Changer d'édition

Le procès en destitution de Trump débutera le 21 janvier
International 3 min. 15.01.2020 Cet article est archivé

Le procès en destitution de Trump débutera le 21 janvier

Le chef de la Cour suprême des Etats-Unis John Roberts va présider le procès au Sénat du président républicain.

Le procès en destitution de Trump débutera le 21 janvier

Le chef de la Cour suprême des Etats-Unis John Roberts va présider le procès au Sénat du président républicain.
Photo: AFP
International 3 min. 15.01.2020 Cet article est archivé

Le procès en destitution de Trump débutera le 21 janvier

Après des semaines d'attente, la Chambre des représentants va voter ce mercredi pour transmettre au Sénat l'acte d'accusation qu'elle a retenu contre le locataire de la Maison Blanche, ultime étape avant le début du procès en destitution du président républicain.

(AFP) - La présidente démocrate de la Chambre et principale adversaire de Donald Trump au Congrès, Nancy Pelosi, a annoncé mardi à l'issue d'une réunion à huis clos avec ses élus que l'acte d'accusation serait enfin transmis ce mercredi au Sénat, à majorité républicaine, après un ultime vote en séance plénière à la chambre basse.

Elle doit d'abord annoncer à 16h qui sont les «procureurs désignés», ces élus démocrates de la Chambre chargés dans un premier temps de traverser le Capitole pour apporter l'acte d'accusation à la chambre haute.


Protestors prepare to release a "Comrade Trump" balloon at a demonstration in support of the impeachment of U.S. President Donald Trump, on the eve of the expected House of Representative impeachment vote, December 17, 2019 in downtown Los Angeles, California. (Photo by Robyn Beck / AFP)
Un vote historique contre Trump au Congrès américain
Le président américain gardera une place à part dans l'Histoire. Comme un dirigeant atypique, provocateur et outrancier qui bouscule toutes les conventions. Mais aussi à partir de ce mercredi il devient troisième président des Etats-Unis mis en accusation en vue d'une éventuelle destitution.

Après le vote historique à la Chambre le 18 décembre, à l'occasion duquel les chefs d'accusation d'abus de pouvoir et d'entrave à la bonne marche du Congrès ont été retenus contre Donald Trump, Nancy Pelosi a tardé à transmettre l'acte d'accusation au Sénat dans l'espoir d'obtenir des garanties sur l'organisation d'un procès «équitable».

Le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell a fait savoir mardi qu'il engagerait «selon toute probabilité» avant la fin de la semaine les «démarches préliminaires» à l'ouverture du procès, dont la prestation de serment des sénateurs devant le chef de la Cour suprême des Etats-Unis John Roberts.

«Nous espérons y parvenir de manière consensuelle, ce qui permettrait de commencer véritablement le procès mardi prochain (21 janvier)», a ajouté ce fidèle soutien de Donald Trump, déterminé à sortir au plus vite le président de cette passe difficile.

«Pourquoi Nancy la nerveuse et le politicien corrompu Adam Schiff le fourbe ne nous ont-ils pas accordé un procès équitable à la Chambre?», s'est pour sa part ému le président républicain dans un tweet mardi soir, fidèle à sa ligne de défense qui l'a vu notamment qualifier cette procédure à son encontre de «coup d'Etat».

«Faits graves»

L'opposition est convaincue que le président a usé des moyens de l'Etat pour faire pression sur l'Ukraine afin qu'elle enquête sur le démocrate Joe Biden, son adversaire potentiel à la présidentielle de novembre. Ils l'accusent notamment d'avoir gelé une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit armé avec son voisin russe, afin de parvenir à ses fins.


US Speaker of the House Nancy Pelosi, Democrat of California, speaks during her weekly press briefing on Capitol Hill, January 9, 2020, in Washington, DC. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Pelosi dispose de «preuves» pour destituer Trump
La cheffe des démocrates au Congrès américain a assuré dimanche disposer d'assez de preuves pour destituer le président des Etats-Unis, à la veille d'une semaine cruciale dans la perspective de l'ouverture au Sénat du procès du locataire de la Maison Blanche.

