Changer d'édition

Le patron de Facebook veut plus de régulation du Net
International 2 min. 01.04.2019 Cet article est archivé

Le patron de Facebook veut plus de régulation du Net

Dans une tribune publiée samedi dans plusieurs médias, Mark Zuckerberg plaide pour la mise en place d'une législation mondiale inspirée du RGPD européen.

Le patron de Facebook veut plus de régulation du Net

Dans une tribune publiée samedi dans plusieurs médias, Mark Zuckerberg plaide pour la mise en place d'une législation mondiale inspirée du RGPD européen.
Photo: AFP
International 2 min. 01.04.2019 Cet article est archivé

Le patron de Facebook veut plus de régulation du Net

Mark Zuckerberg a appelé ce week-end les pouvoirs publics dans le monde à jouer un «rôle plus actif» sur la toile, enjoignant notamment plus d'Etats à s'inspirer des règles européennes en matière de protection de la vie privée.

«Je suis convaincu que les gouvernements et les régulateurs doivent jouer un rôle plus actif», écrit Mark Zuckerberg dans une tribune publiée dans le Washington Post aux Etats-Unis, le Frankfurter Allgemeine Zeitung en Allemagne, le Sunday Independent en Irlande et le Journal du Dimanche en France. 

«Faire évoluer la régulation d'Internet nous permettra de préserver ce qu'Internet a de meilleur - la liberté pour les gens de s'exprimer et l'opportunité pour les entrepreneurs de créer - tout en protégeant la société de préjudices plus larges», poursuit-il. 

Forte vague de critiques

Mark Zuckerberg estime qu'il faut de nouvelles réglementations dans quatre domaines: les contenus violents et haineux, l'intégrité des élections, la protection de la vie privée et la portabilité des données.

Facebook a essuyé des critiques sur ces quatre sujets, depuis les propos haineux publiés sur le premier réseau social au monde, l'utilisation de sa plateforme de vidéo Live par l'auteur de l'attentat perpétré dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, les tentatives d'influences étrangères lors d'élections, et les inquiétudes concernant les données personnelles des utilisateurs. 

 Je pense qu'il serait bon pour Internet que davantage de pays adoptent une réglementation telle que le RGPD 

Au sujet de la protection des données, M. Zuckerberg juge que plus de pays devraient s'inspirer du Règlement européen de protection des données (RGPD), officiellement entré en vigueur le 25 mai dernier et qui prévoit des amendes pour les entreprises en respectant pas la vie privée des utilisateurs de leurs services, notamment à des fins de publicité ciblée. 

«Je pense qu'il serait bon pour Internet que davantage de pays adoptent une réglementation telle que le RGPD comme cadre commun», écrit Mark Zuckerberg. Concernant les contenus haineux et violents, le fondateur de Facebook se range du côté des «décideurs publics» qui «me disent souvent que nous avons trop de pouvoir en matière d'expression». 

Facebook est utilisé, à ce jour, par quelque 2,32 milliards de personnes à travers le monde.
Facebook est utilisé, à ce jour, par quelque 2,32 milliards de personnes à travers le monde.
Photo: dpa

«Franchement, je suis d'accord», écrit-il, proposant la mise en place d'«organismes tiers» dont le rôle serait de «définir des standards sur la diffusion des contenus violents et haineux et d'évaluer les entreprises sur la base de ces standards».

Sur la question des élections, M. Zuckerberg note que les lois existantes sur la publicité politique en ligne concernent principalement les candidats et les élections, «plutôt que les sujets politiques qui divisent et sur lesquels nous avons constaté plus de tentatives d'interférence». Aussi appelle-t-il à une modernisation de la législation afin qu'elle reflète «la réalité des menaces actuelles». 

«Les règles régissant Internet ont permis à une génération d'entrepreneurs de créer des services, qui ont changé le monde et créé beaucoup de valeur dans la vie des gens», écrit M. Zuckerberg. «Il est temps d'actualiser ces règles afin de définir clairement les responsabilités des personnes, des entreprises et des gouvernements», conclut-il. 


Sur le même sujet

Les réseaux sociaux dans le viseur après Christchurch
La Première ministre néo-zélandaise a indiqué dimanche qu'elle attendait des explications de Facebook, YouTube et Twitter sur la diffusion en direct, vendredi, des images du carnage dans les mosquées de la ville. Une tuerie qui a fait 50 morts.
FILES) In this file photo taken on January 15, 2019, the logo of social network Facebook is displayed on a smartphone in Nantes, western France. - Facebook blamed a "server configuration change" on March 14, 2019 for a massive outage affecting its applications around the world and brought fresh attention to the embattled social networking leader. The outage affected users for at least 12 hours in most areas of the world, with the biggest impact in North America and Europe, according to the tracking website downdetector.com. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le patron de Facebook présente ses excuses aux Européens sans convaincre
«Je suis désolé». Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a présenté mardi ses excuses devant le Parlement européen, comme il l'avait fait devant les parlementaires américains, pour les lacunes de son réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs, illustrées par le scandale Cambridge Analytica.
Protection des données: un mois avant le Big Bang
Dès le 25 mai, les particuliers pourront demander des comptes à ceux qui détiennent des données sur eux, grâce à la nouvelle réglementation européenne en la matière. Voici le premier article d'une série que nous consacrons à ce sujet.
Zuckerberg s'excuse au Congrès mais laisse des questions sans réponses
Mark Zuckerberg va de nouveau mercredi affronter les questions de parlementaires américains sur les divers scandales qui empoisonnent Facebook, après avoir déjà passé cinq heures devant les sénateurs mardi, ne cédant rien sur le fond mais laissant certaines interrogations sans réponses.
WASHINGTON, DC - APRIL 10: Facebook co-founder, Chairman and CEO Mark Zuckerberg departs after testifying before a combined Senate Judiciary and Commerce committee hearing in the Hart Senate Office Building on Capitol Hill April 10, 2018 in Washington, DC. Zuckerberg, 33, was called to testify after it was reported that 87 million Facebook users had their personal information harvested by Cambridge Analytica, a British political consulting firm linked to the Trump campaign.   Win McNamee/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==