Changer d'édition

Le passeport vaccinal continue de diviser en Europe
International 4 min. 10.02.2021

Le passeport vaccinal continue de diviser en Europe

La Suède, le Danemark ou encore l'Estonie ont d'ores et déjà annoncé lancer un tel certificat pour les personnes vaccinées contre le covid-19.

Le passeport vaccinal continue de diviser en Europe

La Suède, le Danemark ou encore l'Estonie ont d'ores et déjà annoncé lancer un tel certificat pour les personnes vaccinées contre le covid-19.
Photo: AFP
International 4 min. 10.02.2021

Le passeport vaccinal continue de diviser en Europe

Alors que plusieurs pays européens ont annoncé le lancement d'un certificat facilitant la circulation des seules personnes vaccinées, l'idée ne remporte pas tous les suffrages, notamment au Grand-Duché.

(AFP avec ASdN) - Le passeport vaccinal continue de faire couler de l'encre. Soumise en janvier par la Grèce, l'idée d'un tel «certificat de vaccination» vise avant tout à sauver le tourisme en Europe. Mais au sein de l'Union européenne, les points de vue sur la question divergent. Si aucune position commune n'a à ce jour été trouvée, les discussions sont en cours entre les 27 sur des normes à mettre en place pour une reconnaissance mutuelle de ces documents. 

Car pour la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, la mise en place d'un tel passeport vaccinal constitue «un impératif médical». Un avis que partagent la Suède et le Danemark. Les deux pays ont ainsi annoncé la mise en place de certificats électroniques destinés aux voyages à l'étranger, qui pourraient servir à accéder à des événements sportifs ou culturels, voire à des restaurants dans le cas danois. 

Une option pour un retour à la normale ?

En Estonie, les passagers sont exemptés de quarantaine à l'arrivée s'ils peuvent montrer une attestation de vaccination, de test PCR ou sérologique. L'Islande, qui ne fait pas partie de l'UE mais appartient à l'espace Schengen, a également commencé fin janvier à délivrer ces documents numériques censés faciliter la circulation entre les pays. 


08.02.2021, Großbritannien, Leeds: Eine Person wird im Impfzentrum Elland Road mit dem Astrazeneca-Impfstoff gegen das Coronavirus geimpft. Foto: Danny Lawson/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La vaccination n'empêchera pas le testing
Les personnes qui auront reçu les injections anti-covid recevront encore des invitations à participer au dépistage massif. Une façon de s'assurer de la réussite de la campagne vaccinale.

Si les pays du nord de l'Europe ont d'ores et déjà une longueur d'avance, plus au sud, les autorités ne ferment pas la porte à l'idée. Si l'Espagne n'a ainsi pas encore lancé le précieux sésame, les autorités y sont en effet favorables. Le document pourrait ainsi être «un élément très important pour garantir le retour à la mobilité en toute sécurité», estime la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya. 

Même son de cloche en Italie où le haut-commissaire du gouvernement en charge de la gestion de la crise sanitaire, Domenico Arcuri, jugeait mi-janvier que ce passeport n'était «pas une mauvaise idée» pour «permettre le retour au plus vite à une activité normale».   

Pour d'autres pays de l'UE, il est encore trop tôt pour mettre en place un tel document. En France, le gouvernement se dit réticent à cette idée à ce stade: «tout le monde n'a pas encore accès au vaccin», soulignait en janvier le ministre de la Santé Olivier Véran, qui juge le débat envisageable «dans quelques mois». 


ARCHIV - 08.01.2021, Rheinland-Pfalz, Koblenz: Der Münzplatz in der Koblenzer Innenstadt mit der Statue einer Marktfrau ist fast menschenleer. Die rheinland-pfälzische Ministerpräsidentin Dreyer berät am 10.02.2021 mit den anderen Regierungschefs der Länder und Bundeskanzlerin Merkel über das weitere Vorgehen in der Corona-Pandemie.     (zu dpa: Dreyer berät mit Länderkollegen und Merkel über Corona-Maßnahmen) Foto: Thomas Frey/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'Allemagne refuse de déconfiner trop vite
Face à la pandémie, le gouvernement allemand souhaite maintenir jusqu'au 14 mars le confinement partiel en vigueur, tout en permettant aux coiffeurs de rouvrir le 1er mars, selon un projet d'accord consulté mercredi par l'AFP.

