Changer d'édition

Le sort d'AstraZeneca en suspens en Europe
International 2 min. 16.04.2021

Le sort d'AstraZeneca en suspens en Europe

Si des discussions ont d'ores et déjà été amorcées avec Pfizer/BioNTech et Moderna pour renouveler les contrats, ce n'est pas le cas avec le vaccin du laboratoire suédo-britannique.

Le sort d'AstraZeneca en suspens en Europe

Si des discussions ont d'ores et déjà été amorcées avec Pfizer/BioNTech et Moderna pour renouveler les contrats, ce n'est pas le cas avec le vaccin du laboratoire suédo-britannique.
Photo: AFP
International 2 min. 16.04.2021

Le sort d'AstraZeneca en suspens en Europe

L'Union européenne pourrait ne pas renouveler, pour 2022, son contrat de vaccins avec le groupe pharmaceutique.

(AFP) - Si la question est soulevée, la décision n'est pas encore tranchée. Après la décision du Danemark mercredi, l'Union européenne pourrait décider à son tour de tourner le dos au vaccin d'AstraZeneca. Selon la ministre française de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, ce serait «la plus grande probabilité». 


Réservées aux personnels soignants et aux personnes de plus de 75 ans pour le moment, des doses de vaccin ont été inoculées aux membres du conseil d'administration des HRS, en contradiction avec les consignes officielles.
La confiance chute dans le vaccin d'AstraZeneca
Les Européens restent méfiants envers le sérum développé par le laboratoire britannique, révèle une étude d'opinion YouGov publiée lundi.

La problématique serait donc de savoir «si on renégocie ou pas des contrats signés en 2020 et qui arriveront à échéance au 31 décembre 2021» a indiqué un membre du cabinet de la ministre à l'AFP. Le contrat existant, couvrant toute l'année 2021, porte à l'échelle de l'Union européenne sur une commande ferme de 300 millions de doses AstraZeneca et une option de 100 millions de doses supplémentaires, a rappelé le cabinet de la ministre.

En outre, si des discussions ont été amorcées avec Pfizer/BioNTech et Moderna, la Commission européenne ne se serait en revanche pas penchée sur la négociation d'un nouveau contrat «avec Johnson&Johnson et avec AstraZeneca», a souligné la ministre française à la radio ce vendredi.


(FILES) This file photograph taken on April 9, 2021, shows vials of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at a vaccination centre set up at an exhibition hall in Nantes, western France. - The EU is turning more heavily to BioNTech/Pfizer to make up for suspended Johnson & Johnson vaccine doses and for longer-term needs to fight the mutating coronavirus, European Commission chief Ursula von der Leyen said April 14, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le Luxembourg garde confiance en Johnson & Johnson
Même si sa distribution en Europe a été stoppée par le laboratoire, le Grand-Duché poursuit sa campagne de vaccination avec les 2.400 doses déjà livrées. A défaut d'un contrordre de l'Agence européenne des médicaments.

Les deux vaccins, au cœur des polémiques, soulèvent en effet de nombreuses craintes auprès de la population. Or, «nous avons un portefeuille vaccinal avec ARN messager (Moderna et Pfizer, ndlr) qui fonctionne très bien et ont peu d'effets secondaires», note par ailleurs la ministre. «Nous avons 50 ans de recul sur ce type de technologie». 

D'autres vaccins, utilisant cette même technologie, devraient d'ailleurs arriver prochainement sur le marché. En particulier, Novavax et Sanofi. «Ces vaccins vont arriver au deuxième semestre, donc nous allons voir beaucoup de doses sur différentes plateformes permettant de répondre à l'ensemble des besoins», a-t-elle ajouté.


(FILES) This file photograph taken on April 9, 2021, shows vials of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at a vaccination centre set up at an exhibition hall in Nantes, western France. - The EU is turning more heavily to BioNTech/Pfizer to make up for suspended Johnson & Johnson vaccine doses and for longer-term needs to fight the mutating coronavirus, European Commission chief Ursula von der Leyen said April 14, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le Luxembourg garde confiance en Johnson & Johnson
Même si sa distribution en Europe a été stoppée par le laboratoire, le Grand-Duché poursuit sa campagne de vaccination avec les 2.400 doses déjà livrées. A défaut d'un contrordre de l'Agence européenne des médicaments.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a fait valoir cette semaine que Pfizer-BioNTech s'était «révélé un partenaire fiable, qui a honoré ses engagements et se montre réactif face à nos besoins», à rebours des problèmes de livraison d'AstraZeneca, développé avec l'université d'Oxford.

