Changer d'édition

Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement
International 4 min. 06.09.2019

Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement

 Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre

Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement

Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre
Photo: AFP
International 4 min. 06.09.2019

Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement

La Chambre des Lords britannique a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.

(AFP). - Le texte, qui avait été adopté mercredi par les députés, doit désormais recevoir l'accord de la reine Elizabeth II, dès lundi, pour devenir loi. Il vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre, si Boris Johnson ne trouve pas un accord de divorce avec l'Union européenne d'ici le 19 octobre.


Le Luxembourg et le spectre d’un Brexit sans accord
Les experts s'interrogent et échafaudent divers scénarios quant aux conséquences économiques d’un retrait brutal du Royaume-Uni de l’UE. Les perspectives pour le Luxembourg divisent.

Le Premier ministre, qui préférerait «mourir au fond d'un fossé» plutôt que de repousser le Brexit, espère désormais que l'opposition approuve sa demande d'organiser des élections anticipées mi-octobre, afin de se donner une majorité pour sortir de l'UE le 31 octobre - accord ou pas.

Boris Johnson faisait déjà campagne vendredi, rencontrant en Ecosse des agriculteurs et des pêcheurs qui avaient soutenu le départ de l'UE lors du référendum de juin 2016, qui avait vu la victoire à 52% du camp «Leave».

Boris Johnson faisait déjà campagne ce vendredi, près d'Aberdeen en Ecosse
Boris Johnson faisait déjà campagne ce vendredi, près d'Aberdeen en Ecosse
Photo: AFP

Après un premier échec, le gouvernement va donc de nouveau soumettre tard lundi soir au vote des députés une motion convoquant des élections anticipées. Celle-ci doit réunir les deux tiers des voix pour être adoptée. Mais le succès n'est pas garanti.

L'opposition se concerte

Les partis de l'opposition se concertaient vendredi en vue de ce vote. Jeremy Corbyn «a eu une conférence téléphonique positive» vendredi matin avec d'autres partis d'opposition sur les «efforts en cours» pour empêcher un Brexit sans accord et sur «la tenue d'élections», a précisé un porte-parole du Labour.

«Nous sommes prêts à travailler avec d'autres pour s'assurer que nous le ferons au bon moment», c'est-à-dire celui qui garantit «un délai», a aussi déclaré Ian Blackford, haut responsable du parti indépendantiste écossais SNP, la deuxième force d'opposition au Parlement. Un nouveau report du Brexit, initialement prévu le 29 mars et repoussé deux fois, devra toutefois être approuvé à l'unanimité des 27 autres Etats membres de l'UE, qui semblent s'y montrer ouverts.

Dans cette bataille féroce, Boris Johnson a remporté une victoire sur le plan judiciaire vendredi. La Haute Cour de justice à Londres a décidé de rejeter une demande d'annuler la suspension du Parlement, une décision controversée prise par le chef du gouvernement conservateur. L'action avait été intentée par Gina Miller, femme d'affaires et militante anti-Brexit, et soutenue par l'ex-Premier ministre conservateur John Major.

L'activiste anti-Brexit Gina Miller a annoncé qu'elle n'abandonnerait pas le combat
L'activiste anti-Brexit Gina Miller a annoncé qu'elle n'abandonnerait pas le combat
Photo: AFP



(FILES) In this file photo taken on September 08, 2016 Scaffoldings is seen on top of the Palace of Westminster which houses the Houses of Parliament in central London on September 8, 2016. - Prime Minister Boris Johnson on August 28, 2019 announced the suspension of parliament in the final weeks before Britain's EU departure date, outraging the speaker and anti-Brexit MPs. (Photo by Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)
Boris Johnson veut suspendre le Parlement
Le Premier ministre britannique a annoncé mercredi que les travaux du Parlement seraient suspendus la deuxième semaine de septembre et jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit.

