Changer d'édition

Le Luxembourg ne choisit pas von der Leyen
International 2 min. 16.07.2019 Cet article est archivé

Le Luxembourg ne choisit pas von der Leyen

Christophe Hansen, Charles Goerens, Tilly Metz, Nicolas Schmit, Monica Semedo et Isabel Wiseler feront des choix divers pour désigner le futur président de la Commission européenne.

Le Luxembourg ne choisit pas von der Leyen

Christophe Hansen, Charles Goerens, Tilly Metz, Nicolas Schmit, Monica Semedo et Isabel Wiseler feront des choix divers pour désigner le futur président de la Commission européenne.
Photo: Gerry Huberty
International 2 min. 16.07.2019 Cet article est archivé

Le Luxembourg ne choisit pas von der Leyen

Seuls deux eurodéputés luxembourgeois voteront pour Ursula von der Leyen ce mardi. Lors d'une conférence de presse, les six parlementaires élus ont fait connaître leur point de vue sur le choix qu'ils feront pour désigner la ou le successeur au poste de Jean-Claude Juncker.

(PJ avec Michèle GANTENBEIN) - Le Luxembourg compte six eurodéputés: deux conservateurs, deux libéraux, un vert et un social-démocrate. Mais seules les voix d'Isabel Wiseler et de Christophe Hansen (tous deux CSV) sont assurées pour Ursula von der Leyen (PPE), candidate désignée pour le poste de présidente de la Commission européenne.

Si le vote n'est prévu que ce mardi 16 juillet, vers 18h, les élus luxembourgeois au Parlement européen ont exprimé leur opinion, lundi, à l'occasion d'une conférence de presse commune.

Encore des attentes 

Ainsi, Tilly Metz (Déi Gréng) a choisi de ne pas soutenir la ministre allemande de la Défense. Le vote de Charles Goerens, Monica Semedo (DP) et Nicolas Schmit (LSAP), lui, n'était pas encore clairement défini. Tous trois estimaient encore nécessaire d'évaluer les prises de position d'Ursula von der Leyen sur certaines thématiques. Aussi, le débat prévu ce mardi matin sera-t-il précieux pour ce trio. La présidente désignée pour diriger la Commission européenne présentera alors ses orientations politiques. 


Le regard luxembourgeois sur les leaders européens
Rentrée chargée pour six eurodéputés luxembourgeois. Les votes se succèdent et les représentants des quatre partis ont peu le temps de souffler. Entre deux réunions, ils ont déjà pu se forger une opinion sur le nouvel organigramme européen.

Un point unit les six eurodéputés:  leur contrariété après la désignation des différentes personnalités aux postes à responsabilités de l'Union par les chefs d'État européens. Pour Isabel Wiseler, par exemple, il ne fait aucun doute que le PPE, en tant que parti le plus puissant, est «nécessaire pour former une coalition».

Christophe Hansen parle lui de message « fatal» envoyé par les chefs d'Etat. Selon lui, ceux-ci «ont torpillé le système des candidats les plus avancés, le développement démocratique le plus important des dix dernières années».    

Un arrière-goût amer

De son côté, Charles Goerens a mis en garde contre la proposition de nommer automatiquement à la tête de la commission le candidat du parti le plus puissant. «Car cela serait alors également vrai lorsqu'un parti d'extrême droite obtiendra le plus grand nombre de voix», a fait remarquer l'élu DP. Et de décrire le système des meilleurs candidats comme «non mature». 

Si Ursula von der Leyen n'est pas élue ce soir, la Commission devra proposer un nouveau candidat avant septembre. Une option que n'ose envisager Isabel Wiseler : «Nous avons un chaos autour du Brexit et je ne veux pas que nous arrivions à une situation similaire sur la question présidentielle de la Commission, où tout le monde dit non à tout» .

Pour le socialiste Nicolas Schmit, la procédure d'élection du président de la Commission laisse un arrière-goût amer . Cela le dérange «de ne pas avoir beaucoup en commun avec des gens comme Orbán ou Kaczyński, qui se considèrent désormais comme les grands gagnants». 


Sur le même sujet

Si pour le futur commissaire européen à l'Emploi, «l'examen de passage» s'est bien déroulé au Parlement européen, d'autres prétendants pour de hautes fonctions auprès d'Ursula von der Leyen ont déjà été retoqués. Les candidats roumains et hongrois doivent ainsi être remplacés.
L'Allemande Ursula von der Leyen a promis aux eurodéputés, ce mardi 15 juillet, de faire du climat l'une des priorités de son mandat si elle est élue. Ce soir, les parlementaires auront à voter sur sa nomination à la tête de la Commission européenne.
German former Defence Minister and newly-appointed EU commission Ursula von der Leyen delivers a speech during her statement for her candidacy for President of the Commission at the European Parliament on July 16, 2019 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
L'Allemande, candidate à la présidence de la Commission européenne, a passé mercredi son grand oral, examen crucial à l'issue incertaine qui l'a vue promettre qu'il y aurait autant de femmes que d'hommes aux manettes de l'Europe.
German Defence Minister Ursula von der Leyen arrives to attend the weekly cabinet meeting at the Chancellery in Berlin on July 3, 2019. - After three days of bitter wrangling, German Defence Minister Ursula von der Leyen was named to replace Jean-Claude Juncker at the head of the European Commission for the next five years. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP)
La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, candidate des 28 dirigeants de l'UE pour prendre la tête de la Commission européenne, a rencontré ce jeudi matin à Bruxelles le président sortant Jean-Claude Juncker.
Outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (R) meets with German Defence minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen in Brussels on July 4, 2019. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
La course à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne est déjà lancée en coulisses. Mais les 28 pays membres de l'UE sont encore loin d'être d'accord sur les règles du jeu.
Michel Barnier, ancien commissaire et plusieurs fois ministre en France, n'a jamais dit qu'il briguerait à nouveau le poste, mais ses responsabilités actuelles l'ont remis sous les projecteurs.