Changer d'édition

Le «plan blanc» activé dans les hôpitaux de Moselle
International 14.12.2021 Cet article est archivé
Santé publique

Le «plan blanc» activé dans les hôpitaux de Moselle

Santé publique

Le «plan blanc» activé dans les hôpitaux de Moselle

Photo : dpa
International 14.12.2021 Cet article est archivé
Santé publique

Le «plan blanc» activé dans les hôpitaux de Moselle

L'ensemble des établissements de santé publics et privés du département frontalier doivent faire face à la «saturation» de leurs services d'urgences et de réanimation. Le covid et d'autres infections en sont la cause.

(AFP) - Depuis lundi, les hôpitaux mosellans ont déclenché le plan blanc, outil visant à «faire face à la recrudescence de l'épidémie» et à «venir en appui des services saturés» dans un «contexte particulièrement sensible» dans les hôpitaux et cliniques de Metz, Thionville, Sarreguemines, Saint-Avold et Forbach, a précisé le centre hospitalier régional Metz-Thionville. «La situation est la conséquence de la circulation active et précoce des virus hivernaux et de l'augmentation continue de patients covid hospitalisés».


Qui est hospitalisé en raison d'une infection covid?
Certains se servent de l'information pour douter des bienfaits de la vaccination anti-covid : même des personnes au schéma vaccinal complet se retrouvent contaminées et hospitalisées. Mais il faut se méfier de l'évidence des chiffres.

Depuis début décembre, sous la pression croissante de la cinquième vague virale, les agences régionales de santé d'Ile-de-France, Occitanie, Pays de la Loire, Bourgogne-Franche-Comté, Corse, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Hauts-de-France, Normandie et d'une partie de la Bretagne, ont annoncé le déclenchement du «plan blanc» dans tous leurs hôpitaux et cliniques depuis le début du mois.

Le CHRU de Strasbourg et les hôpitaux de Colmar et Mulhouse, dans la région Grand Est, avaient aussi déclenché leur plan blanc début décembre.  

Le «plan blanc» permet de déprogrammer des opérations et de réaffecter des personnels vers les services de soins critiques.

L'hôpital de Metz-Thionville a par ailleurs appelé la population à se faire vacciner «massivement» afin d'aider les soignants «déjà fortement impactés par les précédentes vagues» de la pandémie.



Sur le même sujet

Initialement, la mobilisation des soignants était prévue tous les 14 jours. Ses initiateurs entendent désormais la mener chaque jeudi et que toute la population y prenne part.
Lokales, Esch, CHEM, SchweigeminuteFoto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Pour répondre aux besoins en lits et personnels pour la prise en charge des patients covid, les centres hospitaliers doivent reporter le plus d'opérations ou de prises en charge non essentielles.
Medical personnel attend a Covid-19 patient at the intensive care unit of the clinic of Occitanie in Muret, near Toulouse, southern France on November 16, 2020. - Government officials have indicated they hope to ease the lockdown from next month if the health crisis eases, in particular for hospitals dealing with a surge in intensive care patients. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)