Changer d'édition

Le Nobel de la Paix Beliatski encourt 12 ans de prison
International 28.11.2022
Le Bélarusse est déjà en prison

Le Nobel de la Paix Beliatski encourt 12 ans de prison

Ales Belyatski, en 2014.
Le Bélarusse est déjà en prison

Le Nobel de la Paix Beliatski encourt 12 ans de prison

Ales Belyatski, en 2014.
Photo: AFP
International 28.11.2022
Le Bélarusse est déjà en prison

Le Nobel de la Paix Beliatski encourt 12 ans de prison

Cette affaire est largement perçue comme une vengeance du président bélarusse Alexandre Loukachenko, contre le prix Nobel de la Paix 2022.

(AFP) - Le colauréat du prix Nobel de la Paix 2022, Ales Beliatski, défenseur de longue date des droits humains au Bélarus, encourt jusqu'à 12 ans de prison dans une affaire de «contrebande» d'espèces, a annoncé lundi son ONG Viasna.


(FILES) In this file photo taken on June 21, 2014 Belarus prominent rights activist Ales Belyatsky arrives in the capital Minsk after being released from jail. - The Norwegian Nobel Committee awarded the 2022 Nobel Peace Prize to human rights advocate Ales Bialiatski from Belarus, the Russian human rights organisation Memorial and the Ukrainian human rights organisation Center for Civil Liberties. (Photo by SERGEI GAPON / AFP)
Le Nobel de la paix au Bélarusse Ales Beliatski
Le Nobel de la paix a également récompensé ce vendredi l'ONG russe Memorial et le Centre ukrainien pour les libertés civiles.

M. Beliatski, déjà emprisonné depuis juillet 2021 au Bélarus, figure dans cette affaire aux côtés de deux autres collaborateurs arrêtés et d'un troisième en exil à l'étranger, selon Viasna.

«Ils encourent de 7 à 12 ans de prison», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Une vengeance du président Loukachenko?

M. Beliatski et ses collaborateurs sont accusés d'avoir fait transiter par la frontière bélarusse «une grande quantité d'espèces en groupe organisé» et d'avoir «financé des actions collectives portant gravement atteinte à l'ordre public».

Selon Viasna, la date du procès n'a pas encore été fixée. Cette affaire est largement perçue comme une vengeance du président bélarusse Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, un allié de Moscou qui musèle toute forme de critique, notamment depuis un vaste mouvement de contestation post-électoral à l'été 2020.

Un défenseur des droits humains

Ales Beliatski a remporté cette année le prix Nobel de la Paix grâce à son combat en faveur des droits de l'homme, aux côtés du centre russe Memorial et de l'ONG Centre ukrainien pour les libertés civiles.

Le Bélarus avait dénoncé ce prix comme une «décision politisée». Fondée en 1996 lors de manifestations massives pro-démocratie au Bélarus, Viasna a commencé son travail en apportant une aide aux personnes incarcérées et à leurs proches.

Son travail s'est ensuite étendu à la défense des droits humains en général, dans un pays où les abus sont généralisés en la matière.