Changer d'édition

Le Royaume-Uni et l'Union européenne en quinze dates
International 2 min. 24.06.2016 Cet article est archivé
Brexit

Le Royaume-Uni et l'Union européenne en quinze dates

Une statue de Winston Churchill
Brexit

Le Royaume-Uni et l'Union européenne en quinze dates

Une statue de Winston Churchill
AFP
International 2 min. 24.06.2016 Cet article est archivé
Brexit

Le Royaume-Uni et l'Union européenne en quinze dates

Marc VANACKER
Marc VANACKER
Retour sur les grandes étapes des relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, au lendemain du choix des électeurs britanniques de sortir leur pays du projet commun européen.

Retour sur les grandes étapes des relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, au lendemain du choix des électeurs britanniques de sortir leur pays du projet commun européen.

9 août 1961

Première candidature d'adhésion du Royaume-Uni à la Communauté économique européenne (CEE), l'ancêtre de l'UE, déposée par le Premier ministre conservateur Harold Macmillan.

14 janvier 1963

Premier veto du général de Gaulle à l'entrée du Royaume-Uni dans la CEE. Il en opposera un deuxième le 27 novembre 1967.

1er janvier 1973

Le Royaume-Uni entre dans la CEE, en même temps que l'Irlande et le Danemark.

5 juin 1975

Lors d'un référendum sur l'appartenance de leur pays à la CEE, les Britanniques votent "oui" à un peu plus de 67%.

30 novembre 1979

Le Premier ministre conservateur Margaret Thatcher demande un rabais de la participation britannique au budget européen, connu sous la fameuse expression "I want my money back" ("Rendez-moi mon argent"), ce qu'elle obtient en 1984.

20 septembre 1988

Discours de Bruges dans lequel Margaret Thatcher s'oppose à toute évolution fédérale de la construction européenne.

7 février 1992

Signature du traité de Maastricht, deuxième acte fondamental de la construction européenne après le Traité de Rome de 1957. Le Royaume-Uni bénéficie d'une clause d'exemption ("opt-out") lui permettant de ne pas rejoindre la monnaie unique.

23 juillet 1993

Le Premier ministre conservateur John Major arrache au Parlement la ratification du traité de Maastricht après avoir menacé de démissionner. Le même jour, il qualifie de "connards" trois de ses ministres eurosceptiques.

20 avril 2004

Le Premier ministre travailliste Tony Blair, europhile, annonce son intention d'organiser un référendum sur la Constitution européenne, qui n'aura jamais lieu en raison des non français et danois à ce texte.

23 janvier 2013

Lors d'un discours, le Premier ministre conservateur David Cameron promet un référendum sur l'appartenance de son pays à l'UE si son Parti conservateur remporte les élections législatives en 2015.

22 mai 2014

Le parti europhobe et anti-immigration Ukip arrive en tête aux élections européennes, avec plus de 26% des voix, obtenant 24 députés.

7 mai 2015

Les conservateurs remportent les élections avec une courte majorité absolue. La loi prévoyant l'organisation du référendum avant la fin 2017 est adoptée juste avant Noël.

20 février 2016

David Cameron annonce que le référendum se tiendra le 23 juin 2016, après l'annonce la veille d'un accord sur les réformes qu'il réclamait lors d'un sommet à Bruxelles.

15 avril 2016

Lancement de la campagne officielle pour le référendum du 23 juin.

23 juin 2016

Les électeurs britanniques votent la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"
Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne vont presser mardi le Royaume-Uni de déclencher la procédure de divorce sans perdre de temps, en raison des risques sur les marchés.
Angela Merkel: «Il n'y aura pas de discussions formelles ou informelles sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE tant qu'il n'y aura pas de demande de sortie de l'UE au niveau du Conseil européen».
Les Britanniques ont choisi jeudi le divorce avec l'UE, ultime épisode de la relation tourmentée qu'ils ont entretenue depuis des décennies avec l'Union européenne, rejointe davantage par raison que par sentiment.
A Union flag flies next to the flag of the European Union in Westminster, London, Britain June 24, 2016.    REUTERS/Toby Melville      TPX IMAGES OF THE DAY
Selon une étude de l'Université d'Edimbourg
Les Européens seraient contrits de voir le Royaume-Uni quitter l'Union européenne, indique une étude portant sur six pays du Vieux continent, qui révèle que les Français souhaitent aussi un referendum sur le maintien ou non de la France dans l'UE.
Le gouvernement britannique présente jeudi au Parlement un projet de loi détaillant les modalités du référendum qui se tiendra d'ici fin 2017 sur "le maintien ou pas" du Royaume-Uni dans l'Union européenne.