Le Danemark est devenu mercredi le premier pays européen à annoncer l'abandon du vaccin d'AstraZeneca, justifiant ce choix par les effets secondaires «rares» mais «graves» malgré les feux verts du régulateur européen et de l'OMS pour l'utiliser.

A l'inverse, le Luxembourg maintient pour l'heure son cap avec le vaccin du laboratoire suédo-britannique. D'ici la fin du mois, le pays attend ainsi quelque  34.600 doses du sérum anti-covid. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg garde confiance en Johnson & Johnson
Même si sa distribution en Europe a été stoppée par le laboratoire, le Grand-Duché poursuit sa campagne de vaccination avec les 2.400 doses déjà livrées. A défaut d'un contrordre de l'Agence européenne des médicaments.
(FILES) This file photograph taken on April 9, 2021, shows vials of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine at a vaccination centre set up at an exhibition hall in Nantes, western France. - The EU is turning more heavily to BioNTech/Pfizer to make up for suspended Johnson & Johnson vaccine doses and for longer-term needs to fight the mutating coronavirus, European Commission chief Ursula von der Leyen said April 14, 2021. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
«Mort suspecte» d'une patiente vaccinée au Luxembourg
Le décès à l'hôpital d'une femme de 74 ans se retrouve au cœur d'une enquête du parquet après le signalement de son médecin traitant. Une autopsie a été réalisée, mais les résultats ne sont pas encore connus, indiquent mercredi les autorités judiciaires.
A member of the vaccine team prepares a syringe with a dose of the AstraZeneca/Oxford Covid-19 vaccine, at an NHS Scotland vaccination centre set up at the Edinburgh International Conference Centre (EICC) in Edinburgh on February 1, 2021. - Britain is under a third national lockdown as it battles a new strain of the virus and has recorded more than 106,000 deaths from the disease -- the worst toll in Europe. (Photo by Jane Barlow / POOL / AFP)
Pfizer-BioNTech revoit ses livraisons à la hausse
Les laboratoires vont augmenter de 50 millions de doses les arrivages à destination des pays de l'UE, annonce mercredi Ursula von der Leyen. Une décision qui intervient après la décision de retarder le déploiement des flacons du laboratoire américain Johnson&Johnson.
(FILES) This file photograph taken on March 30, 2021, shows vials of the Pfizer/BioNTech vaccine in a cold room before being packaged for shipping at an AGEPS (Agence Generale des Equipements et Produits de Sante - General Agency for Health Equipment and Products ) of the Paris public hospitals (AP-HP) warehouse in the Paris suburbs, amidst the coronavirus (Covid-19) pandemic. - The EU is turning more heavily to BioNTech/Pfizer to make up for suspended Johnson & Johnson vaccine doses and for longer-term needs to fight the mutating coronavirus, European Commission chief Ursula von der Leyen said April 14, 2021. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Plus de soupçons que de preuves autour d'AstraZeneca
Le vaccin anti-covid du laboratoire suédo-britannique est-il dangereux? De nombreux pays (Luxembourg, France et Allemagne notamment) l'ont suspendu après de graves problèmes sanguins chez quelques vaccinés en Europe.
ARCHIV - 10.03.2021, Sachsen-Anhalt, Magdeburg: Eine Ärztin präpariert eine Spritze mit dem Impfstoff AstraZeneca im Impfzentrum des polizeiärztlichen Dienstes Sachsen-Anhalt. Auch Deutschland setzt Corona-Impfungen mit dem Präparat des Herstellers Astrazeneca vorsorglich aus. Das teilte das Bundesgesundheitsministerium am Montag mit und verwies auf eine aktuelle Empfehlung des Paul-Ehrlich-Instituts zu notwendigen weiteren Untersuchungen. Foto: Ronny Hartmann/dpa +++ dpa-Bildfunk +++