Changer d'édition

Le niveau de C02 continue de croître
International 3 min. 04.12.2019

Le niveau de C02 continue de croître

Au rythme actuel, la température pourrait grimper jusqu'à 4 ou 5°C d'ici à la fin du siècle

Le niveau de C02 continue de croître

Au rythme actuel, la température pourrait grimper jusqu'à 4 ou 5°C d'ici à la fin du siècle
Photo: AFP
International 3 min. 04.12.2019

Le niveau de C02 continue de croître

Les émissions de dioxyde de carbone d'origine fossile ne connaissent pas de répit, malgré la baisse de l'utilisation du charbon, compensée par le recours au pétrole et surtout au gaz naturel. Un nouvel avertissement est lancé en marge de la COP25 à Madrid.

(AFP) - A l'heure où les États, réunis pour la 25e conférence de l'ONU sur le climat, sont sommés d'agir plus fortement et plus rapidement pour réduire le réchauffement climatique, les émissions de CO2 n'en prennent pas le chemin. Selon le bilan annuel du Global carbon project (GCP), ces émissions devraient progresser de 0,6% en 2019, entraînant «une augmentation des concentrations de CO2 dans l'atmosphère» qui contribuent au dérèglement du climat.

«Les politiques actuelles ne sont clairement pas suffisantes pour renverser les tendances des émissions mondiales», a averti la climatologue Corinne Le Quéré, lors d'un point presse. «L'urgence à agir n'a pas encore baissé.» Au rythme actuel, la température pourrait grimper jusqu'à 4 ou 5°C d'ici à la fin du siècle, quand l'accord de Paris de 2015 prévoit de limiter le réchauffement climatique mondial bien en dessous de 2°C, voire à 1,5°C.

Le pic n'est pas encore en vue

Pour ne pas dépasser cet ambitieux objectif de +1,5°C, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6% par an, chaque année dès l'an prochain et jusqu'à 2030, a calculé le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Pour le seul CO2, un pic des émissions n'est toutefois pas en vue. «Je l'espère dans les cinq prochaines années, mais on ne le voit pas encore», a reconnu Pierre Friedlingstein, de l'Université d'Exeter. Les émissions mondiales de CO2 d'origine fossile (combustibles fossiles, industrie et ciment) sont près de deux tiers plus élevées en 2019 que par rapport à 1990. Elles ont vu leur croissance ralentir depuis 2010, après la crise économique de 2008, mais elles sont fortement reparties à la hausse en 2017 (+1,5%) et 2018 (+2,1%).

Le gaz naturel, fausse solution?

En 2019, «la croissance moindre (des émissions de CO2) est due à différents facteurs, dont un ralentissement de la croissance économique, les conditions météorologiques et une baisse substantielle de l'usage du charbon aux Etats-Unis et en Europe», a détaillé Corinne Le Quéré.

L'utilisation de charbon par les Etats-Unis, deuxième émetteur mondial, et dans l'Union européenne a diminué, jusqu'à 10% pour chacun en 2019, selon un communiqué de presse du GCP. Le charbon reste toutefois une énergie prisée en Chine et le GCP ne voit pas de signaux clairs que ce pays, premier émetteur mondial, soit prêt à s'en passer. Ailleurs, le recul du charbon a été compensé par une plus grande utilisation de pétrole et surtout de gaz naturel.

«Pour la même quantité d'énergie qu'on peut en retirer, le gaz naturel émet moins de CO2 que le charbon», mais si son usage augmente, «cela fait quand même croître les émissions de CO2», a souligné Philippe Ciais, chercheur au LSCE-Institut Pierre Simon Laplace. «On ne peut pas continuer à brûler du gaz naturel jusqu'à la fin du siècle, sinon on ne respectera pas l'accord de Paris», dit-il. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) défend pourtant le gaz naturel comme une énergie de transition et table sur une progression de sa consommation de 10% jusqu'à la fin des années 2020.

Une autre source d'émissions de CO2 est le changement d'affectation des sols, c'est-à-dire quand des forêts, puits à carbone, sont rasées pour laisser par exemple la place à des cultures agricoles. Mais ces émissions, plus difficiles à mesurer, sont «très incertaines, sans tendance claire sur la dernière décennie», selon le GCP. En France, où le nucléaire assure environ 70% de la production d'électricité, les émissions de CO2 ont reculé de 2,5% en 2018 (dernier chiffre disponible) comparé à 2017.  

Côté luxembourgeois, rappelons que le Premier ministre Xavier Bettel insiste sur la nécessité pour le pays de mettre en place des objectifs «ambitieux» et avait annoncé en octobre que le Luxembourg devra «réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 50-55% d'ici à 2030 par rapport à leur niveau de 2005»    


Sur le même sujet

La planète dévastée, et ce n'est que le début
Records de chaleur, multiplication des catastrophes météo, fonte des glaces, déclin de la nature: les preuves de l'impact dévastateur des activités humaines sur la planète s'accumulent, attestant de l'urgence à agir, en particulier contre le dérèglement climatique.
Les signataires de l'accord de Paris sur le climat se réunissent à partir de lundi à Madrid pour la COP25
L'engagement climatique passe au degré supérieur
Face à l'urgence, le Luxembourg a décidé de rehausser ses objectifs environnementaux. Ainsi, d'ici 2030, le pays n'entend plus réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% mais de 55%. Une loi va bientôt fixer la voie pour y arriver.
Lokales, Dritter Klimamarsch in Luxemburg - Youth for Climate Luxembourg, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les vagues de chaleur impactent directement Cattenom
La multiplication des épisodes de fortes températures estivales n'est pas sans conséquences pour le site lorrain. L'Autorité de sûreté nucléaire étudie donc l'impact de ces phénomènes, notamment sur l'eau de la Moselle, source de refroidissement et élément indispensable à la production d'électricité.
Sécheresse mais aussi coups de chaud plus fréquents entraînent de nouveaux impératifs pour la centrale.
Réduire de «50-55%» les émissions polluantes d'ici 2030
Pour son sixième discours sur l'état de la Nation, ce mardi, Xavier Bettel a largement mis l'accent sur les conséquences du réchauffement climatique et la nécessité pour le pays de mettre en place des objectifs «ambitieux». Une politique que le Premier ministre juge «compatible» avec le développement économique.
IPO,Rede Lage der Nation.Chambre des Députées,Xavier Bettel,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort