Changer d'édition

Le «plan B» de Theresa May ne convainc personne
International 3 min. 22.05.2019

Le «plan B» de Theresa May ne convainc personne

Le «plan B» de Theresa May ne convainc personne

Photo: AFP
International 3 min. 22.05.2019

Le «plan B» de Theresa May ne convainc personne

La Première ministre britannique n'a réussi à obtenir le soutien ni de sa majorité, ni de l'opposition au Parlement avec sa proposition de la «dernière chance» pour mettre en oeuvre le Brexit. Elle se retrouve, mercredi, une nouvelle fois dans une impasse.

(AFP) - La dirigeante conservatrice doit affronter le feu des questions des députés, avant de défendre son plan, à la veille des élections européennes que lanceront le Royaume-Uni et les Pays-Bas, premiers pays à voter. La réunion du «comité 1922», responsable de l'organisation des Tories, pourrait encore accroître la pression sur Theresa May, déjà sommée la semaine dernière par cette instance de préparer son départ. 


Theresa May a remis un peu d'eau dans son vin. Qui va la suivre?
Theresa May prête à accorder un nouveau référendum
La Première ministre britannique a annoncé mardi une série de compromis, dont la possibilité de voter sur un second référendum et le maintien dans une union douanière temporaire avec l'Union européenne, afin de tenter de rallier à son plan de Brexit la majorité des députés.

Mardi, la Première ministre avait enjoint les députés à soutenir son plan. Selon elle, il s'agit de la «dernière chance» de respecter la volonté des Britanniques, qui ont voté à 52% pour la sortie de leur pays de l'Union européenne en juin 2016. Les élus ont déjà rejeté à trois reprises l'accord de Brexit qu'elle avait conclu en novembre avec Bruxelles. Pour éviter une sortie sans accord, la sortie de l'UE, prévue le 29 mars, a été en conséquence repoussée deux fois, avec la date du 31 octobre désormais pour horizon. 

Ce mardi, Theresa May se retrouve une fois encore face aux députés pour tenter de faire avancer le Brexit, à la veille de la tenue des élections européennes au Royaume-Uni.
Ce mardi, Theresa May se retrouve une fois encore face aux députés pour tenter de faire avancer le Brexit, à la veille de la tenue des élections européennes au Royaume-Uni.
Photo: AFP


Un report qui a rendu furieux certains partisans de ce divorce historique et obligé le gouvernement à organiser le scrutin européen en catastrophe.  Theresa May a annoncé mardi une série de compromis, dont la possibilité de voter sur un second référendum et le maintien dans une union douanière temporaire avec l'UE, pour tenter de rallier à son plan de Brexit la majorité des députés. Mais à peine présentées, ces propositions, critiquées de tous côtés, semblaient déjà condamnées.

«La Première ministre doit, aujourd'hui, accepter que ce qu'elle a annoncé hier ne va pas fonctionner», a déclaré mercredi matin Keir Starmer, le référent du Brexit pour le Labour, principal parti d'opposition au Royaume-Uni, sur la BBC. Les Travaillistes avaient rompu vendredi les pourparlers engagés avec Mme May pour trouver un compromis sur le Brexit. Éreinté par l'opposition, le plan de Theresa May n'était pas non plus épargné au sein de son parti conservateur. 


Nouveau divorce politique autour du Brexit
L'opposition travailliste a rompu vendredi les pourparlers avec la Première ministre britannique, destinés à trouver une solution sur le départ du Royaume-Uni de l'UE, arguant de la «faiblesse» de Theresa May qui a été sommée par son parti de préparer son départ dès juin.

«On nous demande maintenant de voter pour une union douanière et un deuxième référendum. Le projet de loi va à l'encontre de notre programme, et je ne voterai pas en sa faveur», a tweeté l'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, candidat à la succession de Theresa May. «C'est devenu un rituel douloureux dans un processus tortueux: la Première ministre dévoile une vision pour le Brexit et les députés font la queue pour la démolir à la Chambre des communes», analysait la BBC

Signe du niveau d'opposition rencontré par la nouvelle offre de Theresa May, le ministre de l'Environnement Michael Gove a laissé entendre mercredi que le vote sur le projet de loi sur le Brexit, censé intervenir début juin, pourrait être remis en cause: «Au cours des prochains jours, nous réfléchirons à la façon dont les gens envisagent la proposition».


European Commission President Jean-Claude Juncker speaks during a debate on the future of Europe during a plenary session at the European Parliament on April 17, 2019 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Malgré les «péripéties» du Brexit, «l'Europe continue»
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé l'UE à aller de l'avant sans se laisser entraver par le Brexit, affirmant qu'il n'envisageait pas de report du départ britannique au-delà de la nouvelle date butoir du 31 octobre.

Dans ce contexte, le scrutin européen de jeudi s'annonce comme un jeu de massacre pour le parti de la Première ministre. Selon un sondage YouGov publié mercredi par le Times, les Tories finiraient à une humiliante cinquième place (7%), 30 points derrière le Parti du Brexit de Nigel Farage, en tête. Dans le cas où les députés finiraient par approuver le projet de loi, Mme May entend les faire voter sur la tenue d'un second référendum sur le Brexit. 

Ce second référendum porterait sur l'accord de sortie négocié par Theresa May, mais la presse britannique soulignait que les députés pourraient inclure la possibilité d'un maintien dans l'UE. Le Parlement britannique avait rejeté à la mi-mars cette idée d'un second référendum, défendue par plusieurs partis mais rejetée par les pro-Brexit et redoutée par d'autres, qui craignent que les divisions du pays s'aggravent. Si la Chambre des communes adopte le projet de loi et refuse encore la tenue de cette consultation, le Royaume-Uni pourra quitter l'UE fin juillet.


Sur le même sujet

Theresa May jette l'éponge
La Première ministre britannique a confirmé ce vendredi qu'elle quittera la tête du parti conservateur le 7 juin prochain. Son départ avait été présenté comme imminent par la presse britannique.
Selon les médias, la Première ministre britannique quittera ses fonctions en le 7 juin prochain.
Theresa May prête à accorder un nouveau référendum
La Première ministre britannique a annoncé mardi une série de compromis, dont la possibilité de voter sur un second référendum et le maintien dans une union douanière temporaire avec l'Union européenne, afin de tenter de rallier à son plan de Brexit la majorité des députés.
Theresa May a remis un peu d'eau dans son vin. Qui va la suivre?
Nouveau divorce politique autour du Brexit
L'opposition travailliste a rompu vendredi les pourparlers avec la Première ministre britannique, destinés à trouver une solution sur le départ du Royaume-Uni de l'UE, arguant de la «faiblesse» de Theresa May qui a été sommée par son parti de préparer son départ dès juin.
May arrache un sursis de six mois pour le Brexit
Les dirigeants européens et Theresa May sont tombés d'accord dans la nuit de mercredi à jeudi pour un report du Brexit pouvant aller jusqu'au 31 octobre, écartant provisoirement le spectre d'une séparation brutale.
Le chaos s'installe au Parlement britannique
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"