«Mon équipe et moi n'abandonnerons pas le combat pour la démocratie», a déclaré à la presse à l'issue de l'audience Mme Miller, qui compte faire appel. En Ecosse, Boris Johnson a plaidé la cause des élections, se moquant du Labour, principal parti d'opposition, qui les a évitées. «Jamais dans l'histoire un parti d'opposition ne s'était vu offrir une chance d'avoir une élection et ne l'avait rejetée», a déclaré vendredi Boris Johnson lors de son déplacement dans la région d'Aberdeen.

M. Johnson doit ensuite être reçu par la reine Elizabeth II dans son château de Balmoral, où il passera la nuit.

«Très confiant»

A 55 jours de la date prévue du Brexit, le Premier ministre finlandais Antti Rinne, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, a jugé que la possibilité d'un compromis avec Londres sur une sortie ordonnée du Royaume-Uni de l'Union «ne semble maintenant pas possible».

«Nous ne savons pas ce qui se passe là-bas. Il semble tout à fait évident que nous ne parviendrons pas à un accord de Brexit», a déclaré Antti Rinne après une réunion avec le nouveau président du Parlement européen David Sassoli à Helsinki.

«Je suis très confiant d'obtenir un accord lors du sommet» européen, a rétorqué Boris Johnson lors de son déplacement en Ecosse, province qui, au contraire du reste du pays, a majoritairement voté en faveur d'un maintien dans l'UE lors du référendum de 2016.

Un sommet européen - qui pourrait être la dernière chance pour Londres de conclure un accord avec l'Union - est programmé les 17 et 18 octobre à Bruxelles.


Sur le même sujet

Bras de fer en vue entre Johnson et le Parlement
Le Premier ministre britannique va devoir faire face mardi à la fronde de députés de son propre parti conservateur hostiles à un Brexit sans accord, en dépit de sa menace de convoquer des élections législatives anticipées à la mi-octobre s'il essuie une défaite au Parlement.
Britain's Prime Minister Boris Johnson delivers a statement outside 10 Downing Street in central London on September 2, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson on Monday said the chances of a Brexit deal with Brussels were "rising" but ruled out any delay to the October 31 deadline for Britain to leave the European Union if no agreement is struck. Johnson also said he did not want a general election and urged rebel Conservative MPs not to undermine his negotiations with Brussels by voting with the opposition on a draft law that might force him to postpone Brexit. (Photo by Ben STANSALL / AFP)
Ces Britanniques qui changent de passeport
L'an dernier, 435 citoyens originaires du Royaume-Uni ont choisi d'opter pour la nationalité luxembourgeoise. Craignant les conséquences du Brexit, ils sont aussi nombreux à avoir choisi de devenir belges, français ou allemands.
(FILES) In this file photo taken on June 28, 2016 A man waves both a Union flag and a European flag together on College Green outside The Houses of Parliament at an anti-Brexit protest in central London on June 28, 2016. - British Prime Minister Boris Johnson announced Wednesday that the suspension of parliament would be extended until October 14 -- just two weeks before the UK is set to leave the EU -- enraging anti-Brexit MPs. (Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)
Theresa May s'efface
La Première ministre britannique quitte vendredi la tête du Parti conservateur, ouvrant officiellement la course à sa succession pour régler la question du Brexit.
May une nouvelle fois «humiliée» par les députés
La presse britannique était sévère, mardi, après le vote lundi soir au Parlement d'un amendement permettant aux élus d'influer sur le processus du Brexit. Un vote qui complique encore un peu plus une affaire mal engagée.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Minister for the Cabinet Office and Chancellor of the Duchy of Lancaster David Lidington (L), Britain's Prime Minister Theresa May (C) and Britain's Chancellor of the Exchequer Philip Hammond (R) listening to questions in the House of Commons in London on March 25, 2019 on the next steps that parliament will take in the Brexit process. - Prime Minister Theresa May admitted Monday she had still not secured the votes needed to get her Brexit deal through parliament, raising again the prospect that Britain could crash out of the European Union in two weeks' time. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR/ UK Parliament"