Changer d'édition

Le Portugal durcit encore une fois le ton
International 11.01.2021

Le Portugal durcit encore une fois le ton

Selon la ministre de la Santé portugaise, les hôpitaux du pays subissent ces derniers jours une «énorme pression».

Le Portugal durcit encore une fois le ton

Selon la ministre de la Santé portugaise, les hôpitaux du pays subissent ces derniers jours une «énorme pression».
Photo: AFP
International 11.01.2021

Le Portugal durcit encore une fois le ton

Alors que les restrictions de circulation ont été prolongées ce week-end et élargies à l'ensemble du pays, les autorités portugaises pourraient également adopter de nouvelles mesures sanitaires pour lutter contre la reprise de la pandémie.

(ASdN) - Avec 10.176 nouvelles infections et 118 décès en lien avec le covid-19, les autorités sanitaires portugaises ont fait état vendredi des chiffres les plus élevés depuis le début de la crise sanitaire. Pour mieux lutter contre le virus, le gouvernement se dit prêt à serrer encore un peu la vis. 

Après avoir prolongé et étendu le couvre-feu et les restrictions à la circulation, le pays envisage en effet d'«adopter des mesures plus sévères», a notamment annoncé en fin de semaine dernière le Premier ministre Antonio Costa à la presse. Selon l'AFP, le calendrier serait déjà établi. 

Hôpitaux sous pression

Le programme de la semaine s'annonce en effet chargé. Une réunion avec les experts devrait ainsi avoir lieu mardi matin au siège de l'Infarmed, l'autorité portugaise des médicaments et des produits de santé. Dans l'après-midi, le président de la République recevra les partis représentés au Parlement pour la potentielle mise en place d'un nouvel état d'urgence. Et dès jeudi, le pays devrait ainsi se reconfiner. 


A general view shows the neighbourhood of Alfama taken from the Portas do Sol viewpoint in Lisbon on November 27, 2020. - Fado houses had already lost most of their customers with the fall in tourism due the coronavirus pandemic when a curfew came into force with the most recent restrictions. (Photo by PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)
Le Portugal relève lui aussi le salaire minimum
A compter de 2021, les salariés à temps plein ne pourront gagner moins de 775 euros par mois. La mesure, annoncée mercredi par les autorités portugaises, vise à soutenir la reprise de l'économie plombée par la crise sanitaire

Pour rappel, en état d’urgence sanitaire depuis le 9 novembre, le Portugal avait allégé ses restrictions à l'approche de Noël, avant de les resserrer pour le Nouvel An. Selon la ministre de la Santé, Marta Temido, les hôpitaux du pays subissent en effet une «énorme pression» avec, la semaine dernière, plus de 3.000 personnes hospitalisées dont plus de 500 en réanimation. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Portugal relève lui aussi le salaire minimum
A compter de 2021, les salariés à temps plein ne pourront gagner moins de 775 euros par mois. La mesure, annoncée mercredi par les autorités portugaises, vise à soutenir la reprise de l'économie plombée par la crise sanitaire
A general view shows the neighbourhood of Alfama taken from the Portas do Sol viewpoint in Lisbon on November 27, 2020. - Fado houses had already lost most of their customers with the fall in tourism due the coronavirus pandemic when a curfew came into force with the most recent restrictions. (Photo by PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)
Le Portugal renforce ses restrictions sanitaires
Les mesures en vigueur cette semaine dans la majeure partie du Portugal, avec un état d'urgence assorti de couvre-feu la nuit et le week-end, seront élargies à d'autres territoires à partir de lundi, a annoncé jeudi le Premier ministre Antonio Costa.
A tram passes by a shopkeeper wearing a face mask in downtown Lisbon on November 7, 2020. - The Portuguese government is holding an extraordinary ministers' council to decide on concrete measures to fight the spread of the coronavirus, which could include a night curfew as it already exists in several European countries. (Photo by PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)