Changer d'édition

Le Parquet européen en manque de procureurs délégués
International 2 min. 27.01.2021 Cet article est archivé

Le Parquet européen en manque de procureurs délégués

Laura Codruta Kövesi vise l'objectif de 140 procureurs délégués nommés dans les Etats membres.

Le Parquet européen en manque de procureurs délégués

Laura Codruta Kövesi vise l'objectif de 140 procureurs délégués nommés dans les Etats membres.
Photo: AFP
International 2 min. 27.01.2021 Cet article est archivé

Le Parquet européen en manque de procureurs délégués

Juliette MARIAGE
Juliette MARIAGE
Seuls 18 procureurs ont été nommés par les Etats sur les 140 postes à pourvoir. Un manque qui entrave le fonctionnement de l'organe européen de lutte contre la criminalité financière, indique la procureure générale.

Départ plus que laborieux pour le Parquet européen. Six mois après sa première séance, l'organe européen de lutte contre la criminalité financière ne compte que 18 procureurs délégués sur 140. Implantée au Kirchberg, l'institution ne pourra pas fonctionner tant que ces membres ne seront pas désignés par les Etats, a indiqué la première procureure générale Laura Codruta Kövesi en commission parlementaire européenne mardi.

 Les Etats membres ont jusqu'en mars 2021 pour procéder aux nominations, mais seuls quatre pays sur 22 ont désigné leurs procureurs délégués à deux mois de l'échéance. Laura Codruta Kövesi a déclaré qu'elle avait constamment rappelé à deux pays, Chypre et la Finlande, que les procureurs n'avaient que peu de possibilités de se concentrer sur des affaires purement nationales et que la priorité devait être donnée au travail du Parquet européen. «Nous avons un volume sans précédent d'intérêts financiers de l'Union européenne à protéger et nous devons être sérieux», a indiqué la première procureure.


Interview avec Gabriel Seixas au Parquet Européen, Fotos: Julian Pierrot/ Luxemburger Wort / Foto: Julian PIERROT
«Sans moyen, le parquet européen ne pourra agir»
Nouvelle instance en charge de la lutte contre les fraudes au budget de l'EU, l'organisme qui réunit 22 États membres se met peu à peu en place. Explications des enjeux avec Gabriel Seixas, représentant luxembourgeois de l'institution basée au Kirchberg.

 Rien que sur l'année 2021, l'institution souhaiterait en effet traiter 3.000 dossiers. Au-delà du manque de procureurs délégués, le budget de 37 millions d'euros annuels proposé par la Commission européenne est jugé insuffisant pour traiter cette masse de dossiers. Laura Codruta Kövesi a ainsi demandé la garantie d'un nouveau financement dans le cadre du budget de l'Union européenne. 

Pour rappel, 22 procureurs centralisés au Luxembourg et représentant les Etats membres ont déjà pris leurs fonctions en septembre 2020. Parmi eux, le procureur Gabriel Seixas est représentant du Grand-Duché. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans une lettre envoyée mercredi à la Commission, la procureure générale européenne a proposé que la nouvelle institution chargée de la lutte contre la criminalité économique et financière entame son action avant la nomination des 140 procureurs délégués. A ce jour, 40 ont été désignés.
online.fr, Illustration, europäische Staatsanwaltschaft, Tour B, neues Gebäude, Gebäude noch im Bau  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
L'organisme en charge de la lutte contre les fraudes aux intérêts financiers de l'UE prendra ses quartiers dans la capitale dès 2021. Une bonne nouvelle pour le pays qui consolide ainsi sa place en tant que siège d’institutions et d’organes européens.
Alors que l'instance chargée de lutter contre la fraude au budget européen plaide pour une hausse de ses moyens d'action, Didier Reynders, commissaire européen à la Justice, estime vendredi que cette demande n'est «pas impossible» à réaliser.
Lokales, Touristen, Bockfelsen, Sicht auf den Kirchberg, Tourismus, Foto, Luxemburgische (Vakanz Doheem) und Touristen aus dem Ausland Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Nouvelle instance en charge de la lutte contre les fraudes au budget de l'EU, l'organisme qui réunit 22 États membres se met peu à peu en place. Explications des enjeux avec Gabriel Seixas, représentant luxembourgeois de l'institution basée au Kirchberg.
Interview avec Gabriel Seixas au Parquet Européen, Fotos: Julian Pierrot/ Luxemburger Wort / Foto: Julian PIERROT
Nouvelle institution destinée à traquer la fraude et les détournements de fonds du budget européen, le futur parquet européen sera doté de magistrats spécialisés. Désignés lundi par le Conseil de l'UE, ils siégeront au Kirchberg. Parmi eux, le Luxembourgeois Gabriel Seixas.