Côté allemand aussi, les autorités sont opposées à une levée des restrictions pour la seule population vaccinée. Mais elles n'excluent pas cette possibilité dans le secteur privé. En Belgique, pas question non plus de conditionner la participation à telle activité à la détention d'un passeport vaccinal. Quant aux voyages, le pays attend le résultat des discussions au niveau européen et de l'OMS. 

Prudence au Grand-Duché

En Pologne, le gouvernement ne prévoit pas pour l'instant un tel passeport mais a lancé une application pour smartphones, «Vaccinés», qui permet à son détenteur d'éviter une quarantaine à son entrée dans le pays. 

Le Luxembourg s'oppose quant à lui fermement à la mise en place d'un certificat qui «aurait un impact sur les droits d’une personne». Une position qui s'appuie notamment sur le fait qu'il n'existe, pour l'heure, aucune preuve que la vaccination empêche la transmission du virus. Sans parler du manque de recul sur la durée de l'immunité accordée par les vaccins.

Rien de nouveau

Des arguments également utilisés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Si l'organisme se dit néanmoins favorable au principe de certificats de vaccination pour suivre les campagnes dans les pays, elle se montre toutefois critique - du moins, «pour l'heure» - sur la mise en place de passeports vaccinaux comme prérequis pour voyager.  

L’idée de conditionner l’accès à certains pays, ou certains lieux, à la réalisation d’un vaccin n’est toutefois pas spécifique au covid. Dans de nombreux pays, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer sur le territoire, que ce soit pour l’ensemble des voyageurs (comme en Guyane française), ou uniquement pour ceux en provenance de pays d’Afrique et d’Amérique du Sud où cette maladie est endémique. Un fascicule qui est d'ailleurs reconnu... par l’OMS.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen défend mercredi devant le Parlement de l'UE sa stratégie controversée sur les vaccins, seule arme contre un virus qui continue de sévir dans le monde, entraînant de nouvelles restrictions de plus en plus critiquées.
(FILES) In this file photo taken on June 8, 2018 shows a "stop" sign and (in the background) Air France company's planes parked at Roissy Charles de Gaulle airport, north of Paris. - France closes its borders to non-European Union countries for all except essential travel from January 31, 2021 to try to rein in the spread of new more contagious strains of the Covid-19. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Alors qu'une étude a récemment démontré une faible efficacité du vaccin anti-covid AstraZeneca contre les formes légères du covid-19 dues au variant sud-africain, le pays prend des mesures radicales pour ne pas compromettre sa stratégie de vaccination.
A sign directs passengers to a Covid-19 testing centre at Terminal 5 of London Heathrow Airport in west London on February 9, 2021. - Travellers arriving in Britain from abroad will have to take two coronavirus tests during quarantine, the government confirmed on Tuesday. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Les personnes qui auront reçu les injections anti-covid recevront encore des invitations à participer au dépistage massif. Une façon de s'assurer de la réussite de la campagne vaccinale.
08.02.2021, Großbritannien, Leeds: Eine Person wird im Impfzentrum Elland Road mit dem Astrazeneca-Impfstoff gegen das Coronavirus geimpft. Foto: Danny Lawson/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Alors que 17.628 doses anti-covid ont déjà été administrées, la montée en puissance des centres de vaccination luxembourgeois se prépare. Et les contrats pour employer médecins et infirmiers se multiplient.
TC,Corona-Impfzentrum Victor Hugo Halle. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les experts de l'Organisation mondiale de la Santé examinent lundi le vaccin anti-covid-19 alors que la question de son efficacité se pose sur les plus âgés et contre le variant sud-africain du virus, l'Afrique du Sud allant même jusqu'à suspendre sa campagne d'immunisation.
A medical staff member prepares the AstraZeneca-Oxford Covid-19 vaccine at the Mignot Hospital in Le Chesnay, near Paris, on February 7, 2021, after the top French health authority cleared the vaccine for use against coronavirus, but advised against giving it to people over 65. (Photo by ALAIN JOCARD / AFP)
Émise par le Premier ministre grec pour relancer le tourisme en Europe, l'idée d'accorder un certificat facilitant la circulation des seules personnes vaccinées ne trouve pas un écho favorable au Grand-Duché. Le gouvernement ne souhaite en effet pas instaurer un système à deux vitesses.
Ursula von der Leyen, Xavier Bettel