Nadia Murad ont appelé à renoncer à l'indifférence et à protéger les victimes de violences sexuelles, selon eux souvent reléguées derrière des considérations mercantiles.

(AFP) – Le gynécologue de 63 ans, Denis Mukwege, et l'Irakienne de 25 ans, Nadia Murad, ex-esclave des jihadistes devenue porte-drapeau de sa minorité, ont reçu le prix des mains de la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, qui a salué «deux des voix les plus puissantes au monde aujourd'hui» contre l'oppression des femmes.

Lors d'une cérémonie fleurie et musicale, ponctuée de standing ovations, de larmes et de youyous, dans l'Hôtel de ville d'Oslo, les deux lauréats ont interpellé la communauté internationale et réclamé la fin de l'impunité pour les auteurs de violences sexuelles en temps de guerre. «Ce ne sont pas seulement les auteurs de violences qui sont responsables de leurs crimes, mais aussi ceux qui choisissent de détourner le regard», a affirmé Denis Mukwege dans son discours de remerciement.«S'il faut faire la guerre, c'est la guerre contre l'indifférence qui ronge nos sociétés».

Surnommé «l'homme qui répare les femmes», le gynécologue de 63 ans soigne depuis deux décennies les victimes de violences sexuelles dans son hôpital de Panzi dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), région déchirée par des violences chroniques.


Un front commun contre le viol de guerre
Denis Mukwege, prix Nobel de la paix, a accueilli la Grande-Duchesse Maria Teresa hier à La Haye, nouvelle station de leur campagne commune contre le viol de guerre.

Dans des propos aux accents politiques à l'approche d'élections prévues le 23 décembre en RDC, ce critique du régime du président Joseph Kabila a dit voir «les conséquences déchirantes de la mauvaise gouvernance». «Bébés, filles, jeunes femmes, mères, grands-mères, et aussi les hommes et les garçons, violés de façon cruelle, souvent en public et en collectif, en insérant du plastique brûlant ou en introduisant des objets contondants dans leurs parties génitales», a-t-il énoncé.

Comme des milliers de femmes yazidies, sa colauréate Nadia Murad a été enlevée, violée, torturée et échangée par les jihadistes après l'offensive de l'EI contre cette communauté kurdophone du nord de l'Irak en 2014. Ayant réussi à s'évader, elle se bat aujourd'hui pour que les persécutions de son peuple soient reconnues comme génocide.

Les yeux humides lundi, elle a plaidé pour les femmes et enfants - plus de 3.000 selon elle - toujours aux mains de l'EI. «Il est inconcevable que la conscience des dirigeants de 195 pays ne se soit pas mobilisée pour libérer ces filles», a-t-elle estimé dans un discours en kurde.

«S'il s'était agi d'un accord commercial, d'un gisement de pétrole ou d'une cargaison d'armes, gageons qu'aucun effort n'aurait été économisé pour les libérer».


«L'indignation ne suffit pas»
La Grande-Duchesse Maria Teresa était présente au «Women's Forum 2018» qui s'est déroulé le week-end dernier à Paris. Elle a parlé des besoins des femmes victimes de violences sexuelles.

«Oligarchie prédatrice»

M. Mukwege a aussi déploré que le sort de la population congolaise passe au second plan derrière l'exploitation sauvage des matières premières.

«Mon pays est systématiquement pillé avec la complicité des gens qui prétendent être nos dirigeants», a-t-il affirmé. «Pillé aux dépens de millions d'hommes, de femmes et d'enfants innocents abandonnés dans une misère extrême tandis que les bénéfices de nos minerais finissent sur les comptes opaques d'une oligarchie prédatrice».

Lui en costume sombre, elle en robe bleue et noire, tous deux ont appelé de leurs vœux une réaction de la communauté internationale. Pour M. Mukwege, les États doivent mettre fin à l'impunité «des dirigeants qui ont toléré, ou pire, utilisé la violence sexuelle pour accéder au pouvoir», soutenir la création d'un Fonds global de réparation pour les victimes de violences sexuelles, et sortir des tiroirs un rapport de l'ONU cartographiant les crimes de guerre et violations de droits en RDC.

Amal Clooney, avocate et militante des droits de l'Homme libano-britannique a pris part à la cérémonie.
Amal Clooney, avocate et militante des droits de l'Homme libano-britannique a pris part à la cérémonie.
Photo: AFP

Sous le regard de l'avocate et militante des droits de l'Homme libano-britannique Amal Clooney qui a rejoint sa cause, Nadia Murad a imploré la planète de protéger son peuple. «La protection des Yazidis (...) est la responsabilité de la communauté mondiale et des institutions internationales», a-t-elle affirmé.


Denis Mukwege et Nadia Murad
Le Nobel de la paix à deux héros de la lutte contre le viol
Le prix Nobel de la paix a été attribué vendredi au médecin congolais Denis Mukwege et à la Yazidie Nadia Murad, ex-esclave du groupe État islamique, deux champions de la lutte contre les violences sexuelles employées comme "armes de guerre" dans les conflits.

«Sans cette protection internationale, rien ne nous garantit de n'être pas une fois de plus exposés à de nouveaux massacres menés par d'autres groupes terroristes».

Les Nobel des autres disciplines seront également remis ce lundi à Stockholm, à l'exception notable de celui de Littérature, reporté à 2019 à cause - paradoxalement - d'un scandale de viol ayant secoué l'Académie suédoise.

Le prix consiste en une médaille d'or, un diplôme et un chèque de 9 millions de couronnes suédoises (871.000 euros).


Sur le même sujet

Sunita Danuwar se définit comme une «survivante». Cette Népalaise a été kidnappée à l'âge de 14 ans, puis livrée à une maison de passe en Inde. Aujourd'hui elle lutte contre la traite des humains, et le gouvernement américain l'a nommée «Anti-trafficking person Hero 2018». Rencontre.
Children watching the Deopokhari festival through the hole of Iron fence at Khokana, Patan, Nepal on August 20, 2016. The Deopokhari Festival starts at Khokana after brief Press Meet organized by Khokana Festival Committee, the members of Committee gave brief description about the festival, as the oppose against the negative messages flows on the news about the festival and the animal rights campaigners mentioning it as a Barbaric causes and live goat is ripped apart by villagers using their bare hands and teeth. According the committee; Devotees of different wards situated at Khokana participate in the festival, as a part of Newar culture and tradition; devotees of different wards jumps into the pond and struggle for a young female goat, as any groups of ward takes out from the pond, they declared as a winner and the groups have to initiate Culture traditional Music, Culture Dance etc. at Khokana. (Photo by Narayan Maharjan/NurPhoto via Getty Images)
La Grande-Duchesse Maria Teresa était présente au «Women's Forum 2018» qui s'est déroulé le week-end dernier à Paris. Elle a parlé des besoins des femmes victimes de violences sexuelles.
Le prix Nobel de la paix a été attribué vendredi au médecin congolais Denis Mukwege et à la Yazidie Nadia Murad, ex-esclave du groupe État islamique, deux champions de la lutte contre les violences sexuelles employées comme "armes de guerre" dans les conflits.
Denis Mukwege et Nadia Murad