Changer d'édition

Le moment de vérité pour Paul Magnette
International 3 min. 09.12.2019 Cet article est archivé

Le moment de vérité pour Paul Magnette

Paul Magnette pourrait proposer ce lundi un gouvernement arc-en-ciel, condamnant ainsi la N-VA à l’opposition

Le moment de vérité pour Paul Magnette

Paul Magnette pourrait proposer ce lundi un gouvernement arc-en-ciel, condamnant ainsi la N-VA à l’opposition
Photo: AFP
International 3 min. 09.12.2019 Cet article est archivé

Le moment de vérité pour Paul Magnette

Stop ou encore? Ce lundi, on connaîtra le sort réservé à la mission d'information qu'a reçue Paul Magnette le 6 novembre dernier. Après un mois de discussions et la collecte probable d’une série de compromis, le président du Parti socialiste fera à nouveau rapport au souverain.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Proposera-t-il de mener à bien le gouvernement arc-en-ciel qui lui tient à cœur ou passera-t-il au contraire la main? Toute la question est là.  

Jusqu'au dernier moment, Paul Magnette aura consulté les uns et les autres, dont le leader de la N-VA Bart De Wever. Les deux hommes se sont vus samedi, on imagine davantage par devoir que par plaisir.

«J'aurai de la visite. Pas du père Noël, mais de quelqu’un du Sud», avait auparavant indiqué en radio le nationaliste flamand Bart De Wever, affirmant que «quelque chose pourrait se décider ce soir» quant aux contours de la future formation fédérale. 


Prolongé dans sa mission d'informateur royal jusqu'au 9 décembre, le socialiste Paul Magnette constate que les «partis se comprennent beaucoup mieux.»
La mission de Paul Magnette prolongée de deux semaines
En Belgique, l’informateur royal fera un nouveau rapport au roi Philippe le 9 décembre. C'est ce qui est ressorti d’un entretien ce lundi entre le chef de l’État et le chargé de mission. «Il est maintenant plus que temps de réussir», déclare ce dernier.

Ce week-end, aucune annonce n’est toutefois venue confirmer la prophétie de Bart De Wever. Mais chacun sait que Paul Magnette tente de finaliser la coalition arc-en-ciel qui réunirait les socialistes, les écologistes et les libéraux, du nord et du sud du pays, pour les quatre prochaines années. Quatre ans,  car si une législature dure cinq ans en Belgique, le pays s'apprête à acter le premier anniversaire de son gouvernement en affaires courantes.

Les chrétiens-démocrates flamands sollicités

La principale inconnue réside dans la décision des libéraux flamands de l'Open-VLD de rejoindre l'arc-en-ciel ou au contraire de rester en dehors du jeu. La présidente des «bleus» Gwendolyn Rutten et son entourage plaident en faveur d'une alliance avec le PS et les Verts. Mais la base, elle, lui est plus que rétive. Elle craint de voir le parti perdre son âme dans une coalition étiquetée de gauche et d'assister en réaction au départ de ses militants pour la N-VA - dont le programme économique est proche de celui de l'Open-Vld.

Réussir à construire une coalition arc-en-ciel constituerait un succès retentissant pour Paul Magnette. Sur le site d'information Newsmonkey, l'influent commentateur Wouter Verschelden écrit que le socialiste serait plutôt bien reçu en Flandre. Pour son charisme - qui n'est pas sans rappeler celui de l'ancien Premier ministre Guy Verhofstadt – et bien sûr pour son bilinguisme.

Il reste qu'à ce stade un gouvernement arc-en-ciel n'aurait qu'un siège d'avance à la Chambre et ne disposerait de surcroît que d'une faible minorité dans le groupe linguistique flamand.

D'où les appels du pied de Paul Magnette aux chrétiens-démocrates flamands du CD&V. S'il parvient à les convaincre de monter à bord, la majorité arc-en-ciel «élargie» disposera de 12 députés supplémentaires à la Chambre. Le gouvernement aura une assise plus confortable avec 88 sièges sur 150, mais il restera en légère minorité côté flamand (42 sièges sur 89).


Un des objectifs de Paul Magnette est d'emporter l’assentiment des libéraux flamands de l’Open-VLD
Le temps se gâte pour Paul Magnette
Une partie de la droite flamande demande que la mission d’information royale soit remise entre les mains du nationaliste Bart De Wever

Joachim Coens, le nouveau président du CD&V, s'est cependant montré peu prolixe ces derniers jours sur la situation au fédéral. Il se dit disponible pour discuter, mais préfère laisser les manettes au ministre sortant de la Justice, son camarade de parti Koen Geens

Autre solution: convaincre les humanistes du CDH – l'ex-parti social-chrétien francophone– de rejoindre l'arc-en-ciel. Ceux-ci se tâtent. S'ils franchissent le pas, leur président Maxime Prévot devra expliquer pourquoi il a opté pour la participation gouvernementale, alors qu'au lendemain des élections du 26 mai il avait clairement opté pour une cure d'opposition à tous les niveaux de pouvoir. Mais la tentation, on le devine, est grande.


Sur le même sujet

La mission des informateurs belges prolongée
Après un mois de discussions avec les partis politiques, les deux informateurs royaux n'ont pu aboutir à une solution. Le roi Philippe leur demande de poursuivre le travail jusqu'au 28 janvier.
Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont toujours à la recherche de la bonne formule.
De nouvelles pistes pour sortir le pays de la crise
Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez, les deux informateurs, ont été prolongés dans leur mission par le roi des Belges. Ils veulent explorer de nouvelles pistes. L’idée de former un «gouvernement de crise» revient par ailleurs à la surface.
Chairman of the Belgian French-speaking right wing political party Reformist Movement (Mouvement Reformateur - MR) Georges-Louis Bouchez (R) and chairman of the Belgian Flemish-speaking right wing party Christian Democratic and Flemish (Christen-Democratisch en Vlaams - CD&V) Joachim Coens (L) arrive for a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, Friday 20 December 2019. - Georges-Louis Bouchez and Joachim Coens are both the King "informers". They negociate and lead the talks to form a new Belgian Federal Government, and inform the Belgium's King on their progress for a possible coalitions following May 26, 2019 Federal elections. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT