Changer d'édition

Le Parlement européen charge Facebook
International 2 min. 25.10.2018 Cet article est archivé

Le Parlement européen charge Facebook

Le Parlement européen charge Facebook

Photo: Silas Stein/dpa
International 2 min. 25.10.2018 Cet article est archivé

Le Parlement européen charge Facebook

Facebook a «trahi la confiance» des Européens en permettant l'utilisation à leur insu de leurs données personnelles lors du scandale Cambridge Analytica, ont estimé jeudi les eurodéputés dans une résolution votée à une large majorité.

AFP - «Facebook a non seulement trahi la confiance des citoyens de l'Union, mais aussi enfreint le droit de l'Union», écrivent les élus européens dans ce texte non contraignant. Les eurodéputés réclament «plus de transparence» au groupe de Menlo Park et l'invitent à autoriser deux organes de l'UE - l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information (ENISA) et le comité européen de la protection des données - à mener «un audit complet et indépendant de sa plateforme».

«L'utilisation abusive des données à caractère personnel bafoue les droits fondamentaux de milliards de personnes dans le monde», estiment-ils. Cette résolution parlementaire fait suite au scandale Cambridge Analytica, du nom de cette entreprise accusée d'avoir exploité à leur insu les données de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook à des fins politiques, notamment pour faire gagner le Brexit au Royaume-Uni et Donald Trump à la présidentielle américaine en 2016.


Le patron de Facebook présente ses excuses aux Européens sans convaincre
«Je suis désolé». Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a présenté mardi ses excuses devant le Parlement européen, comme il l'avait fait devant les parlementaires américains, pour les lacunes de son réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs, illustrées par le scandale Cambridge Analytica.

«L'existence d'interférences dans les élections constitue un grand risque pour la démocratie», écrivent les eurodéputés, qui réclament l'interdiction du «profilage à des fins politiques et électorales» et une régulation des publicités politiques. «L'affaire Facebook/Cambridge Analytica a été à bien des égards un signal d'alarme pour nous tous», avait souligné mardi lors d'un débat en séance plénière la commissaire européenne aux Consommateurs, Vera Jourova.

«Les périodes électorales sont particulièrement sujettes à la désinformation et à la manipulation par des intérêts privés ou étrangers», avait-elle ajouté, soulignant que les prochaines élections européennes en mai n'étaient «pas à l'abri de cette menace».

Le PDG du géant d'internet en personne, Mark Zuckerberg, s'était rendu à Bruxelles en mai pour présenter des excuses devant le Parlement européen, comme il l'avait fait devant les parlementaires américains, pour les lacunes de son réseau social. Mais ses excuses, formulées quelques jours avant l'entrée en vigueur du Règlement européen de protection des données (RGPD), un texte européen pour protéger les données personnelles en ligne, avaient été jugées insuffisantes.

«Nous partageons les valeurs du RGPD», a réaffirmé mercredi M. Zuckerberg lors d'une intervention enregistrée, diffusée lors d'une conférence à Bruxelles sur la protection des données. Début octobre, l'Irlande a procédé à la première application majeure du RGPD, en ouvrant une enquête après l'annonce du piratage de 50 millions de comptes Facebook.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Données personnelles: plainte collective contre Facebook en Espagne
Une organisation espagnole de consommateurs a annoncé mercredi qu'elle allait déposer une plainte collective contre le réseau social Facebook, accusé d'avoir exploité illégalement les données personnelles des usagers, et réclamer «au moins 200 euros» de compensation par utilisateur.
Le patron de Facebook présente ses excuses aux Européens sans convaincre
«Je suis désolé». Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a présenté mardi ses excuses devant le Parlement européen, comme il l'avait fait devant les parlementaires américains, pour les lacunes de son réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs, illustrées par le scandale Cambridge Analytica.
Zuckerberg s'excuse au Congrès mais laisse des questions sans réponses
Mark Zuckerberg va de nouveau mercredi affronter les questions de parlementaires américains sur les divers scandales qui empoisonnent Facebook, après avoir déjà passé cinq heures devant les sénateurs mardi, ne cédant rien sur le fond mais laissant certaines interrogations sans réponses.
WASHINGTON, DC - APRIL 10: Facebook co-founder, Chairman and CEO Mark Zuckerberg departs after testifying before a combined Senate Judiciary and Commerce committee hearing in the Hart Senate Office Building on Capitol Hill April 10, 2018 in Washington, DC. Zuckerberg, 33, was called to testify after it was reported that 87 million Facebook users had their personal information harvested by Cambridge Analytica, a British political consulting firm linked to the Trump campaign.   Win McNamee/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==