Changer d'édition

Le Luxembourg s'oppose à Paris sur la stratégie énergie
International 2 min. 26.10.2021
Marché européen

Le Luxembourg s'oppose à Paris sur la stratégie énergie

Sur les marchés le prix du gaz a grimpé de 130% depuis janvier dernier, entraînant avec lui la flambée du tarif du kilowattheure.
Marché européen

Le Luxembourg s'oppose à Paris sur la stratégie énergie

Sur les marchés le prix du gaz a grimpé de 130% depuis janvier dernier, entraînant avec lui la flambée du tarif du kilowattheure.
Photo : Reuters
International 2 min. 26.10.2021
Marché européen

Le Luxembourg s'oppose à Paris sur la stratégie énergie

Le Grand-Duché, mais aussi l'Allemagne et sept autres pays de l'UE, ont signé une déclaration commune face à la réforme du marché de l'électricité européen, qui est réclamée par la France pour découpler prix de l'électricité et du gaz.

(AFP) - Alors que les prix des carburants et de l'énergie ne cessent de grimper, les débats s'échauffent au sein de l'Union européenne.  Neuf pays de l'UE, dont l'Allemagne, se sont opposés lundi dans une déclaration commune à une réforme du marché de l'électricité européen, qui est réclamée par Paris pour découpler prix de l'électricité et du gaz.


A technician repairs a power supply line on January 13, 2017 in Tregung, western France, after a storm hit parts of the country overnight. / AFP PHOTO / FRED TANNEAU
Enovos reste le principal fournisseur d'électricité
Et ce n'est pas près de changer au vu du comportement des consommateurs luxembourgeois, bien peu enclins à changer d'opérateur. En 2020, à peine 1.046 ont osé.

«Comme la flambée des prix s'explique par des facteurs mondiaux, nous devons être extrêmement prudents avant d'interférer dans la structure des marchés énergétiques intérieurs. Cela ne peut pas être une solution pour amortir la hausse actuelle», ont affirmé dans un texte commun neuf pays à la veille d'une réunion des ministres européens de l'Energie.

Face à la flambée des prix de l'électricité sur le marché de gros, dans le sillage des énergies fossiles, la France réclame en effet un «découplage» pour empêcher que les prix «à coût très bas» de l'énergie nucléaire soient alignés sur les cours du gaz. Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a appelé à «revoir de fond en comble le fonctionnement du marché unique de l'électricité», jugeant ses règles «obsolètes».

Le développement des renouvelables

Neuf pays (Luxembourg, Allemagne, Autriche, Danemark, Estonie, Finlande, Irlande, Lettonie et Pays-Bas) lui ont adressé une fin de non-recevoir, sans nommer Paris, affirmant «ne pas pouvoir soutenir une quelconque mesure qui contreviendrait au marché interne de l'électricité, par exemple une réforme ad hoc du marché de gros».

Un marché où s'exerce la concurrence entre fournisseurs d'électricité «contribue à l'innovation, à la sécurité des approvisionnements et est un élément-clé pour faciliter la transition» vers des énergies décarbonées, font-ils valoir.


Claude Turmes met la pression sur l'Europe
Le ministre écologiste de l'Energie vient d'écrire un courrier aux commissaires européennes Vestager et Simson suite à la hausse significative du prix du gaz naturel et de l'électricité. Leur est notamment demandé de bien veiller à ce que le marché intérieur de l'Union soit suffisamment approvisionné.

Le marché européen de l'électricité «fonctionne bien depuis une vingtaine d'années, avec des prix vraiment compétitifs (...) Intervenir peut être extrêmement dangereux, cela peut détruire toute confiance dans ce marché», avait prévenu le ministre luxembourgeois de l'Energie Claude Turmes, début octobre.

Actuellement, le gaz contribue à fixer le prix global sur le marché commun de l'électricité. Le prix moyen de l'électricité est tiré vers le haut à mesure qu'on a recours aux énergies fossiles plus chères pour satisfaire une consommation croissante.

La Commission européenne juge «efficace» ce système, dit de «tarification marginale», car il encourage le développement des renouvelables (dont le coût de fonctionnement est peu élevé mais qui nécessitent un investissement massif au départ). Elle avait indiqué mi-octobre vouloir enquêter sur d'éventuels «comportements anticoncurrentiels» et manipulations, mais sans remettre en cause le marché de l'énergie. 


Sur le même sujet

Ni baisse des taxes, ni chèque carburant mais une aide sonnante et trébuchante. Le Premier ministre français, Jean Castex a annoncé jeudi une mesure «qui se voit» pour répondre aux inquiétudes sur la flambée des carburants et le pouvoir d'achat.
ARCHIV - 14.04.2021, Berlin: Ein Einkauf liegt in einem Einkaufswagen in einem Supermarkt. Die Angst vor steigenden Preisen könnte Ökonomen zufolge die Inflation anheizen. (zu dpa «DIW: Bei Inflation droht Gefahr von psychologischer Seite») Foto: Fabian Sommer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Pour accélérer le déploiement de panneaux photovoltaïques sur les toits du Luxembourg, le ministère de l'Energie annonce lundi modifier les critères d'éligibilité aux subsides étatiques. Avec l'espoir de convaincre que ces installations constituent «un investissement rentable et lucratif».
Man installing alternative energy photovoltaic solar panels on roof
Du charbon qui se raréfie, des limitations environnementales et des usines tournant à plein régime: Pékin fait face à des pénuries électriques qui pourraient freiner la croissance de la deuxième économie mondiale.
Workers produce national flags at a factory ahead of the National Day in Wuyi, in China's eastern Zhejiang province on September 28, 2021. (Photo by STR / AFP) / China OUT
En parallèle des efforts réalisés pour électrifier les secteurs de l'industrie ou du transport, le gouvernement entend multiplier les approches pour tenter d'atteindre la neutralité carbone en 2050. D'où la présentation, ce lundi, d'une stratégie dédiée à l'essor du H2.