Changer d'édition

Le Parlement européen approuve le CETA
International 15.02.2017 Cet article est archivé
Vote favorable

Le Parlement européen approuve le CETA

Vote favorable

Le Parlement européen approuve le CETA

Photo: LW-Archiv/Laurent Ludwig
International 15.02.2017 Cet article est archivé
Vote favorable

Le Parlement européen approuve le CETA

Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, s'est prononcé mercredi en faveur de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, le CETA, objet d'une vive contestation, qui a réuni une dizaine d'opposants devant le Parlement européen.

Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, s'est prononcé mercredi en faveur de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, le CETA, objet d'une vive contestation.

Avec ce vote favorable, une grande partie du texte devrait très prochainement être appliquée de manière provisoire, le temps qu'il soit ratifié par l'ensemble des Parlements nationaux et régionaux de l'UE, ce qui prendra des années.

Les opposants ont manifesté devant le Parlement euroépen

«Vous êtes de quel côté, eurodéputés?», «CETA, c'est assez»: plusieurs dizaines d'opposants au traité commercial entre l'Union européenne et le Canada, sur lequel le Parlement européen doit se prononcer, manifestaient mercredi devant l'entrée du bâtiment strasbourgeois.

Des manifestants vêtus de combinaisons blanches, masque sur la bouche, formaient une chaîne humaine, assis ou couchés, qu'il fallait enjamber pour accéder au Parlement européen, a constaté une journaliste de l'AFP.

«Dire oui au CETA, c'est piétiner le peuple», clamait une banderole, tandis que d'autres affirmaient «Démanteler la démocratie? Hors de question!» et «Plus vous insistez, plus nous résistons».

Quelques mètres plus loin, un cheval de Troie gonflable flanqué d'une banderole «Stop CETA» de l'ONG Friends of the Earth Europe, se balançait sur une pelouse.

Le CETA est parfois qualifié par ses opposants de «cheval de Troie» des Etats-Unis, qui permettrait selon eux aux multinationales américaines d'envahir le marché européen.

Des militants de Greenpeace installés dans des zodiacs sur le bras de la rivière qui longe le Parlement européen dénonçaient un accord «toxique» à travers une statue symbolisant la justice en train de sombrer.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, candidate des 28 dirigeants de l'UE pour prendre la tête de la Commission européenne, a rencontré ce jeudi matin à Bruxelles le président sortant Jean-Claude Juncker.
Outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (R) meets with German Defence minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen in Brussels on July 4, 2019. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
Les eurodéputés ont voté mercredi en faveur de la très sensible réforme du droit d'auteur, censée mettre à contribution financièrement les géants du net pour les contenus artistiques et les articles qu'ils utilisent.
L'UE et le Canada signeront dimanche à Bruxelles leur accord de libre-échange (CETA), mettant fin à deux semaines de psychodrame avec la Belgique et sa région francophone de Wallonie qui bloquait cette signature.
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau se réjouit de cet accord.
Le sommet européen qui devait se tenir jeudi à Bruxelles pour signer l'accord de libre-échange entre l'Union Européenne et le Canada (CETA) «est annulé», les Belges, qui bloquent l'accord, n'étant pas encore parvenus à s'entendre sur une position commune.
Le Parlement européen a annoncé lundi soir avoir saisi l'organisme anti-fraude de l'UE. Des irrégularités financières pourraient avoir été commises par le Front national. Elles concernent des salaires versés à des assistants parlementaires européens. Le préjudice représenterait 7,5 millions d'euros.
Jaume Duch, porte-parole du Parlement européen: «Le Parlement ne tire pas de conclusions mais fait part de soupçons. C'est désormais à l'Olaf de se prononcer en sa qualité d'organisme anti-fraude de l'UE».