Changer d'édition

Les élus espèrent faire entendre leur voix.
Brèves International 2 min. 18.01.2022

(AFP) - Une soixantaine de députés de tous bords emmenés par le groupe France insoumise, ainsi que les sénateurs socialistes, ont saisi lundi le Conseil constitutionnel contre le projet de loi instituant le pass vaccinal adopté dimanche par le Parlement français.

Déjà annoncé dans l'hémicycle, ce recours visant la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal a reçu le soutien des députés du groupe de la Gauche démocratique et républicaine, de 13 députés Libertés et Territoires, six députés UDI, deux députés du groupe socialiste (Régis Juanico et Jérôme Lambert) et un député LR (Xavier Breton), selon LFI.

LFI, fermement opposée au texte gouvernemental, a déposé plusieurs motions de rejet lors de l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale, et juge que le nouvel instrument de l'exécutif dans la lutte anti-covid porte atteinte «à la liberté personnelle, au droit au respect de la vie privée, à la liberté d'aller et venir, au droit d'expression collective des idées et des opinions, et au droit à mener une vie familiale».

Des effets non démontrés

Si la saisine rappelle «l'importance de la vaccination», elle estime que les effets de cette «obligation vaccinale déguisée» pour freiner la propagation de l'épidémie n'ont pas été démontrés.

Le recours vise également l'extension du pass vaccinal aux mineurs âgés de 16 à 18 ans, son utilisation pour subordonner l'accès aux transports interrégionaux.

Introduite par voie d'amendement, la possibilité pour un organisateur d'une réunion politique d'en autoriser l'accès par la présentation d'un pass sanitaire est aussi dans le viseur des auteurs de la saisine. Tout comme le fait pour des personnes privées de procéder à un contrôle de l'identité des détenteurs d'un pass sanitaire ou vaccinal.

La saisine vise en outre les modalités de collecte des données de santé et les conditions de contrôle d'isolement et de quarantaine.

Les sénateurs socialistes ont également annoncé dans la soirée un recours devant le Conseil constitutionnel.

Poser des garde-fous

Les sénateurs ne sont pas opposés au principe du pass vaccinal, mais estiment qu'un «certain nombre de garde-fous» doivent y être apportés pour «l'encadrer scrupuleusement».

Ils s'opposent en particulier à la possibilité donnée aux gérants d'établissements recevant du public de contrôler l'identité de leurs clients. «Une telle possibilité contrevient tant au droit au respect de la vie privée (...) qu'à l'interdiction de déléguer à des personnes privées des compétences de police administrative générale», fait valoir le communiqué.

Les sénateurs socialistes critiquent aussi les dispositions sur le «droit de repentir» à l'égard des personnes n'ayant pas présenté de pass vaccinal, ou ayant présenté un faux pass vaccinal, si elles s'engagent à se faire vacciner, estimant que le mécanisme prévu «va à l'encontre du principe d'égalité devant la loi».

Le député LREM Gael Le Bohec a critiqué le recours devant le Conseil constitutionnel en dénonçant un nouvel épisode d'«un jeu de politique politicienne» qui retarde la mise en oeuvre de ces mesures anti-covid.