Changer d'édition

Le retour sous surveillance des enfants du djihad
International 3 min. 28.06.2022
De la Syrie vers la Belgique

Le retour sous surveillance des enfants du djihad

La question du retour des enfants de djihadistes et de leur mère reste un sujet délicat.
De la Syrie vers la Belgique

Le retour sous surveillance des enfants du djihad

La question du retour des enfants de djihadistes et de leur mère reste un sujet délicat.
Photo d'illustration: AFP
International 3 min. 28.06.2022
De la Syrie vers la Belgique

Le retour sous surveillance des enfants du djihad

La Belgique fait le pari de désamorcer l’idéologie radicale encore bien présente chez ses nationaux rapatriés de Syrie.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - La Belgique vient de rapatrier seize enfants de djihadistes et six mères qui croupissaient dans le camp d'Al-Hol (nord-est de la Syrie) sous contrôle kurde. Tous sont belges.


Illustration picture shows the market in Molenbeek during a pilot project for on-the-spot vaccinations at the weekly market in the center of Sint-Jans-Molenbeek - Molenbeek-Saint-Jean, in Brussels, Thursday 06 May 2021. BELGA PHOTO ERIC LALMAND (Photo by ERIC LALMAND / BELGA MAG / Belga via AFP)
A Molenbeek, des coups de feu et un enjeu politique
Le trafic de drogue remet la commune bruxelloise sous les projecteurs de l’actualité.

Hasard ou non du calendrier, ces exfiltrations interviennent alors que vont être rendus cette semaine des verdicts très attendus. Le premier dans le procès des attentats de Paris qui se termine actuellement; le second dans ce qu'on appelle le procès du « Petit Paris », soit la comparution à Bruxelles des petites mains des terroristes du 13-Novembre.

 Un sujet sensible et à risques 

Au cours des dernières années, la perspective de ces retours a beaucoup fait débat. Pouvait-on rapatrier des enfants sachant qu’ils ramèneraient peut-être avec eux l'idéologie qui a animé leurs géniteurs ? Et si l'on rapatriait les enfants, fallait-il qu'ils soient nécessairement accompagnés de leur mère avec le risque que celle-ci soit restée fidèle à Daech ?

Nous voulons donner un avenir à ces enfants.

Alexander De Croo, Premier ministre belge

Le Premier ministre Alexander De Croo a tranché en faveur du rapatriement. En mars 2021, le libéral flamand avait promis de «tout faire»  pour rapatrier les enfants de moins de 12 ans dont la filiation belge est prouvée. «Des enfants qui n'ont absolument rien à voir avec les mauvais choix de leurs parents. Nous voulons donner un avenir à ces enfants», a-t-il cette fois déclaré.

Quand il dit «nous», Alexander De Croo parle de son gouvernement, en place depuis octobre 2020. En réalité, dès que la défaite de l’Etat islamique est devenue évidente à la fin de la décennie précédente, de nombreuses voix ont plaidé pour qu’il n’y ait pas de retours possibles. Le risque d’importer le terrorisme en Belgique n’est pas négligeable, selon certains analystes.

140 Belges sont rentrés au pays et ont été ou sont jugés

En fin de compte, un dernier rapatriement a pu avoir lieu le 21 juin. Les enfants et les mères seront toutefois assujettis à un «suivi permanent»  plus facile «à assurer sur le sol belge». Les femmes, déjà condamnées en Belgique pour participation aux activités d’un groupe terroriste, ont été remises à la justice dès leur arrivée.


Le juge laisse à l’Etat belge le temps d’obtenir la signature des mères des enfants afin qu’elles autorisent leur départ des camps.
La justice belge multiplie les déchéances de nationalité
Une cinquantaine de condamnés ont été frappés à ce jour par la procédure mise en place après l’attentat contre Charlie Hebdo.

Cette exfiltration fait figure de principale opération du genre depuis la chute du groupe Etat islamique en 2019 et depuis la mise en détention dans des camps sous contrôle kurde de centaines de femmes et d’enfants, liés aux djihadistes, qui en fut la conséquence.

Une décennie s’est écoulée depuis le départ des premiers Belges pour la Syrie. Selon les sources, ils ont été entre 400 et 500 à s’enrôler aux côtés de l'Etat islamique. 140 sont rentrés au pays et ont dû rendre des comptes à la justice. Beaucoup sont morts au combat. Certains ont disparu.

Un choix humanitaire et stratégique

Aujourd’hui, deux femmes sans enfant – donc non éligibles au retour – et deux mères de cinq enfants (qui refusent de renoncer à l’idéologie islamiste) restent dans les camps.

Un volet de ce dossier est clos. « Toutes les femmes et tous les enfants belges qui pouvaient être rapatriés des camps en Syrie ont été rapatriés en Belgique», a affirmé le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw. Une précédente opération avait eu lieu en 2021. Le procureur précise que les enfants rapatriés sont tous nés entre 2010 et 2019 et qu'ils ont été immédiatement placés sous l’autorité des services et des parquets de la jeunesse. Selon l’Organe d’analyse de la menace (Ocam), «certains d’entre eux restent encore réceptifs à l’idéologie de Daech».

C’est donc un pari sur l’avenir que fait la société belge. Un pari en partie humanitaire, mais aussi stratégique puisque la présence sur le territoire national des rapatriés fait dire aux autorités qu’ils seront plus faciles à surveiller. Il n'y aura pas de droit à l’erreur.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Elles se font appeler «Moeders van Europa/Mères d’Europe». Elles sont surtout les mamans de djihadistes belges partis combattre en Syrie. Et les grands-mères de petits-enfants le plus souvent nés dans l’ex-Califat ou dans les camps où croupissent les prisonniers issus des rangs de Daech.
(FILES) This file photo taken on July 12, 2017 shows a general view of the UNHCR (United Nations High Commissioner for Refugees) refugee camp in Hammam al-Alil, on the outskirts of Mosul.
2017 will be remembered as the year the Islamic State organisation's ultra-violent experiment in statehood was terminated but Iraq and Syria are left staring at ruined cities and daunting challenges. / AFP PHOTO / FADEL SENNA