Changer d'édition

Le mea culpa d’un président
International 3 min. 09.10.2020

Le mea culpa d’un président

«On a décidé d’améliorer la gouvernance du parti», assure le jeune président du Mouvement réformateur.

Le mea culpa d’un président

«On a décidé d’améliorer la gouvernance du parti», assure le jeune président du Mouvement réformateur.
Photo: AFP
International 3 min. 09.10.2020

Le mea culpa d’un président

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Le libéral Georges-Louis Bouchez a survécu à la fronde qui a éclaté dans son parti. Mais il sera désormais solidement encadré.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Georges-Louis Bouchez est un revenant. Le week-end dernier, on le disait politiquement mort. Depuis jeudi, le jeune président du Mouvement réformateur (libéral francophone) revit à travers les interviews qu’il donne aux différents médias belges. Et le moins qu’on puisse écrire est qu’il n’a rien perdu de son culot.

«On a décidé d’améliorer la gouvernance du parti, a-t-il assuré sur la chaîne publique francophone RTBF. Ce qui s’est passé ces derniers temps nous a permis de faire le point sur ce qu’est la gestion du parti. L’objectif de ce G11, c’est de pouvoir discuter, débattre, les différentes décisions.»


(FILES) In this file photo taken on April 27, 2020 Medical workers tend to a patient infected with COVID-19 at the intensive care unit of the Lariboisiere Hospital of the AP-HP (Assistance Publique - Hopitaux de Paris) in Paris on April 27, 2020, on the 42nd day of a lockdown in France aimed at curbing the spread of the COVID-19 disease, caused by the novel coronavirus. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Cachez ces malades que je ne saurais voir
Un bourgmestre flamand refuse d'accueillir des malades bruxellois du covid, soufflant ainsi sur les premières braises communautaires de l’ère De Croo.

Dans les faits, le «G11» qui réunit autour de Georges-Louis Bouchez dix personnalités libérales – dix «sages» -  doit canaliser l’impétueux président et éviter qu’il ne prenne des décisions préjudiciables à la cohésion du parti. Mais pour le Montois, la nouvelle structure devrait surtout à un souci d’efficacité : «Il y a déjà un bureau élargi au Mouvement réformateur, avec 28 membres. On a préféré un organe plus restreint, les autres gardent leur statut, cela veut dire que ce G11 n’a pas de pouvoir décisionnel. C’est juste un lieu d’échange d’informations.»  

Ce G11 aux allures de «belle-mère» représente en réalité pour Bouchez la dernière chance de sauver sa peau. Le Mouvement réformateur s'est littéralement fracassé lorsque ses membres ont appris en même temps que le reste de la Belgique que «Georges-Louis» n’avait pas hésité à sacrifier la carrière d’une ministre régionale pour recaser un ministre fédéral sortant - la manœuvre était toutefois illégale en raison de dispositions sur l’égalité des genres et l’opération est tombée à plat. Mais aussi qu’il avait choisi de flatter le clan Michel – Charles Michel, l’actuel président du Conseil européen, et son père Louis – en donnant un maroquin au petit dernier de la tribu : Mathieu Michel, inconnu jusque-là dans les hautes sphères de la politique, devenu comme par magie secrétaire d'Etat à la Digitalisation au nez et à la barbe de vieux ténors du parti.

En Belgique, les dynasties politiques sont monnaie courante: Mathot, Ducarme, Daerden, etc. ont été biberonnés à la chose publique par leurs pères respectifs, autrefois ministres. Alexander De Croo, le nouveau chef de gouvernement, est lui-même le fils d’Herman, un vieux routier du libéralisme flamand.


(FILES) In this file photo taken on April 20, 2020 Funeral services employees wearing protective gears carry the coffin of a victim of the COVID-19 outside the morgue of the Saint-Luc Hospital in Namur, amid the spread of the coronavirus. - More than one million people have died from the coronavirus, according to an AFP toll, with no let-up in a pandemic that has ravaged the world economy, inflamed diplomatic tensions and upended lives from Indian slums and Brazilian jungles to America's biggest city. (Photo by JOHN THYS / AFP)
La Belgique franchit la barre des 10.000 morts du covid
Le royaume voisin a enregistré un dix mille et unième décès attribué au coronavirus. Un chiffre symbolique qui ne manque pas de raviver des critiques sur la gestion de la crise sanitaire.

La nomination de Mathieu Michel survient toutefois dans un contexte électrique. Il y a dix ans, le Mouvement réformateur a vécu une crise profonde, cristallisée par une guerre entre le clan Michel et les sympathisants de Didier Reynders, aujourd’hui commissaire européen à la Justice. Il s’en était fallu de peu pour que le parti explose. L'épisode a laissé des blessures profondes.

«Foirage total»  

Le G11 doit donc éviter au Mouvement réformateur et à son président de retomber dans les mêmes ornières. Le parti pourrait cette fois ne pas s'en relever. Dans le passé, d’autres formations politiques ont connu des dissidences qui les ont durablement affaiblies, sinon tuées.


Minister of Cooperation Development, Digital Agenda, Postal services and Finance Alexander De Crooarrives for a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels on September 29, 2020, for  the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by THIERRY ROGE / various sources / AFP) / Belgium OUT
Le libéral flamand De Croo pilotera la Vivaldi
Contrat (enfin) rempli. Depuis ce mercredi, la Belgique a un projet d'accord gouvernemental. Alexander De Croo occupera le poste de Premier ministre.

Georges-Louis Bouchez qui assume un «foirage total» a présenté ses excuses dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Il reconnaît que «quelque chose n’a pas fonctionné» et, franc comme Artaban, dit en porter «l’entière responsabilité». Jamais en revanche, il n’aurait pensé à démissionner. Ce pompier pyromane ajoute : «Je ne crois pas que c’est en quittant le bateau qu’on résout les choses. Quand j’ai vu cette situation, je me suis dit: je dois la résoudre.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La loi belge sur l'avortement attendra
Les négociateurs du futur gouvernement «Vivaldi» mettent entre parenthèses le texte législatif qui bloquait leurs travaux. C’est une victoire pour la droite flamande.
Les bons offices de Sophie Wilmès
La Première ministre met les Belges en garde contre le rebond de l’épidémie. Un avertissement sanitaire qui est aussi un calcul politique.
Belgium's Prime Minister Sophie Wilmes arrives for a European Union Council in Brussels on July 17, 2020, the leaders of the European Union hold their first face-to-face summit over a post-virus economic rescue plan. - The EU has been plunged into a historic economic crunch by the coronavirus crisis, and EU officials have drawn up plans for a huge stimulus package to lead their countries out of lockdown. (Photo by JOHN THYS / POOL / AFP)