Les républicains, qui font bloc autour de Donald Trump, dénoncent, eux, une «chasse aux sorcières» sans fondement, nourrie selon eux par l'aversion de l'opposition pour ce président atypique.

Les démocrates, qui peuvent compter sur 47 voix (sur 100) au Sénat, sont conscients qu'ils n'ont quasiment aucune chance d'obtenir la destitution de l'ancien homme d'affaires new-yorkais, une majorité des deux tiers étant nécessaire. Mais ils espèrent faire émerger des informations embarrassantes pour Donald Trump.

Après Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1999, «le Sénat va entamer le troisième procès en destitution d'un président en exercice», a souligné le chef de la minorité démocrate de la chambre haute, Chuck Schumer, en répétant que les faits reprochés à Donald Trump étaient «graves».


Le locataire de la Maison Blanche est seulement le troisième président des Etats-Unis à faire face à une procédure de destitution.
Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump
Les élus démocrates ont annoncé, mardi, avoir retenu les motifs d'abus de pouvoir et d'entrave dans leur tentative de destituer le président américain. Le Sénat, majoritairement républicain, devra statuer.

Les démocrates réclament notamment la convocation de quatre proches conseillers de Donald Trump à qui l'exécutif avait interdit de participer à l'enquête de la Chambre.

L'un d'eux, John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale, s'est dit prêt à répondre à une convocation au Sénat. Mais la question a été reléguée à plus tard par Mitch McConnell et un consensus n'est pas garanti.

Sans témoins ni documents additionnels, «le procès au Sénat deviendra une farce, une réunion télévisée pour un procès fictif», a mis en garde Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate au Sénat.    


Sur le même sujet

Trump acquitté dans une Amérique divisée
Le président américain a été jugé innocent mercredi par le Sénat des Etats-Unis à l'issue d'un procès en destitution historique qui a jeté une lumière crue sur les fractures de l'Amérique, sans jamais faire vaciller sa base électorale.
L'Amérique sort plus divisée que jamais du procès en destitution de son président, Donald Trump
Pelosi dispose de «preuves» pour destituer Trump
La cheffe des démocrates au Congrès américain a assuré dimanche disposer d'assez de preuves pour destituer le président des Etats-Unis, à la veille d'une semaine cruciale dans la perspective de l'ouverture au Sénat du procès du locataire de la Maison Blanche.
US Speaker of the House Nancy Pelosi, Democrat of California, speaks during her weekly press briefing on Capitol Hill, January 9, 2020, in Washington, DC. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
L'heure de l'impeachment a sonné pour Trump
Le président américain mis en accusation, il revient désormais au Sénat d'organiser son procès en destitution selon un rituel qui a servi à juger deux présidents américains seulement, et dont les contours restent à préciser.
BATTLE CREEK, MICHIGAN - DECEMBER 18: President Donald Trump is given news of how the vote in the House was divided during a Merry Christmas Rally at the Kellogg Arena on December 18, 2019 in Battle Creek, Michigan. While Trump spoke at the rally the House of Representatives voted, mostly along party lines, to impeach the president for abuse of power and obstruction of Congress, making him just the third president in U.S. history to be impeached.   Scott Olson/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Un vote historique contre Trump au Congrès américain
Le président américain gardera une place à part dans l'Histoire. Comme un dirigeant atypique, provocateur et outrancier qui bouscule toutes les conventions. Mais aussi à partir de ce mercredi il devient troisième président des Etats-Unis mis en accusation en vue d'une éventuelle destitution.
Protestors prepare to release a "Comrade Trump" balloon at a demonstration in support of the impeachment of U.S. President Donald Trump, on the eve of the expected House of Representative impeachment vote, December 17, 2019 in downtown Los Angeles, California. (Photo by Robyn Beck / AFP)
Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump
Les élus démocrates ont annoncé, mardi, avoir retenu les motifs d'abus de pouvoir et d'entrave dans leur tentative de destituer le président américain. Le Sénat, majoritairement républicain, devra statuer.
Le locataire de la Maison Blanche est seulement le troisième président des Etats-Unis à faire face à une procédure de destitution.